Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ASTROBASTARD - Interview

, 23:44 - Lien permanent

Depuis maintenant 3 ans, un trio de dangereux aliens anonymes sème la terreur sur la planète rap à coup de mixtapes aux sonorités d'outre-espace. Pour une fois débarqués de leur site web, ils ont pu s'entretenir avec nous de leurs mixtapes, de leur site et des embrouilles sur les forums web, et même de leur véritable identité dans la vraie vie.

Les Astro Bastards, c'est qui, c'est quoi, et est-ce que c'est secret défense ?

Ice-O-Lator : les Astro Bastards c'est nous trois. Moi déjà c'est Ice-O-Lator, à côté c'est Frank White, qui n'est pas trop un habitué d'Internet, et Dirt'Wolf, le créateur du truc. Celui qui a amené le site, l'idée, tout ça…

C'est toi le webmaster du site ?

Dirt'Wolf : oui.

C'est toi qui trouves les noms à la con ?

I : oui (rires), tous les interludes, tout ça, c'est lui.

Astro Bastards. C'est né sur le site web ? Ca existait avant ?

D : je voulais lancer une sorte de site où on mettrait un peu de tout, contenu multimédia, avec du rap, et faire ça avec des potes autour de nous. J'ai essayé de trouver un truc qui serait un peu marrant, alors j'ai pensé à quelque chose qu'on kiffait depuis longtemps. On a toujours été dans les trucs SF, tout ça, quand on était petit. On a pris cette image là, ça nous colle bien, c'est un peu gogol. On est parti sur ça. Le site, à l'origine, était plus axé grafs. Après j'ai commencé à faire des petites chroniques, à deux balles parce que je ne suis pas chroniqueur. Et puis après, comme on écoutait des raps un peu spé qu'on voulait faire découvrir aux gens, on s'est dit "eh bien voilà, pourquoi ne pas faire une mixtape ?". On en avait déjà fait quelques unes. On s'est dit "autant faire ça sous un autre nom qui ne mette pas forcément quelqu'un en avant", plus un groupe.

C'est un peu thématique les mixtapes Astro Bastards.

D : thématique ? Oui. On a essayé de mettre en avant un univers, dans une continuité. Mais je ne sais pas si les gens captent ou pas.

Et le rapport avec Audiomicid ?

D (faussement naïf) : j'ai cru entendre un nom là… Bon, maintenant tout le monde le sait.

On a le droit d'en parler dans l'interview ?

D : oui.

Tu fais partie d'Audiomicid.

D : moi non.

I : en fait, il n'y a que moi qui y suis associé. Voilà.

Tu n'es pas DJ (à Dirt' Wolf, toujours) ?

D : non, je ne suis pas DJ. Ce sont les deux autres. Moi, je m'occupe plutôt de l'artwork, du concept.

Frank White : et du tracklisting aussi. Il nous trouve pas mal de groupes pas trop connus.

C'était une des questions. Vous les trouvez comment tous ces trucs inconnus ?

D : ça dépend. Sur la première cassette, j'ai beaucoup cherché sur des trucs comme Napster. On a essayé de trouver un maximum de trucs en disque dans ce qui existait. Et ce qui n'existait pas, on l'a posé en MP3.

Le "Have it" de 12 Majestik par exemple. On les a connus grâce à votre mixtape, on les a contactés et maintenant ils vont nous envoyer l'album.

D : il m'a contacté aussi, pour me dire que si on mettait son morceau, il fallait au moins lui envoyer une cassette. Et en même temps ça lui faisait plaisir, le mec a kiffé. Il m'a dit "j'ai été super surpris de me retrouver avec des mecs comme El-P et tout ça". Le morceau, je l'avais trouvé sur mp3.com.

Suit un échange un peu décousu sur les travaux de 12 Majestik.

En fait vous vous partagez les rôles. Il y en a un qui fait la sélection et les autres le mix ou c'est moins tranché ?

I : déjà, pour tout ce qui est graphisme, c'est Dirt'Wolf qui s'en occupe. Et pour les phrases, les interludes. Il envoie aussi pas mal de morceaux. Après, on choisit l'ordre des morceaux. Et je pose le truc final, s'il y a des scratches à rajouter, tout ça. La partie technique c'est plutôt nous deux.

Vous avez quelque chose de particulier à dire sur la toute dernière mixtape ?

F : achetez-là.

I : on s'est plus impliqués. On a mis un petit peu plus de temps à la faire. On voulait vraiment faire un maximum de mixes. Sur la première on s'est permis d'enchaîner des morceaux comme ça. En fait, voilà ce qui a changé : sur la première, il y avait un maximum de mp3 pour un minimum de vinyle, alors que maintenant, on n'a que trois ou quatre morceaux en mp3 et le reste c'est du vinyle. On a essayé de… d'acheter les trucs aussi (rires).

Vous partez sur un rythme d'un par an ?

D : non. Ca dépend. Il y a des périodes où sortent des trucs bien, pas trop connus, pas trop évidents, d'autres où sortent des trucs relous, et on ne veut pas se sentir obligés d'en mettre.

I : sinon on sortirait une cassette toutes les semaines.

D : mieux vaut attendre pour vraiment donner un truc de qualité.

F : il faut de bonnes choses pour faire une bonne cassette.

I : si on part sur un rythme à la JR Ewing, on se retrouvera à l'arrivée avec des tapes dont certains morceaux nous saouleront vite fait. On choisit vraiment des morceaux dont on est sûr qu'ils ne vont pas nous saouler avant longtemps. Il y a plein de bons trucs qui sortent, mais tu ne les écoutes qu'une semaine et après c'est fini. Avant de lancer la tape, j'écoute en boucle et en boucle, et s'il y a un truc qui couille, on enlève.

Quel accueil ont reçu les tapes jusqu'ici ?

D : au début, personne ne connaissait et c'est passé un peu inaperçu. Ca a mis du temps en fait. La deuxième, ça a été beaucoup mieux déjà. Franchement, on a halluciné, il y avait des demandes, c'est parti beaucoup plus vite. Et la dernière c'est encore mieux. On a fait des CD.

Il commence à y avoir un petit public.

D : oui, on a un petit public.

Et uniquement par Internet ou par d'autres biais ?

D : à mon avis principalement par Internet. Mais il y aussi le fait qu'aucun de nous trois évolue vraiment dans le même milieu. On connaît pas mal de gens dans chacun de nos milieux respectifs, on parle du truc, on passe la cassette…

Elle est distribuée là ?

D : oui.

Et les boutiques la prennent en dépôt-vente, elles ne l'achètent pas.

D : non. On ne va pas en vendre non plus 2 000 exemplaires à chaque fois. Celle là a été pressée à 500.

Vous comptez en represser ?

D : on en a parlé. Mais si c'est pour se retrouver encore avec des tapes sur les bras c'est pas la peine. Sauf s'il y a vraiment de la demande.

Les 500 sont parties là ?

I : oui. Elles sont parties en magasin. Placées seulement. Mais c'est la première fois qu'on place tout d'un coup. D'habitude, là où tu es assis, il y en a un carton (rires). C'est bien parti.

On n'a même pas encore fait la promo de notre côté. On vient de finir la chronique aujourd'hui.

D : pour l'instant, dans toutes les chroniques qu'on a lues, il y a des trucs sympa. Et des fois on a été surpris. J'ai envoyé les cassettes à tous les magasines histoire de. Et j'ai été surpris par des Radikal ou des Groove qui disent que c'est bien. Ca me paraît un peu chelou.

Une nouvelle discussion à bâtons rompus sur Groove Magazine et Waxexpress.

Donc le site web, les mixtapes... Il y a d'autres projets ? Parce qu'apparemment Dirt'Wolf est branché un peu graf quand même. Un petit peu (rires).

D : oui. J'ai d'autres projets, mais c'est pour des trucs un peu différents. J'ai des projets dans le graphisme. Je pense que si je sors quelque chose je le mettrai façon label Astro Bastards de toutes façons. Sans me dire que c'est l'image qui va ramener le public. Je préfère mettre ce nom là plutôt que le mien perso.

Il y aura d'autres thématiques à côté des Astro Bastards ? Faire un film ? (rires)

D : je ne sais pas. Il faudrait des gens compétents. Bon, je pense que le sujet peut s'essouffler assez rapidement. On ne va peut-être pas faire 10 cassettes avec ça.

Tiens justement, pourquoi Bad Taste ?

D : pourquoi Bad Taste ? Parce que c'est un bon film. Franchement, c'est un des films de SF qui nous a le plus plu, qu'on a le plus kiffé quand on était plus jeunes. Tous les gens qui l'ont vu à l'époque s'en rappellent. Et quand ils voient le truc ils se disent "ah non, putain c'est ouf, ils ont pris ça !". J'avais des potes avec qui on regardait ça comme des oufs et qui m'ont dit "oh non, ils ont pris ça pour leur cassette !". Ca me fait marrer.

Bon, sinon la mixtape, elle est assez spéciale dans le paysage du rap en France. On en arrive à la fameuse question : vous et le rap français ?

I : moi le rap français j'aime pas. J'aime bien ce que mes potes font, mais je reconnais que si ce n'était pas des potes à moi je ne kifferais pas. Sinon, il y a des gens avec qui je taffe comme THC, eux je kiffe bien ce qu'ils font.

Qui ça ?

I : THC, des mecs de Nanterre. Tu peux trouver leurs MP3. Après, il y a des gens à part. Donkishot, des gens comme ça, j'aime bien aussi. Ils sont vraiment dans des délires spéciaux. C'est pas habituel. Et Cheravif aussi. Un type dont j'ai mis un truc sur ma première tape, Dissection. C'est un type du 18. Un gars qui fait du peura et qui ne sort pas beaucoup de trucs. Mais le peu qu'il a sorti est vraiment mortel. Donkishot connaît, il ne s'en est pas inspiré mais il a bien kiffé son délire. Sinon j'aime bien Lunatic (blanc, puis rires). Les mecs sont indépendants, ils vendent leur truc, ils sortent leur truc, ils sont authentiques dans leur truc, même si t'es pas dans leur délire. Ils ont des instrus qui sont relous des fois, mais ça leur correspond parfaitement. Ils ne se prennent pas la tête, ils font leur truc.

D : dans ce style là, ce groupe est bon.

I : à partir du moment où ils sont authentiques, même si c'est pas super poussé techniquement, je respecte le truc. Maintenant, sur l'ensemble du rap français… Autant écouter du ricain.

Et justement, le rap américain.

I : en rap américain je kiffe plein de trucs. Mais il y en a que je ne pourrais pas acheter.Il y a des trucs que je kiffe pour moi, mais que je ne mettrais pas en soirée, que je ne mettrai pas dans mes tapes, parce que j'ai choisi d'évoluer dans une des voies du rap que je préfère. Mais en réalité je kiffe plein de trucs. Je ne mets pas Clipse, Noreaga ou Ludacris sur mes tapes mais ça ne m'empêche pas de télécharger les mp3. Je les passe en soirée, des soirées bien bling-bling. Clipse c'est bien, mais je ne pourrais pas les mettre ces trucs là, ça ne rentrera jamais dans mes choix. Parce que c'est ce que les ¾ des DJs font. Le petit public que j'ai réussi à me faire durant ces années, je lui passe un truc comme ça, il se suicide. "Ah, il est parti en couille", comme on dit des mecs comme ça. "Il a mis Jay-Z !". Alors que Jay-Z c'est bien.

D : il ne faut pas croire qu'on écoute que ce qu'on met dans nos tapes.

I : j'écoute de la drum'n bass.

Vous écoutez quoi en dehors du hip hop ?

D : je vais te dire un truc. J'écoute tellement de rap, tellement de raps différents... Je me suis intéressé un peu à d'autres musiques. J'ai écouté d'autres choses avant. De la funk, des trucs comme ça. Mais en fait j'ai pas vraiment le temps d'écouter d'autres genres. On a essayé de me faire écouter de la musique électronique, mais j'ai tellement de choses à écouter.

Et puis il ne faut pas dire n'importe quoi : il y a de la diversité dans le rap.

Suit un long aparté sur le passé du rap, les pubs sur Internet, la sortie d'une compilation en 2040, etc...

Ca fait longtemps que tu mixes en fait ?

I : la première fois que j'ai touché aux platines c'était chez un pote en 94. En 95 j'ai rencontré Feadz, c'était un bon pote, on était dans le même bahut. Je suis allé chez lui, il m'a montré des keutrus, comment mixer. Et là on peut dire que j'ai commencé en mixer. En 95.

Alors maintenant, la question joker. Votre playlist là maintenant tout de suite.

I : le Donkishot là, Sortez vos Mouchoirs, que j'ai récupéré il y a quelques jours. C'est un mec bourré de talent. Dommage qu'il y ait eu des délires autour. Des histoires d'êtres humains avec des êtres humains. Moi je ne suis pas dans ces histoires.

F : et le morceau de Necro là. Violons...

I : "Violins of Violence". Ah oui c'est un bon celui-là.

D : Sinon, à peu près les trucs qu'on a mis dans la mixtape... On réfléchit.

Vous pouvez éventuellement me l'envoyer par email après.

Ce qu'ils ont fait :

Ice O Lator :

D-Styles - Phantasmagorea
Toadstyle - Flatulent Boy Confesses
J-Smoke - Live at the BBQ
Edan the DJ - Fast Rap
Mr. Dibbs - Ugly & Proud
The Mole aka Lord Puff and Chee
Kodh - Loqk Emotionz
Soper - Indelible Pain
Orgasmic le Toxicologue - Est Secrètement Amoureux de Vous
Fresh Makers - La Leçon
THC - Scary Music LP
Donkishot - Sortez vos Mouchoirs EP
Octobre Rouge - Violences
Hi-Fi - Je Suis

Frank White :

Gunshot - Patriot Games
Hijack - The Horns of Jericho
Kokane - Funk upon a Rhyme
Ultra - Pimp Fiction
Jacky Jasper - Keep my Shit Clean
Awol One & Daddy Kev - Souldoubt
Nerd - In Search of...
Ward 21 - Mentally Disturbed
Jamalski - Roughneck Reality
Universal Project - War Boyz EP
Moving Fusion - The Start of Something
Adam F - Kaos Remixes
Kemal - Nerve 5 Remix
Dillinja - Twist em out
Stakka & Skynet - Sunrise
THC - Scary Music

Dirtwolf :

Bus Driver - Temporary Forever
EL.P - Fantastic Damage
Killah Priest - Welcome EP
Agallah 8Off - Show Up
Mf Doom - Operation Doomsday
Cage/Camu - Nighthawks
504Boyz - Goodfellas
Above The Law - Forever Rich Thugs
Awol 1 & Daddy Kev - Souldoubt
50 Cent - WanKstA!
Copywrite - THe High Exhaulted
Necro - I Need Drugs
Too Short - You Nasty
Jaz-O & Immobilaries - Kingz County
KHM - Khm
Cage - Movies for the Blind
Mf Grimm - Downfall of Ibliys: Ghetto Opera

On va en revenir à Internet. Vous avez pu rencontrer des gens avec qui vous avez des affinités par votre site, avec qui, par exemple, vous avez envie de collaborer ?

I : non, pas trop. On a déjà nos milieux respectifs. On a connu plus de gens par nos activités en dehors d'Astrobastards. Ca a juste ramené un public, des gens qui achètent des tapes.

D : on a des potes aussi sur le forum. Sinon, tu as des mecs qui habitent super loin, je ne sais même pas qui c'est. Quand je vois leurs adresses je me dis "c'est ouf, il habite là !". Tu vois un type qui parle de grafs et qui connaît trop de trucs, les mecs connaissent les prénoms ! Et des fois ça va vraiment trop loin. Avant j'avais un forum, pour un site de graffiti. C'était que des trucs de battle.

I : mais sur notre forum, au contraire, depuis le début, on n'a que des gens polis (rires). On n'a que des gens cools, on se parle poliment, on s'échange des trucs... C'est un forum quoi. On n'a pas de mec qui vient sous 10 000 noms pour dire "ouais, lui c'est un connard !". On a cet avantage par rapport aux autres forums où t'as un type qui va dire "ouais, j'aime pas machin", et l'autre qui réplique "quoi, t'aime pas machin !!!!" comme si c'était son pote. Pour l'instant, chez nous, tout le monde respecte l'avis de l'autre. On a de la chance d'avoir des gens polis sur notre forum. Et à mon avis c'est des gens qui ont l'habitude de sortir de chez eux et de rencontrer d'autres gens.

On va arrêter de parler d'Internet. Un show de DJ's Astrobastards c'est envisageable ?

I : non. Astrobastards, il faut vraiment que ça reste lié à Internet. C'est la nouvelle èèèèèère (rires). C'est né dedans et ça y restera. C'est le cyber hip hop (rires).

On peut parler d'Audiomicid ?

I : oui, maintenant c'est connu. Audiomicid, ça n'a rien à voir avec Astro Bastards. Je suis le seul à faire partie des deux. On peut parler de Kodh, Shino, Dirt, Mogz, Low, Feadz, moi c'est Shone. Kodh participe au championnat du monde ITF (International Turntablism Fundation), le 16 je crois, à Münich. Il a de grandes chances de gagner. Il est champion de France et il va participer au championnat du monde. Et vu que l'année dernière il était deuxième, et que le premier ne défend pas son titre, c'est lui qui défend officiellement le titre et il n'aura pas à passer par les éliminations. Son site ouvre bientôt. Il est un peu venèr.

Pourquoi il est venèr ?

I : il est venèr dans son taf (rires). Il suit un entraînement de dingue, c'est un ouf. Et au passage il a une tape qui vient de sortir, très bien.

Nouvel aparté décousu sur le petit monde des championnats ITF et DMC.

C'est fini, à moins que vous ayiez un message à faire passer à la planète et à l'outerspace.

F : soyez polis (rires).

I : soyez polis.

D : We PiMP eArTH!!!

Interview réalisée avec le concours d'Ash Boltagone et de DJ Proteze.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet