Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SMUT PEDDLERS - Porn Again

, 16:35 - Lien permanent

Il serait hâtif d'associer les Smut Peddlers au naufrage actuel de Rawkus. Mais avec Porn Again, Eon, Mighty Mi et Cage n'en démontrent pas moins que leur intérêt repose davantage sur leurs maxis, leurs prestations live ou leur rôle de pivot sur la scène rap indé que sur leurs albums.

Rawkus / Pias :: 2001 :: acheter ce disque

Le nouvel album des Smut Peddlers (Eon et Mighty Mi de The High & Mighty plus Cage, pour ceux qui prennent le train en route) s'appelle Porn Again. Rien de surprenant m'a-t-on dit récemment : y a-t-il un seul morceau des Smut Peddlers qui n'ait pas le mot "porn" dans son titre ? Remarque pertinente, tant les trois lascars sont portés sur la chose, comme ne le contredisent ni la pochette, ni les lyrics. Reste tout de même une interrogation : le renfort de la voix aigre du redoutable Cage sur la longueur de Porn Again allait-il effacer la demi-déception qu'a été le Homefield Advantage de The High & Mighty sorti en 1999 ? La réponse malheureusement est : pas vraiment…

Comme pour ce prédécesseur, les meilleurs arguments de Porn Again sont les titres issus des maxis ou de la compilation Eastern Conference All Stars, tous déjà bien connus, notamment le terrible "Medicated Minutes", au mot d'ordre ravageur ("Sluts, Gimmicks, Ducks you've finished, this is dedicated to those medicated minutes, fuck Image, we stuck on spinach, in a second you'll be checkin in the fuckin smut clinic"), et où pour une fois les voix complètement opposée de Eon et de Cage se complètent à merveille. Dans une moindre mesure, on retrouve fort à propos un "54" et un "One by One" tous deux corrects quoique linéaires.

Mais après… Et bien pas grand chose de bien excitant. Bon, il se passe bien un petit quelque chose sur un "That's Smut", sur un "Bottom Feeders" aux allures de hit ou sur "Amazing Feats". Mais tous sont trop longs, trop faciles, sans grande magie, bien trop convenus. Rien n'y fait, même la présence de MCs légendaires comme Kool Keith et Kool G Rap, ou plus récents, comme RA the Rugged Man et Copywrite, autre comparse dans le genre rappeur juif peu fréquentable. Et ce n'est pas quelques détails fantaisistes bien dans l'esprit du trio, comme le beatboxing entremêlés de vagissements pornographiques de "Beats, Boxes and Boobtube" qui relèvent cat album décidément bien flasque.

Bref, le syndrome Homefield Advantage sévit encore sur Porn Again. Beaucoup de remplissage, de titres franchement dispensables, un Mr. Eon toujours faiblard, un Mighty Mi dont les beats assurent moins que précédemment, et relativisent de façon néfaste l'intérêt suscité par le renfort de Cage. Lequel démontre presque qu'il est bel et bien le modèle caché d'Eminem (pour ceux qui débarquent, une violente polémique avait fait rage entre les deux MC's en 99).

Bien sûr, il serait imprudent d'associer les Smut Peddlers au naufrage actuel de Rawkus. L'ex label phare du hip hop indépendant se contente de distribuer ce nouveau produit Eastern Conference, en vertu d'un accord qui ne sera sans doute pas reconduit. Mais Eon, Mighty Mi et Cage n'en démontrent pas moins que leur intérêt repose davantage sur leurs maxis, leurs prestations scéniques ou leur rôle de pivot de la scène indé, que sur leurs décevants albums.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet