Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

GREEK - Smell My Talent

, 23:35 - Lien permanent

Si vous croyez avoir fait le tour complet de ce lieu commun rap qu’est le diss track, cet exercice de style hip-hop qui consiste à dire le plus de mal possible de son copain, c’est que vous n’avez pas encore découvert Greek. Le rappeur le plus bilieux jamais rencontré sur cette planète, membre du quintet Jam Faction, auteur en 2002 d’un chouette The Preferred Remedy et en 2003 d’un 9 Steps to Scott Baio Fame traité ici, consacre presque tout son Smell my Talent à t’expliquer combien tu le débectes.

GREEK - Smell my Talent

Akhenation Music :: 2004 :: télécharger ce disque

Ne conjuguant ses verbes qu’à la deuxième personne, pour que tu saches bien que c’est toi l’objet de sa haine, il s’en prend avant tout aux mauvais MCs qui n’arriveront jamais à vendre de disques. Mais il méprise aussi le trip hop ("Still Clingin’"), le débat entre rap abstract et classique, sa compagne, sa vie d’homme mûr et rangé ("Mid-Life Crisis") et d'autres choses encore. On ne peut pas rivaliser avec Greek au grand jeu du crachat de venin. Les rares invités, comme Random des Slug Crumbs sur le soûlant "Pigs", ne soutiennent d’ailleurs pas la comparaison.

Le rappeur s’est calmé pourtant, contrairement à ce que laissait penser cette pochette répugnante. Ses paroles sont plus fielleuses que jamais, mais il a bridé son flow et il ne traverse quasiment plus de phases d’hystérie. Et puis les beats aussi ont évolué, même s'ils se résument toujours à des boucles principalement fonctionnelles, s'ils sont complètement soumis aux agressions de Jimmy Greek, s'ils sont plus que jamais esclaves de cet ego trip en creux qui occupe tout le disque. Plus ils sont emphatiques et forcés, plus ils marchent, plus ils collent aux paroles outrancières et haineuses du MC, comme sur les cuivres de "Break You", l’électronique de "Mark Wahlberg’s Chest", les chœurs et le rock de "Abyss" et l’instru façon film d'épouvante de "Die by the Musket".

Cependant, produits par Carl Kavorkian et Jack Horner plutôt que par l’habituel Rummage (tous ces gens étant membres de Jam Faction), les sons s’avèrent moins mémorables que sur les deux précédents albums. Même si le talent de Greek lui-même, dont nous découvrons ici bien plus que l’odeur, demeure quant à lui plus que jamais incontestable.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet