MAX B - Public Domain 2: Rise of the Silver Surfer

En 2007, Max B était déjà plongé dans les affres de l'affaire sordide qui, plus tard, allait le condamner à 75 ans d'incarcération (une peine ramenée depuis à 12 ans "seulement"). A peine libéré de prison en 2005, il y était déjà de retour, accusé dans des circonstances douteuses d'avoir commandité un meurtre. C'était alors le début de la fin. Afin d'être libre en attendant son jugement, il avait dû payer deux millions de dollars de caution, qu'il avait obtenus en signant un deal trop rapide avec son acolyte d'alors (et le patron de son collectif Byrdgang), Jim Jones. C'est cet accord qui serait l'origine de sa dispute contractuelle et financière avec le membre des Diplomats, et de l'embargo que ce dernier instituerait à son encontre.

MAX B - Public Domain 2 Rise Of The Silver Surfer

Autoproduit :: 2007 :: télécharger la mixtape

Comme un malheur n'arrive jamais seul, le 11 juin, un mois pile avant sa libération conditionnelle, on avait assassiné son ami Stack Bundles. Max B, donc, avait la scoumoune. Mais enfin, il était productif. Il venait de lancer un marathon de mixtapes, qui ne s'arrêterait (presque) qu'avec sa prochaine incarcération, notamment la série des Public Domain, dont les deux premiers exemplaires étaient sortis alors qu'il était derrière les barreaux. La seconde édition, Rise of the Silver Surfer, deviendrait l'une de ses plus prisées. Du fait de la forte présence des membres de ByrdGang, elle ne différait alors pas beaucoup des sorties du collectif. Ce qui nous était offert, c'était des morceaux arrogants et des boucles rentre-dedans qui n'auraient pas juré sur un album des Diplomats, à l'image de "Drop That Top", ou encore de "Lump Sums", avec Jim Jones et NOE. A cela, s'ajoutaient aussi quelques signes d'époque, comme le morceau au sample screwed sur… "Screwed", ainsi qu'un clin d'œil au "Crank That" de Soulja Boy, sur "Ready to Go".

Mais Biggaveli était bel et bien au centre du jeu, avec ses éléments distinctifs : ces refrains chantés et ces raps chuintants qui, tous deux, poussaient à son comble une formule déjà entendue chez 50 Cent, mais en plus plaintif, en plus lancinant. Il plaisantait, il la ramenait, il célébrait sa drogue préférée sur "50's Of Sour", et il parlait des filles sur "Flash Dance", "Reign", "Need a Lil Treat", "Give Dem Hoes Up" et ailleurs encore. Le rappeur, aussi, exploitait le passé du rap. Il samplait 2Pac sur "Bring Another Ounce". Sur "Thug & Harmony", il s'inspirait du groupe du presque même nom, puis de De La Soul sur un morceau intitulé d'après le trio et très proche de leur tube "Ring Ring Ring", un égo-trip où il vantait la supériorité de son art. Cet art, Max B le maitrisait ici, et il se dépêcherait d'en faire étalage encore sur ses autres mixtapes, avant de se voir condamné à un trop long silence.

Vos 5 albums / mixtapes 2007

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2007. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • ICE BURGANDY - Progress Involves Risk Unfortunately ICE BURGANDY - Progress Involves Risk Unfortunately
  • ICEWEAR VEZZO - Drank Baby ICEWEAR VEZZO - Drank Baby
  • GHETTO - Ghetto Gospel GHETTO - Ghetto Gospel
  • BUBBA - Long Live Big Meats World BUBBA - Long Live Big Meats World
  • JUNGLE MUZIK LARRY - 56DD JUNGLE MUZIK LARRY - 56DD
  • GUCCI MANE - Ice Attack GUCCI MANE - Ice Attack
  • JACKBOY - JackNDaBox JACKBOY - JackNDaBox
  • SADA BABY - D.O.N. - Dat One Nigga SADA BABY - D.O.N. - Dat One Nigga

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.