COOTIE - Welcome to the Trap

Le rap change. Les mouvements musicaux le traversent et disparaissent. De nouvelles scènes régionales surgissent avant d'être englouties par la vague suivante. Mais la musique de Gucci Mane, elle, perdure. Elle le fait en Géorgie. Elle le fait dans le Tennessee. Elle le fait même dans l'Illinois, on l'a rappelé il y a peu, à travers le retour gagnant de Z Money. Et elle le fait enfin dans l'Arkansas, à en croire deux des protégés les plus remarquables de l'homme d'Atlanta, BiC Fizzle et Cootie, présents l'an passé sur la compilation So Icy Boyz, et tous deux issus des lieux.

COOTIE - Welcome to the Trap

Au tout début de 2022, Cootie a intitulé son projet Welcome to the Trap, et il n'a pas menti sur la marchandise. C'est exactement de cela qu'il s'agit avec ses quinze morceaux très courts : d'une suite de divagations sur la conception et sur le trafic de drogue, avec son cortège de filles faciles, d'hommes morts et d'argent sale, énoncées sur des beats claironnant ("Welcome to the Trap"), ou sur d'autres qui font si bien dodeliner de la tête avec leurs mélodies simplettes qu'on en oublie l'outrance du propos (les excellents "Flip" et "Brixx", tous deux des réappropriations de titres emblématiques de la mixtape de Guwop EA Sportscenter). Ce sont les vantardises d'un expert du Pyrex au poignet agile et d'un dur-à-cuire qui plait aux femmes, sur ces deux autres temps forts que sont "Acting Tough" et le chantonné "Extra". Tout juste Cootie paraît-il moins burlesque que son modèle, sa voix étant plus sérieuse, voire grave sur "Big Dreams".

"I feel like Gucci in '09", déclare-t-il sur le dernier titre, samples du maître à l'appui. Je me sens comme Gucci en 2009. Et pour cause. C'est de la trap music dans son expression la plus pure et la plus classique, celle popularisée il y a quinze ans par Guwop, tout juste mise à jour avec quelques routines ultérieures telles que la flûte et les répétitions à la Migos de "Trap Out Da Spot". C'est celle des autres protégés de Gucci Mane, Big Scarr et BIG30, tous deux présents sur cet album. C'est aussi celle défendue par le regretté Young Dolph et par son disciple Key Glock.

La cité de Blytheville, d'où est issue Cootie, n'est d'ailleurs qu'à quelques encablures de leur bonne ville de Memphis, celle aussi de Project Pat, le géniteur original de ce style, celui-là même qui a été le modèle de Gucci Mane. La filiation est d'autant plus évidente que Cootie imite son flow sur "On the House", et qu'il y reprend aussi la musique de son "Blunt to my Lips". Il remonte même plus loin encore dans la longue tradition de la chanson afro-américaine sur le deal de drogue, en détournant sur "Supafly" le "Pusherman" de Curtis Mayfield.

"Cootie here to bring the trap back", déclare le rappeur au début de l'album. "Cootie est là pour ramener la trap". Et en effet, tout au long de ces quinze titres, il nous y emporte en plein cœur.

Acheter cet album

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Vous pourriez aussi aimer...

  • WAYNE616 - Grease Files WAYNE616 - Grease Files
  • TRAPLAND PAT - Trapnificent TRAPLAND PAT - Trapnificent
  • C.V.E. - We Represent Billions C.V.E. - Chillin Villains: We Represent Billions
  • SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon A Time In America SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon a Time in America
  • CASH KIDD - No Socks CASH KIDD - No Socks
  • THEY HATE CHANGE - Finally, New THEY HATE CHANGE - Finally, New
  • PARIS - Sleeping With The Enemy PARIS - Sleeping with the Enemy
  • DAMEDOT - Courtesy of the Mafia DAMEDOT - Courtesy of the Mafia

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.