L'histoire des relations entre rap et musiques électroniques est complexe. Elle est à la fois conflictuelle et incestueuse. Et elle a connu de nombreux épisodes. Le tout dernier, toutefois, est singulier. C'est encore tout autre chose. Depuis plusieurs années, en effet, l'incroyablement prolifique rappeur de Rochester RXK Nephew multiplie les sorties et les freestyles à un rythme effréné. Et souvent, pour exprimer son flot de paroles visiblement inspirées par l'alcool, Kristopher Williams, son vrai nom, opte pour des sons house et techno.

RXK NEPHEW - 'Til I'm Dead

Sorti au début d'une année 2023 qu'il aura survolée et inondée de ses projets, une année dont il aura été l'une des rares satisfactions côté rap, 'Til I'm Dead a été présenté comme son premier album digne de ce nom. Produit cette fois par un seul producteur, Rx Brainstorm, enregistré pour la première fois par un RXK Nephew sobre, il est sans doute son plus accessible. Et sur cet énième album qui détourne la pochette du Ready To Die de Biggie (il est sorti le jour anniversaire de sa mort), le rappeur confirme son parti-pris musical.

En effet, à travers le formidable single et l'égo-trip hilarant "Critical", ou plus tard sur la bien-nommée "Dance Song", la house music est toujours là, comme d'autres genres issus de la même lignée. On entend ci et là les nappes propres à l'ambient music, les percussions trépidantes de la drum'n'bass, les arpèges sophistiqués de l'IDM ("LikeMike") ou une sorte de vieil electro ("I’m High"). Neph, cependant, fait flèche de tout bois. On entend aussi beaucoup de rythmes trap, avec à l'occasion du rap chanté sous Auto-Tune ("TwoTone"). Et côté paroles, aussi, ça part absolument dans tous les sens.

RXK Nephew ne s'embarrasse pas toujours de refrains. Il déclame ses pensées comme elles viennent, à toute allure. Il est un adepte de la logorrhée, et passe sans cesse du coq à l'âne. Son principal alter ego, ce Neph aux mouvements de danse incomparables, s'efface à l'occasion devant Slitherman, son alter ego braillard et enragé. Il change soudain d'intonation, ou se lance tout à coup dans des imitations d'OJ da Juiceman et de Mike Jones. Bref, il a un goût marqué pour l'absurde, comme il le prouve avec cette longue divagation autour du verbe "to do" qu'est "What Im Doin".

RXK Nephew est un rappeur de rue qui nous parle de drogue, d'argent et de Glock ("Pork N Beans"), et qui s'envoie en l'air avec de l'alcool et d'autres substances. Il est un chien fou qui s'en prend sans raison aux producteurs Mike Will, DJ Mustard et Young Chop, sur l'épique et conclusive "Love Song" (ainsi qu'à Benny the Butcher qui, nous dit-il, ne serait même pas un boucher…). Mais il est aussi un rappeur plus introspectif, comme quand sur "All I Had Was A Bean" et ailleurs, il rend quelques comptes à cette enfance où, abandonné par sa mère, il a été élevé par sa grand-mère.

Alors qu'en 2023 on s'ennuie, alors qu'on ne sait plus trop où va le rap, NXK Nephew a trouvé la voie : il retourne aux sources, quand il s'agissait encore de laisser libre cours à des élucubrations sur les sons de la discothèque ; comme Lil B, à qui il a souvent été comparé (et qu'il cite sur "Frames"), ne fixer aucune limite à sa fantaisie, ne se restreindre en rien, donner tout ce qu'on a. Même si, souvent, on frise l'indigestion et le trop-plein, il en restera toujours quelque chose.

Ecouter cet album