Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DRAGNASLIMDUBLIN & THE BEATCAVE HERMIT - There Is No Easy Definition

, 16:26 - Lien permanent

D’accord. Aujourd’hui, en 2005, il risque d’être un peu sportif de se procurer cet album sorti trois ans plus tôt. Mais pour tout ceux qui pensent – à raison - que l’écurie Solesides/Quannum n’a rien proposé d’intéressant depuis Nia et la compilation Greatest Bumps, voici un disque de substitution tout à fait présentable.

DRAGNASLIMDUBLIN & THE BEATCAVE HERMIT - There Is No Easy Definition

United Records of America :: 2002 :: acheter ce disque

There Is No Easy Definition est l’un de ces disques qu’une forme d’injustice condamne à passer presque inaperçus et à sombrer dans l’oubli. C’est qu’en 2002, année de sa sortie, les fans de hip hop avaient d’autres préoccupations. Le camp conservateur ne jurait toujours que par l’orthodoxie East Coast, et les plus progressistes s’excitaient sur Def Jux et Anticon, alors même que les deux labels avaient déjà épuisé leurs plus belles cartouches. Pas de place, donc, pour le live hip hop bon enfant du Beatcave Hermit et le emceeing indolent de Dragnaslimdublin. Et il faut s’accrocher, aujourd’hui, pour mettre la main sur cet album, le seul du duo identifié à ce jour. Pourtant, There Is No Easy Definition s’écoute plutôt bien de nos jours, pour qui s’efforce de cheminer sur les bas-côtés, loin de l’actualité et des remous du rap. Les deux protagonistes se complètent à point et leur disque s’avère plus que présentable, malgré une légère perte de régime sur les derniers morceaux.

A ma gauche, le Beatcave Hermit, qui se montre plus prompt à la composition originale qu’à la répétition d’une seule boucle et qui propose sur ce disque une palette très variée de beats mid-tempo, palette très riche en styles et en instruments (flûte sur "Pros & Cons" et "United Front", piano sur "There Is No Easy Definition", guitare sur "Folly", violon sur "Rosin The Bow", trompettes sur "Wannabe", etc.). A ma droite, Dragnaslimdublin, un rappeur dont le seul fait d'arme notable est la participation au très bon Atomik Age d'Elon.is et qui ressemble au frère caché de Lyrics Born. Doté de la même voix, du même phrasé, du même rappé/chanté nonchalant, il donne dans le jeu de mot et les déclinaisons de thème façon freestyle ("Pros & Cons", "There is No Easy Definition") quand il ne rend pas hommage à James Brown ("Wannabe"). Des deux résulte un album solide dont émergent les titres "United Front", "There is No Easy Definition", "Folly: Chapter 1 & 2".

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet