Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

IMAGINATIONS TREETRUNK - Branching Out

, 18:20 - Lien permanent

Branching Out s’expose aux mêmes commentaires, aux mêmes critiques favorables ou non apportées à l’autre disque d’Imaginations Treetrunk traité ici, le Breadcrumbs de Tapwater. toutefois, de légères différences plaident davantage en sa faveur.

IMAGINATIONS TREETRUNK - Branching Out

Imaginations Treetrunk :: 2005 :: acheter ce disque

On vous a déjà parlé d’Imaginations Treetrunk. C’était il y a quelques mois, à l’occasion d’un article sur le Breadcrumbs de Tapwater, un duo issu de ce collectif rap basé en Colombie Britannique. A peu de choses près, cette première critique suffirait à commenter ce disque plus ancien, tant les deux albums se valent. Les protagonistes sont plus nombreux, Chadio, Airease Aram et Kaboom ont rejoint Aspire, Azraelian et le beatmaker Aalo Guha, ainsi que d’autres moins connus encore. Et quelques vieilles connaissances comme Josh Martinez et Kunga 219 interviennent également, sur le même morceau d’ailleurs ("Ol’ Lady Love Songs"). Il ne faut pas non plus omettre de signaler la présence de DJ Moves. Mais globalement, Branching Out s’expose aux mêmes critiques que Breadcrumbs, aux bonnes comme aux mauvaises.

Côté positif, il y a certains des sons sortis par Aalo Guha et par les autres producteurs, du bon boom bap profond et aux basses lourdes comme il y a dix ans, et ce dès l’excellent "My Own Two", des boucles de piano jazz comme l’on n’en entend plus assez ("Keep on Lying", produit il est vrai par un Moves qui n’a rien à prouver). Côté reproches, il y a ce remplissage, ces 17 titres pas tous irréprochables, ainsi que le vilain problème de souffle du bien nommé Aspire (c’est fait exprès, ce nom ?). Et puis avec les boucles, c’est toujours pareil : la frontière entre la grâce et l’ennui est très ténue. Et quelquefois, sur "Nothing" ou avec la guitare de "No Prollo", par exemple, elle est franchie dans le mauvais sens.

Une différence est à noter toutefois entre les deux albums, et elle incite à favoriser le présent disque : les autres MC’s du collectif sont globalement meilleurs que ceux de Tapwater, à commencer par la rappeuse Shay Faded (à découvrir sur "Provided Defiance") et par l’impeccable Kaboom (à apprécier sur "Bound Airease"). Les phrasés en deviennent plus variés, moins lassants, ils peuvent accélerer sur un titre bouncy ("Sketchy Descriptions"), virer double time ou se livrer à quelques acrobaties. Du coup, Branching Out tient mieux la distance, il s’essoufle moins vite. S’il faut conseiller un point d’entrée vers Imagination Treetrunk, ce sera donc plutôt ce premier album.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le lundi 7 mai 2007, 15:50 par foreword

Salut mec, merci beaucoup pour ton site, il est vraiment nice. Je voudrais juste savoir si toi ou d'autres savent où se le procurer parce que le lien "acheter ce disque" mène vers un site qui n'en a plus :(

Merci encore.

2. Le mercredi 30 décembre 2009, 23:10 par codotusylv

@foreword : c'est que c'est quand même assez confidentiel, comme sortie. Cependant, j'ai mis le lien à jour. L'album est désormais disponible en version digitale sur Amazon France.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet