DAVE - We're All Alone In This Together

Dave est le Kendrick Lamar anglais. Cette comparaison n'est pas neuve, mais elle est toujours pertinente, à l'heure où le deuxième album du Londonien bénéficie peu ou prou des mêmes éloges que le précédent. Certes, leurs musiques et leurs styles sont différents. Un océan les sépare : ce n'est ni le même terreau, ni la même histoire. Mais l'un et l'autre, dans leurs pays respectifs, sont le produit d'un rap arrivé pour le meilleur comme pour le pire à l'âge adulte, et qui profite pour cela du soutien et de la reconnaissance de l'establishment culturel, via un prix Pulitzer pour l'Américain, et un prix Mercury pour le Britannique, entre autres breloques.

DAVE - We're All Alone In This Together

Les deux hommes ont en commun de privilégier la posture respectable et présentable du "rappeur conscient", mais sans rien renier du substrat gangsta. Au contraire, ils les concilient, le registre du bandit étant contextualisé et légitimé par un discours social. Sur We're All Alone in This Together, certes, Dave adopte une approche moins conceptuelle que sur l'opus précédent. Il s'agit d'un album moins homogène que Psychodrama, qui se présentait comme une longue psychothérapie. Quelques titres, notamment, sont de purs égo-trips de parvenus se vautrant dans le luxe, des hymnes fiers et hédonistes, comme le single "Clash", ou bien "Verdansk".

Mais l'engagement social est toujours là. Avec le premier morceau, "We're all Alone", tout comme avec le dernier "Survivor’s Guilt", Dave joue de la vieille scie des rappeurs à succès : sa réussite au fond, n'aurait rien changé. Sa famille est toujours aussi pauvre, il appartient toujours à la même société, et même si c'est autour de mets plus chers, il dîne toujours avec les mêmes gens. C'est bel et bien d'un milieu pauvre, dangereux et criminel, celui qui vous fait subir l'épreuve du feu, dont il parle sur "In the Fire", avec une assemblée de rappeurs anglais.

Tout comme l'œuvre précédente, cet album traite de l'identité et de l'expérience des noirs, à travers quelques mots de l'acteur Daniel Kaluuya, les pensées de Dave sur sa relation compliquée avec son ex-compagne blanche, sur "Survivor’s Guilt, et quelques vers au milieu du flot de pensées de "Heart Attack", une longue réflexion sur fond de guitare acoustique qui occupe la même fonction que "Black" sur Psychodrama. Mais le sujet de Dave est cette fois bien plus vaste. Il est question du cas plus général des immigrés, à travers toutes les races, les origines et les époques. Sur le morceau "Three Rivers", il parle de ceux d'Europe de l'Est et du Proche-Orient, ainsi que du scandale de l'Empire Windrush, ce navire qui avait déporté des hommes de la Caraïbe britannique pour apporter de la main d'œuvre à la métropole.

Sur We're All Alone in This Together, Dave poursuit aussi ses confessions, notamment dans sa deuxième partie, la plus introspective et la plus contemplative. Souvent, il évoque sa mère, laquelle, éplorée, partage son expérience d'immigrée nigériane en conclusion de "Heart Attack". Et puis il explore ce thème adulte par excellence, les relations avec les femmes, des femmes auxquelles il rend hommage sur "Survivor’s Guilt", des femmes à qui il souhaite respect et émancipation, comme quand il laisse la rappeuse ShaSimone dire comment elle a mis fin à une relation toxique et acquis son indépendance, lors du premier mouvement de "Both Sides of a Smile". Dave est plus direct que Kendrick. Ce qu'il nous offre, c'est un journal intime au bord de la niaiserie, plutôt qu'un rap à tiroirs. Mais comme lui, il est un bon garçon.

Les deux hommes ont un autre point commun. Tous deux sont des artistes, pas des rappeurs de genre. Ils optent pour un rap post-moderne, un rap d'après l'histoire, où plusieurs styles et plusieurs époques de musiques noires se superposent et s'entremêlent. Le single "Clash" en est la preuve, où un rappeur plutôt classique (Dave) s'allie avec un grand nom du grime (Stormzy) sur un morceau de UK drill. Sur un sample de gospel, le titre suivant "In The Fire" rassemble aussi plusieurs écoles de rap anglais, à travers Meekz, Giggs, Ghetts et l'ami Fredo.

Dave brasse large. Il importe de son Nigéria d'origine les sons des musiques locales, afrobeats et alté, en invitant WizKid sur le très léger "System", puis BOJ sur le refrain en Yoruba de "Lazarus ". Il convie aussi les chants soul / R&B de Snoh Aalegra sur la romance fadasse de "Law of Attraction", et ceux, évanescents, de James Blake sur "Both Sides of a Smile". Et puis il y a bien sûr ces grandes plages méditatives au piano jouées par le rappeur, sa marque de fabrique. Cette aspiration à la grande culture transparait dans la pochette même, inspirée probablement par Impression, soleil levant, le tableau emblématique de Claude Monet.

Comme avec Kendrick, on ne sait jamais quel qualificatif s'applique à cette musique de premier de la classe. Est-ce sincère ou est-ce téléphoné ? Est-ce ambitieux ou prétentieux ? Est-ce de l'émotion pure ou de la sensiblerie ? Est-ce génial, ou exaspérant ? Tout à la fois, sans doute, même si une fois encore, on penche vers les plus positifs de ces termes. Sur We're All Alone in This Together, en effet, nous naviguons du passable au très bon, celui-ci se manifestant dans les moments les moins attendus, comme ce "Twenty To One" chanté par le rappeur. Dave a beau sortir les violons, le piano et les chants féminins évaporés, sous un long déluge de contrition et de bons sentiments, c'est pour de vrai, le plus souvent, de la belle musique.

Acheter cet album

Évaluer ce billet

1/5

  • Note : 1
  • Votes : 1
  • Plus haute : 1
  • Plus basse : 1

Vous pourriez aussi aimer...

  • BALLOUT - RedEye Music BALLOUT - RedEye Music
  • BABY KEEM - The Melodic Blue BABY KEEM - The Melodic Blue
  • YOUNG DOLPH & KEY GLOCK - Dum and Dummer 2 YOUNG DOLPH & KEY GLOCK - Dum and Dummer 2
  • LIL' RUE - Pure Mob 2 LIL' RUE - Pure Mob 2
  • YOUNG STONER LIFE, YOUNG THUG & GUNNA - Slime Language 2 YOUNG STONER LIFE, YOUNG THUG & GUNNA - Slime Language 2
  • SKILLA BABY - Standing On Business SKILLA BABY - Standing On Business
  • MACH-HOMMY - Pray For Haiti MACH-HOMMY - Pray For Haiti
  • SPARKHEEM - U Hear Me? SPARKHEEM - U Hear Me?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.