Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TAPWATER - Breadcrumbs

, 21:37 - Lien permanent

Parce qu’il est trop long, parce que les deux MCs qui s’y activent y sont lassants, cet album de Tapwater pourrait en décourager certains et cela est regrettable. Ils passeront à côté de l’essentiel : les beats.

TAPWATER - Breadcrumbs

Imaginations Treetrunk :: 2006 :: acheter ce disque

Des scratches, des boucles minimales, un rythme lent mais prenant, des phrasés implacables, des paroles entre storytelling, messages au monde et introspection. Pas de doute, dans la grande famille du hip hop canadien, les MCs Aspire et Azraelian et le beatmaker Aalo Guha appartiennent à la branche la plus respectueuse des canons du genre. Breadcrumbs est leur premier album commun après les Branching Out et Branching Further sortis par leur collectif Imaginations Treetrunk, et ce par quoi ce disque se distingue, ce sont les beats. De simples boucles denses, prenantes et évocatrices comme plus grand monde ne sait les faire depuis le New-York rap du milieu des 90’s. Des boucles vraiment nickel à déguster et à apprécier au casque, comme le prouvent le piano jazz de "Why", le clapotis inquiétant de "Follow the Tide" et la guitare de "Dr. Moreau.

Malheureusement, ces sons sont desservis par quelques tares. D’abord, il y a ces MCs au phrasé invariable, deux rappeurs qui ne jouent d’aucune variation, qui ne font preuve d’aucune singularité, hormis ce "Breadcrumbs" d’ouverture où ils récitent chacun en stéréo une poésie distincte. Qui plus est, il y a dans Tapwater un sérieux problème de contrôle du souffle, ce qui est toujours rédhibitoire en matière de rap. Le contraste est cruel quand interviennent les invités charismatiques que sont Josh Martinez ("Able Bodies"), Birdapres ("Gas Exhaust") et Kaboom ("Lalala"). Enfin, les gens de Tapwater font dans la surcharge. Ils font partie de ceux, trop nombreux, qui veulent remplir leurs disques à ras-bord, qui les comblent de morceaux inutiles et monotones. Si bien que ce Breadcrumbs qui s’ouvre pour l'auditeur par un "eh, c’est bien !" enjoué se termine par un "ouf, enfin, c’est fini". Et ça, c’est du gâchis.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet