Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

OMID - Monolith

, 22:48 - Lien permanent

Trouvez-moi donc plus alléchant qu’un album du meilleur beatmaker de la meilleure scène hip hop internationale sorti sur le meilleur label rap du monde ? Omid Walizadeh sort son premier album disponible en France dans un format à mi-chemin entre le mythique Beneath the Surface et l'instrumental Distant Drummer.

Mush :: 2003 :: acheter ce disque

Pour tous ceux qui ne jurent plus que par le rap West Coast Underground, pour tous ceux qui ont découvert à temps (avec un peu de chance) ou sur le tard (plus souvent) le mythique Beneath the Surface de 1998, pour tous ceux qui ont constaté que cette compilation, en plus d'être excellemment produite et rappée, révélait au monde la nouvelle garde Project Blowed qui occupe aujourd'hui le haut du panier hip hop (Awol One, 2Mex, Circus, Radioinactive pour les plus connus), le Monolith du producteur Omid était le disque le plus attendu de la rentrée. Trouvez-moi donc plus alléchant qu'un album du meilleur beatmaker de la meilleure scène hip hop internationale sorti sur le meilleur label rap du monde ?

Sur la forme, le très mal nommé Monolith est un compromis entre l'instrumental Distant Drummer sorti très discrètement l'an dernier et Beneath the Surface : s'y mélangent harmonieusement des instrumentaux malins et agréables ("Sound of the Sitar", un "Research" qui prouve qu'Omid a récemment écouté ou réécouté Pierre Henry, "Speakers Hot") et des titres rappés par quelques invités. Cette fois cependant, ce ne sont plus les inconnus d'il y a 5 ans qui viennent prêter leur voix, mais d'autres gens comparables devenus entre-temps des références. Outre 2Mex et le parrain Aceyalone, déjà de l'aventure autrefois, ainsi que deux outsiders (Hymnal et Spoon of Iodine), Omid accueille sur ce nouveau ni plus ni moins que Busdriver, Abstract Rude, une partie des Living Legends et les non californiens Slug et Buck 65. Et pour une fois, voici une réunion au sommet qui remplit ses promesses, Omid ayant su accompagner au mieux tous ces rappeurs et prouver son habileté à pondre de remarquables productions capables d'interpeler bien d'autres gens que les simples b-boys.

Après un début assez pépère et quelques passages anecdotiques (un "Live in Tokyo" qui vaut principalement pour son line-up de rêve), Monolith s'emballe et dévoile de plus en plus de perles, tant parmi les instrumentaux (notamment le très beau "Ripple Study") que parmi les raps. De la collaboration avec Buck 65 (un orgue de barbarie s'adapte à merveille à la voix rauque qu'affectionne désormais le rappeur canadien qui se prend pour Tom Waits), à celle avec Busdriver (là encore, Omid déniche la prod idéale pour accompagner le rappeur au flow foufou), sans oublier ni les guitares de "I'm just a Bill" et de "Myth behind the Man" (ses petits “doo doo” féminins, sa flûte et l'intervention sans reproche d'Abstract Rude et de 2mex) ni les deux temps du magnifique morceau de clôture ("Club Apothesis"). Grâce à ces titres et à d'autres, le nouvel Omid supporte plutôt bien la délicate mais incontournable comparaison avec Beneath the Surface. Tout le monde s'en doutait 6 mois déjà avant sa sortie, mais il est toujours bon de se rassurer : Monolith est l'un des must-have rap de l’année.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet