Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

MARK LANEGAN - Scraps at Midnight

, 16:41 - Lien permanent

Habituellement, vers quoi se tourne un rockeur vieillissant, au crépuscule de sa carrière ? Il se penche sur une existence faite d’abus et de fracas, il livre ses états d’âme avec la sagesse de l’adulte et du rebelle revenu de tout, de celui qui a vécu. Bref, il fait du blues. Mark Lanegan, cependant, n’a pas attendu le poids de l’âge pour se lancer dans cette entreprise. Sa carrière de bluesman dépressif et vanné, il l’a menée très tôt, en parallèle, dans l’ombre de ses prestations en tant que frontman des Screaming Trees, puis de contributeur des Queens of the Stone Age.

MARK LANEGAN - Scraps at Midnight

Sub Pop :: 1998 :: acheter ce disque

Au milieu des années 2000, cependant, l'album Bubblegum et la collaboration de Lanegan avec Isobel Campbell avaient projeté une lumière nouvelle sur son œuvre solo, et rappelé qu’elle valait assurément davantage que ses travaux plus grand public. Plutôt que The Winding Sheet, un premier projet à moitié raté, c'est le plus souvent ce Whiskey for the Holy Ghost sorti au tout début de 1994, que l'on cite comme première preuve de l'excellence de cette entreprise solitaire. Mais l'album sorti quatre ans après, Scraps at Midnight, valait tout autant le détour.

C’est qu’en 1998, le chanteur vivait une époque charnière. Après plusieurs fausses ruptures, des Screaming Trees en pleine déliquescence rock'n'roll (mésentente, drogue, tout ça...) avaient fini par se désagréger pour de bon, laissant Lanegan seul avec lui-même et les fantômes de ses amis, en premier rang lieu Kurt Cobain, avec lequel il avait autrefois commencé à envisager cette carrière parallèle.

Rien d'étonnant, donc, si on y entendait un chanteur du fond d'un trou. Le ton était donné dès le début de Scraps at Midnight, avec la guitare western de cet "Hospital Roll Call" dont les paroles se résumaient à un seul mot, "sixteen", répété sans cesse, en fait le numéro de la chambre qu'occupait Lanegan lors de son dernier séjour en réhab'. Pas joyeux joyeux, donc. Et le reste ne l'était pas plus.

Avec sa voix de baryton éraillée, sur un rock bluesy et sans âge, tantôt électrique, tantôt acoustique, et sobrement accompagné ici d'un piano, là d'un saxophone, Mark Lanegan nous exprimait ses sentiments de vide, de perte, de chute et de temps gaspillé sur "Hotel", il parlait de fuites et de fautes inavouables sur "Waiting On A Train", et de sa quête d'échappatoires sur le superbe "Praying Ground".

Cependant, le chanteur ne forçait pas le trait. "Livin's not hard, it's just not easy", nuançait-il. Au-delà de cette noirceur, il nous livrait des solutions simples, quoique fugaces, aux problèmes de la vie : l'amour ("Stay"), la jouissance pleine de rares et brefs instants de quiétude ("Bell Black Ocean", un magnifique "Last One In The World"), et les deux à la fois, quand l'être cher auquel le chanteur s'adressait sur "Because of This", une apothéose psychédélique soutenue par un air oriental joué sur synthétiseur, aceepte de l'arracher aux vicissitudes du monde.

You take me back to the place where I cease to exist
To find in your kiss
Something I've missed
You burn away my disguise
And the heavens fallBecause of this

Comme d'autres disques à l'époque, Scraps at Midnight montrait un post-grunge soucieux de remonter aux sources et d'aborder comme autrefois les thèmes de l'inconfort existentiel, du désespoir et de la fuite. Mais celui-ci, avec des titres aussi puissants que "Hotel", "Praying Ground", "Bell Black Ocean", "Waiting On A Train" et "Last One In The World", s'acquittait particulièrement bien de la tâche.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet