Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE GOATS - Tricks of the Shade

, 22:53 - Lien permanent

Voici donc des rappeurs aux idées larges, friands de "vrais" instruments, venus de Philadelphie, mais qui ne sont pas ceux auxquels vous pensez. Avant The Roots, en effet, il y eut The Goats, l'un des groupes les plus injustement oubliés de l'histoire du hip-hop. Accompagnés à la production par Joe Nicolo des Butcher Bros, l'un des fondateurs de Ruffhouse Records, ce trio multiracial proposait pourtant une fusion idéale des tendances les plus excitantes du rap d'alors.

THE GOATS - Tricks of the Shade

Ruffhouse Records / Columbia :: 1992 :: acheter ce disque

Oatie Kato, Madd et Swayzack, en effet, lorgnaient autant du côté de Public Enemy, par la charge politique lourde dont était bétonné leur brillant premier album, que des Native Tongues, dont ils avaient l'éclectisme, l'humour et la fantaisie. A cela, on pouvait ajouter un petit quelque chose de Beastie Boys, avec cette instrumentation qui penchait par moments vers le funk et vers le rock.

Côté critiques et dénonciations, donc, ça y allait sec sur Tricks of the Shade. Et la première cible, c'était l'Amérique, ses inégalités, son racisme, ses flics brutaux et ses détestables militants anti-avortement, une Amérique qui allait de Christophe Colomb, accusé d'avoir été plus génocidaire qu'Hitler, à George Bush senior. D'entrée, nos rappeurs se défendaient d'être des Américains typiques, et ils finissaient l'album en brûlant la bannière étoilée et en s'acharnant sur l'Oncle S(c)am. C'était radical et violent, mais ça ne virait jamais au prêche saoulant.

Car côté extravagances et légèreté, The Goats se montraient aussi au rendez-vous. D'abord, une histoire amusante traversait tout l’album, celle de Hangerhead et de Chicken Little à la recherche de l'Oncle Scam, que le groupe nous racontait à l'occasion d'interludes délirants, mais jamais superflus. Ensuite, il y avait cette musique, rapide, ludique, jubilatoire, haute en couleur et pleine de surprises, où un orgue malin, des guitares légères, des percussions bondissantes, des scratches et des raps truculents, prenaient un malin plaisir à jouer tous ensemble.

Prisé par la critique, Tricks of the Shade ne rencontrerait pourtant pas tout à fait son public, et l'album d'après, No Goats No Glory ne serait plus aussi réussi, pénalisé par le départ d'Oatie, qui n'en pouvait plus des soirées défonce de ses compères. Seul le groupe de ce dernier, l'honorable Incognegro, garderait un petit goût du premier Goats avec sa fusion rock rap, sans en atteindre l’excellence.

Vos 5 albums / mixtapes 1992

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1992. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le mercredi 26 octobre 2011, 13:48 par Greg

Ah, ça fait plaisir de voir cet album par ici... Le genre de disque à surtout pas prêter : je l'ai fait une fois, jamais revu, merci bien. "l'un des groupes les plus injustement oubliés de l'histoire du hip-hop" : pas mieux. J'avais exhumé la bête il y a quelques années (http://www.abcdrduson.com/chronique...). Depuis ça a pas pris une ride. Ce serait mentir quand même de dire que je me retape tous les interludes à chaque fois, au bout d'un moment...

"No Goats, no Glory" est très nettement en-dessous, y a même pas débat. Mais si on fait abstraction du premier et qu'on aime bien les virées rock ("Rumblefish", "Idiot Business"), il y a quand même des morceaux tout sauf dégueu, comme "Mutiny" (http://www.youtube.com/watch?v=IcDP...). Je le prête pas non plus en tout cas ;-)

Le Incognegro est sympa dans son genre, mais au niveau du son (des textes aussi d'ailleurs), c'est quand même plus vraiment la même chose. Dans mon souvenir en tout cas, c'est plus propre, plus funky, plus "entertainment". J'aurais tendance à le rapprocher du tout premier Count Bass D, "Pre-Life Crisis", ceci dit j'ai pas écouté tout ça depuis dix piges donc je suis peut-être complètement à côté de la plaque.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet