Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

B.G. KNOCC OUT & DRESTA - Real Brothas

, 16:29 - Lien permanent

Il y a deux façons de jouer avec un genre bien défini. Le défier, le malmener, viser la transgression, l’innovation, l'effet de surprise. Ou, à l'inverse, avec respect, tenter d’en atteindre la quintessence, d’en livrer la version définitive, l’idéaltype. Sans conteste, B.G. Knocc Out et Dresta, ont opté pour la seconde démarche, avec ce Real Brothas qui pourrait bien être l’œuvre ultime du g-funk californien.

B.G. KNOCC OUT & DRESTA - Real Brothas

Outburst Records :: 1995 :: acheter ce disque

Les deux rappeurs avaient le profil gangsta parfait : ils venaient de Compton, étaient apparus dans le sillage d’Eazy-E, s'en étaient pris avec lui à Dr. Dre sur le single "Real Muthaphukkin G's", et ils étaient affiliés au gang des Crips. Véritable thug, B.G. Knocc Out bousillera d’ailleurs sa carrière en purgeant une longue peine de prison pour tentative de meurtre, excusez du peu. Eazy-E mort, c’est sur Outburst, une dépendance de Def Jam, et non sur Ruthless Records, que sortait en 1995 l'unique album des demi-frères, un Real Brothas où ils rendaient hommage au mentor disparu, avec le titre "50/50 Luv" (B.G. Knocc Out ira jusqu’à intituler un album Eazy-E's Protege, en 2011), et où ils affichaient un respect sans faille pour les Tables de Loi du hip-hop californien établies dans les années 90.

Les paroles, de fait, donnaient dans le gangsta rap le plus pur. Des titres, comme "Who's The G", "Do or Die" et "Down Goes Another Nigga", rien qu’eux, annonçaient la couleur, On allait parler des rudesses de la rue, de la vie dans le hood et, plus particulièrement, de Compton, trois morceaux portant le nom du fameux quartier de Los Angeles. On nous révélait aussi les problèmes relationnels et les questions existentielles qui travaillent les gangsters sur "Jealousy" et sur "Life's a Puzzle". Les filles étaient des trainées ("Compton Hoe"), bien sûr. Les rivaux de Watts et de Long Beach, et particulièrement Tha Dogg Pound, méritaient le mépris d’après les fielleux "Compton and Watts" et "DPG/K". Et bien évidemment, nous étions invités à une virée dans les quartiers ("Take a Ride").

Pour parachever le tout, les sons étaient tout en basses rondes et en guitares funky, d’une humeur ensoleillée. C’étaient les beats lymphatiques et les petites mélodies langoureuses attendues, soulignés par des refrains chantés par des femmes lascives et de généreux synthétiseurs vibrionnant. Real Brothas ne renouvelait donc le g-funk en rien, en absolument rien. Très bien rappé, impeccablement produit, il se contentait simplement (ce qui était déjà énorme) d’en livrer sous une forme achevée, accomplie, et quasiment parfaite.

Vos 5 albums / mixtapes 1995

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1995. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet