SLIM THUG - Already Platinum

Non, en dépit de son succès critique et commercial, Already Platinum n'a pas tout de suite été platiné. Il aura fallu attendre plusieurs années après sa sortie pour qu'il atteigne "seulement" le statut de disque d'or. Mais au fond, cela n'a pas eu d'importance. Dans ce monde en soi qu'est la scène de Houston, Stayve Thomas était déjà quelqu'un en 2005, ayant marqué le circuit des mixtapes et collaboré avec d'autres rappeurs de la ville texane, dont ses propres Boss Hogg Outlaws. Avec un titre aussi fanfaron, celui qui se déclarait rappeur à temps partiel mais bandit à temps complet ne voulait pas tant célébrer cet album que sa réussite de malfrat, que son statut de millionnaire, acquis selon lui avant même que les majors ne se penchent sur son cas.

SLIM THUG - Already Platinum

Ce premier album officiel n'en était pas moins un tournant. Il était celui où Slim Thug atteignait une dimension nationale. Il était aussi l'un de ceux, avec les sorties concomitantes de Mike Jones et de Paul Wall (les trois avaient retenu l'attention quelques mois plus tôt avec le single "Still Tippin'"), qui portaient l'attention sur le style particulier qui s'était développé à Houston depuis DJ Screw. Pour parvenir à cela, le rappeur avait rejoint via sa filiale Geffen la major Interscope, et il s'était adjoint les services des Neptunes. Already Platinum sortait également sur leur label Star Trak, et le duo produisait ici davantage de morceaux que le local Mr. Lee, Jazze Pha et Cool & Dre fermant la marche avec quelques titres. Avec leurs techniques, avec cet autre son du Sud qui était dynamique, léger et funky quand celui de Houston était lent, lourd et empesé, ils permettaient à la formule locale d'acquérir un charme et une accessibilité inédites.

Mais c'était là la seule concession de Slim Thug. Déclamé avec la voix imposante du géant, riche de raps délivrés avec autorité, tout cela n'en représentait pas moins cette bonne ville de Houston. Les sons screwed avaient toute leur place ("Diamonds", "Boyz in Blue"), tout comme la musique à la fois funky et poisseuse de morceaux typiques du Sud comme "Everybody Loves a Pimp" et "Incredible Feelin'", tous deux avec la production et la voix de fausset de Jazze Pha.

Quant au message principal de Slim Thug (voir son seul, son unique), c'est qu'il était le patron dans sa ville. Et il le démontrait de multiples façons : en roulant des mécaniques dans le club, coopté par deux rois incontestés du Sud, T.I. et Bun B ("Three Kings") ; en paradant dans sa ville au volant de sa voiture ('Diamonds') ; en se présentant sous les atours du maquereau ("Everybody Loves a Pimp") ; en retraçant son parcours vertigineux ("Ashy to Classy") ; en prétendant porter une fortune sur le dos ("I Ain't Heard of That") et crouler sous la richesse ('Already Platinum') ; en menaçant ses rivaux à l'arme à feu ("Click Clack", avec Pusha T) ; en détruisant la concurrence dans un simulacre d'interview ("Interview"), avec saillie homophobe au passage ("vous les négros vous dites que vous êtes des "G", ça doit vouloir dire que vous êtes gays", ouch…) ; en rameutant tout son gang sur le mode du posse cut ("Boyz in Blue") ; et en proclamant fièrement que le Sud n'avait rien envier à New York ("Incredible Feelin'").

Rien de bien neuf, donc. On retrouvait même l'habituel hymne au cannabis qui comparait la drogue à une femme ("Mary") et l'oraison triste dédiée aux amis morts ('Dedicate'), comme sur dix millions d'autres albums de rap. Mais on y croyait, à cette énième histoire américaine, à celle de ce gars du ghetto devenu à la force du poignée le baron de sa ville, quand du haut de ses deux mètres et de son physique imposant, il déployait toute sa force de persuasion, comme sur "This Is My Life", un morceau où il retraçait son parcours et où il y avait tout, l'assurance, le ton définitif, une musique béton, des jolis chants féminins et des chœurs de thugs, sans doute le sommet de cet Already Platinum qui, le funk synthétique des Neptunes et les joliesses propres à un blockbuster mis de côté, se voulait et a été le manifeste de Slim Thug.

Acheter cet album

Vos 5 albums / mixtapes 2005

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2005. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • BEANIE SIGEL - The B. Coming BEANIE SIGEL - The B. Coming
  • GRIP - Proboscidea GRIP & TU! - Proboscidea
  • THE GAME - The Documentary THE GAME - The Documentary
  • MAX B - Charly MAX B - Charly
  • KAMAIYAH - Got It Made KAMAIYAH - Got It Made
  • YO GOTTI - Back 2 Da Basics YO GOTTI - Back 2 Da Basics
  • BANDGANG LONNIE BANDS X BANDGANG JAVAR - The Scamily BANDGANG LONNIE BANDS X BANDGANG JAVAR - The Scamily
  • YOUNG JEEZY - Thug Motivation 102: The Inspiration YOUNG JEEZY - Thug Motivation 102: The Inspiration

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.