Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

COMPANY FLOW - Funcrusher Plus

, 22:42 - Lien permanent

En 1997, le hip-hop semblant s'affadir au contact corrupteur du grand public, "independent" et "alternative" allaient devenir de nouveaux mots d'ordre, et nul groupe n'allait les proclamer plus fort que Company Flow. Issus de l'underground new-yorkais, autoproduits, auto-promus, fondateurs de leur label, Official Recordings, El P, Bigg Jus et Mr. Len avaient choisi une cible, le business, et un slogan, "independent as fuck", sans ambigüité sur le créneau qu'ils avaient choisi.

COMPANY FLOW - Funcrusher Plus

Rawkus :: 1997 :: acheter ce disque

Apparus dès 1993, ils allaient devenir les hérauts du nouveau rap indépendant à la sortie en 1996 d'un EP incendiaire, Funcrusher, acclamé par la critique et le public spécialisés. Un an et quelques maxis plus tard, ils en sortaient une version enrichie sur le jeune label Rawkus, Funcrusher Plus. Comme l'indiquait le titre de l'album, rares y seraient les passages un tant soit peu remuants et funky. Seuls quelques hymnes vindicatifs faisaient remuer la tête, comme "Silence", et le prodigieux rap à sitars de "The Fire in Which you Burn", auquel participaient les Juggaknots.

Partout ailleurs, Company Flow s'emparait des attributs les plus durs du rap hardcore new-yorkais. Il en ralentissait le rythme, le dépouillait de ses samples accrocheurs et en explorait les abords les plus expérimentaux. Atmosphériques et hallucinés, "Bad Touch Example", "8 Steps to Perfection" et "Krazy Kings" étaient tous dans ce ton. Mais l'aboutissement de cette formule, c'étaient plus encore les versions révisées de "Population Control", un titre lent et apocalyptique, renforcé par le son inquiétant d'un écoulement d'eau, et de cet "Info Kill" tout en nappes. Funcrusher Plus recélait aussi quelques divagations étranges comme "Help Wanted", qui rappelait Dr. Octagon pour sa science-fiction, et des délires scratchés comme "Lencorcism" ou "Funcrush Scratch", tous deux produits par Mr. Len.

Company Flow savait aussi larguer des bombes, des titres plus agressifs, quoique toujours excessivement sobres. Résumés à trois notes, à une rythmique énorme et à un flot de raps complexes et obsédants, "Collude/Intrude" et "Last Good Sleep" étaient de ceux-là. L'austérité était encore plus extrême sur "Blind", et il fallait toute la vindicte du trio pour animer et sublimer les très arides "Legends", "89.9 Detrimental" et "Vital Nerve". Le disque dans sa longueur se montrait donc excessivement rude, hostile et pesant. Il n'en posait pas moins les fondations d'un mouvement majeur du hip-hop, d'une nouvelle génération, et d'innombrables scènes qui se voudraient le refuge d'un hip-hop créatif, intègre, sans concession.

Vos 5 albums / mixtapes 1997

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 1997. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet