67 - In Skengs We Trust

L'essor de la UK drill a suivi de peu celui de son modèle de Chicago. C'est dès le milieu des années 2010 qu'il a eu lieu, principalement au travers de 67 (prononcer "six seven"), le collectif aux frontières larges dont les membres fondamentaux auront été ASAP, Monkey, Dimzy, SJ, Liquez (prononcer "Leaks"), et bien entendu LD, celui qui en Angleterre a lancé la tendance du rappeur masqué. Fondé vers 2013, le groupe de Brixton Hill aura marqué les esprits dès 2016 avec le succès du titre "Lets Lurk", délivré avec le grand parrain du rap anglais contemporain, Giggs, celui qui lui aura offert une alternative au grime. Puis le groupe aura défrayé la chronique en jouant au chat et à la souris avec la police, accusé par elle, de manière fondée semble-t-il, d'être une bande criminelle fortement impliquée dans le commerce de la drogue.

67 - In Skengs We Trust

67, cependant, était déjà à son sommet un an avant la percée de "Lets Lurk", avec un projet présenté comme une mixtape, nommé d'après les emblèmes de la très violente UK drill (les skengs, à savoir les armes à feu) et produit en partie par Carns Hill, l'architecte sonore de ce mouvement. Il compilait de nombreux morceaux du groupe, délivrés dans ses multiples configurations, en duo, en trio, ou sur le mode du posse cut, avec les membres majeurs du collectif, ou avec des affiliés. In Skengs We Trust dévoilait une musique déjà formée, inspirée donc par l'entêtante drill music de Chicago ("Smoke" évoquait Chief Keef dans ses moments les plus théâtraux, "Six Gods" rappelait le G Herbo qui samplait Dead Can Dance), mais nettement distincte avec ses accents anglais, son argot londonien mêlé de slang américain et sa musique électronique froide où l'on percevait encore l'influence du grime, où s'entendaient des sons similaires, mais alanguis, appesantis et plus menaçants encore, souvent soulignés par de dangereuses cloches, et dépourvus de leurs dernières attaches aux musiques de danse.

Une autre particularité était son thème, annoncé par LD dès les premiers mots de "PCD", au tout début de la mixtape : "67, ce n'est rien d'autre que de la violence". En effet, c'était bel et bien de cela dont il était question : de sang versé, d'armes à feu exhibées fièrement et de couteaux plantés dans le corps de leurs ennemis, de confrontation avec la police et avec les gangs rivaux (en premier lieu leurs voisins de 150), le tout sur fond de concoction et de trafic de drogue, et avec la prison comme horizon. "In Skengs We Trust" était rempli d'hymnes aux armes et à la brutalité, certains rudement efficaces et intimidants, comme le titre éponyme, ou encore "Them Man Know", "I Go, Gang Go", "Smoke" et "You don't Know". Avec eux, dès cette compilation de 67, le rap anglais changeait de génération, un mouvement majeur était lancé.

Acheter cette mixtape

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • TITY BOI - Codeine Cowboy A 2 Chainz Collective TITY BOI - Codeine Cowboy: A 2 Chainz Collective
  • CONWAY - Reject 2 CONWAY THE MACHINE - Reject 2
  • YOUNGBOY NEVER BROKE AGAIN - 38 Baby YOUNGBOY NEVER BROKE AGAIN - 38 Baby
  • KODAK BLACK - Institution KODAK BLACK - Institution
  • LIL WAYNE - The Dedication 2 LIL WAYNE - The Dedication 2
  • NÜK - Red Tape NUK X JOSE THE PLUG - Red Tape
  • POP SMOKE - Meet the Woo POP SMOKE - Meet the Woo
  • DIGGA D - Double Tap Diaries DIGGA D - Double Tap Diaries

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.