Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

KAP G - Like a Mexican

, 22:58 - Lien permanent

Depuis son apparition, Kap G est entouré de bonnes fées. C'est auprès de Chief Keef qu'il s'est d'abord fait remarquer, autour de 2013, avec le titre "Tatted Like Amigos". Un peu plus tard, il s'est retrouvé avec Pharrell Williams, rien de moins, qui semble s'être entiché de lui et a déclaré, en pleine période "Happy", que le jeune Latino d'Atlanta était "le futur". Et puis, au début de l'année 2014, Kap G a sorti une mixtape, Like a Mexican, où étaient invités quelques poids lourds, autant au micro (Jeezy, Young Dolph, Fabolous, Wiz Khalifa, Kirko Bangz), qu'à la production (Bangladesh, Drumma Boy, et donc Pharrell). Ca en serait presque suspect, tant tout cela ressemble à un plan marketing bien huilé de la part de la major Atlantic, destiné à conquérir, côté rap, le marché des Mexicains des US.

KAP-G - Like a Mexican

Autoproduit :: 2014 :: télécharger la mixtape

En tout cas, le positionnement est clair : pour Kap G, de son vrai nom George Ramirez, fils d'immigrés mexicains pauvres établis dans les quartiers noirs d'Atlanta, à College Park, il s'agit bien de représenter sa communauté. Le rappeur d'à peine de vingt ans, et qui se distingue par une impressionnante mèche décolorée, s'emploie à rendre compte du vécu de ses congénères, de cette masse laborieuse parquée dans des quartiers insalubres, regroupée par familles entières, en situation souvent irrégulière, et soumise au profilage biaisé de la police.

Il la décrit, jouant avec les stéréotypes que des racistes anti-mexicains véhiculent eux-mêmes, et parsemant ses raps de mots en Espagnol aussi attendus et cliché que "tacos" ou "la bamba". Kap G, c'est aussi du rap d'aujourd'hui, fier de ses déviances et de son absence de respectabilité. C'est du rap d'Atlanta, porté sur les chantonnements à l'auto-tune, et remuant encore et encore les vieux thèmes trap et gangsta (sauf qu'ici, l'argent s'appellera "peso" ou "dinero"), mais avec un arrière plan social, comme avec l'un de ses titres phares, ce "Fuck La Policia" qui dénonce les contrôles au faciès qu'il a lui-même eu le déplaisir d'expérimenter.

"Fuck Tha Police", donc. D'autres l'ont déjà dit, en anglais, en espagnol, ou dans d'autres langues. Mais là où on s'attendrait à de la colère et à une musique qui cogne, dans la lignée de N.W.A., Kap G prend un autre chemin. Il raconte sa mésaventure en chantonnant, d'un ton badin, avec une flûte insouciante en fond sonore, jouant du contraste entre cette légèreté et l'injustice qu'il a subie. C'est là un très bon titre, et ce n'est pas le seul. Quelles que soient les arrière-pensées supposées d'Atlantic, le jeune rappeur chicano dévoile ici de sérieux atouts.

Dans sa version alternative, avec Wiz Khalifa et Kirko Bangz, "Tatted Like Amigos" est toujours un tube, de même que cette chronique du ghetto latino qu'est "Jose Got Dem Tacos", avec Jeezy, et que "Eddie Guerrero", le plus bilingue des titres de la mixtape. L'hymne à la famille et à la solidarité qu'est "All We Got Is Us" est aussi un temps fort, et l'instrumentation très cloud de "R.I.P." fait son effet. D'ailleurs, on ne peut pas s'y tromper : presque tous ces titres, les meilleurs de Like a Mexican, ont fait l'objet d'une vidéo, confirmant qu'en 2014, l'heure de Kap G était venue, qu'il allait mettre le paquet. Bien lui en prend, le jeune Chicano mérite d'être bien autre chose qu'un simple produit marketing communautaire.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet