Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ROBERT LE MAGNIFIQUE - Robert le Magnifique

, 22:17 - Lien permanent

Copain d'Abstrackt Keal Agram, mais adepte de formats plus libres, Robert montre sur son premier disque qu'il sait effectivement parfois se montrer magnifique.

Idwet : 2002 :: acheter ce disque

Robert le Magnifique apparaît sur le premier album d'Abstackt Keal Agram, tourne régulièrement avec eux et il est apparu sur les mêmes scènes que des gens aussi divers que Vadim, le Grand Popo Football Club ou De La Soul qu'il a précédé aux Transmusicales de Rennes. La veine qu'il explore sur ce petit 8 titres est celle du hip hop instrumental. Mais en lieu et place du format quasi-chanson privilégié par ses amis d'AKA, Robert, bassiste de formation et scratcheur à ses heures, adopte un style plus libre. Plutôt que de partir dans les grandes envolées lyriques coutumières à l'abstract hip hop ou d'opter pour les délires virtuoses des turntablists, l'auteur choisit la voie médiane, il refuse les grosses ficelles et les formes figées et nous livre un travail patiemment mitonné, accompli, complet.

Ce style estampillé Robert le Magnifique est flagrant sur "Cheap TV", qui reprend la boucle soyeuse d'un titre d'AKA et lui fait subir quelques outrages électroniques avant de la remplacer par un scratch crissant qui n'est pas sans évoquer celui qui clôt le "Blue Flowers" de Dr. Octagon. Et il atteint ses résultats les plus convaincants et séduisants sur les petites perles que sont "Pom Pom Ace" (une lourde contrebasse surmontée progressivement par une instru lumineuse) et "Rico Flam" (une guitare accompagnée de sautillements synthétiques). Au moins sur ces deux coups, il se montre magnifique pour de bon, le Robert.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet