Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MEYHEM LAUREN - Respect the Fly Shit

, 23:06 - Lien permanent

Vous avez aimé Action Bronson, notamment son Blue Chips sorti en début d'année ? Vous appréciez ce son new-yorkais remis au goût des années 2010, comme si la mégalopole de la Côte Est n'avait jamais cessé d'être la capitale du rap ? Alors, en toute logique, vous adorerez cette autre mixtape, dont l'auteur proclame d'entrée : "I ain't bringing shit back New-York, we never left".

MEYHEM LAUREN - Respect the Fly Shit

Autoproduit :: 2012 :: meyhemlauren.com :: télécharger cette mixtape

Meyhem Lauren est un proche d'Action Bronson, et il est membre avec lui des Outdoorsmen. On retrouve d'ailleurs le gros rappeur barbu sur cette sortie, ainsi, plus épisodiquement, que le troisième larron du trio, Jay Steele. Mais au-delà, c'est en fait toute une bande de New-yorkais, réunie dans un hôtel à l'occasion du festival SxSW d'Austin, qui est venue prêter main forte sur cette mixtape, comme AG Da Coroner, Heems de Das Racist, un Smoke DZA dont le récent Rugby Thompson vaut lui aussi le détour, ce J-Love auprès duquel Meyhem Lauren a fait ses premiers pas, Roc Marciano, mais aussi Sean Price, le vétéran du Boot Camp Clik. Il y a même ce bon vieux Thirstin Howl III, le fondateur de la Lo-Life, dont on avait perdu la trace depuis les beaux jours du rap indé, au début des années 2000. De fait, Riff Raff est le seul ici à ne pas provenir de la Grosse Pomme ; on ne regrettera pas pour autant la présence ici de l'irrésistible bouffon texan.

Il ne faut pas oublier de mentionner un autre New-yorkais, Harry Fraud. En plus de ses travaux remarqués pour French Montana, Wiz Khalifa, Juicy J, Rick Ross, plus récemment pour Curren$y et Isaiah Toothtaker, et pour les Action Bronson, Riff Raff et Smoke DZA susnommés, le producteur en vue de l'année 2012 a livré une bonne moitié des beats de Respect the Fly Shit, laissant l'autre à Tommy Mas, l'homme derrière les sons de Dr. Lecter. Et les sons de notre Blanc aux cheveux longs, précisément, sont pour beaucoup dans la réussite de la mixtape.

Sur ce disque aux paroles dures, remplies de références au sexe et à la drogue, mais dont ne sont exclus ni les considérations sociales (cf. "Pan Seared Tilapia"), ni des moments plus love ("Lets Hold Hands"), il y a bien du bon vieux boom bap comme autrefois, avec des samples aux accents soul ("Top of the World", "Grown Man Palettes", "Radioactive Tuna"), des beats sobres et minimalistes, comme avec ce "Drug Lords" d'époque ou, côté Tommy Mas, avec "Top of the World".

La production d'Harry Fraud, toutefois, apporte quelques agréments de plus : une guitare menaçante et un orgue lourd sur l'introductif "Fingerless Driving Gloves" ; des chœurs et d'habiles changements de percussion sur "Special Effects" ; un orgue encore, mais plus enjoué, ainsi qu'une trompette en roue libre, sur "BBQ Brisket" ; un synthétiseur insistant sur "Juevos Rancheros". Soient un registre large et tout plein de petits détails qui apportent, avec le talent des rappeurs, un petit soupçon d'actualité et de rénovation à une formule new-yorkaise éternelle.

Vos 5 albums / mixtapes 2012

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2012. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet