JUICY J - Hustle Till I Die

2009 a été, pour la Three 6 Mafia, l'année des albums solos, avec la sortie coup sur coup du Scale-A-Ton de DJ Paul, puis du Hustle Till I Die de Juicy J. Elle a sonné aussi pour les deux hommes, après leurs années de célébrité, un retour aux fondamentaux et à la sauvagerie de leurs débuts. Le titre du second ne disait pas autre chose, pas plus que son introduction homonyme. Celle-ci nous emmenait tout de go dans les bas-fonds de Memphis et dans des histoires de trafic de drogue massif, avec l'appui marqué de V Slash, l'une des proches de Juicy J à l'époque, qui sur cet album lui prêtait son micro presque autant qu'à son frère, Project Pat.

JUICY J - Hustle Till I Die

Mais peu importe qui le tenait, ce fichu micro. Les paroles, dans l'ensemble, ne volaient pas haut. A l'exception du storytelling de "Ghost Dope", c'étaient des chants, des déclamations et des affirmations dénués de toute mesure. Sans les compenser par l'adresse verbale des interprètes, ils compilaient les thèmes usés jusqu'à la corde. Avec Project Pat et Gucci Mane, Juicy J comparait sa Chevrolet à une femme à chérir sur un doux sample des O'Jays ("30 Inches"). Il partait dans un délire pornographique ("Ugh Ugh Ugh"). Il se lançait dans d'énièmes odes à la marijuana ("Fiyayaya Weed", "Purple Kush"), et comme cette substance ne lui suffisait pas, il exaltait aussi tous les narcotiques possibles et imaginables ("Let’s Get High"). Il exposait ses talents de maquereau ("That What a Pimp Does"), tout comme ceux de dealer ("Sell a Lot of Thangs"). Il exaltait l'esprit de gang ("My Niggaz") et il traçait une ligne entre "eux" et "nous" ("You Niggaz Pussy"). Il se lançait dans des menaces de meurtre ("You Can Get Murked"). Avec ses acolytes, il proclamait avec barbarie son appartenance à un territoire ("North Memphis Like Me"). Et pour clore le propos, il envoyait tout le monde se faire foutre ("Fuck All Ya’ll").

Ce qui lui importait, ce n'était pas la sophistication des textes, mais de décupler leur impact et leur bestialité avec les sons adéquats. Et ça, Juicy J et sa bande savaient faire. Mine de rien, cet album cru regorgeait de trouvailles et d'astuces musicales bien senties. Le fondateur de Three 6 Mafia ralentissait habilement le tempo sur "My Niggaz", passant d'une strophe relevée à une autre, menaçante et appesantie, sans pourtant rien changer de la mélodie. Il commençait sur "Purple Kush" avec un rythme squelettique, avant de l'habiller soudainement de quelques notes de piano. Il usait à propos de voix vaporeuses sur "Let’s Get High". Avec la même adresse, il insérait la voix samplée de M.I.A. à une musique façon film d'horreur sur "Fiyayaya Weed". Et puisqu'il est question de films d'horreur, c'est précisément l'un d'eux, Creepshow, qu'il samplait sur "Get Me Some Money", avec le même génie qu'un certain Shy Glizzy quelques années plus tard. Bref, c'était bel et bien la musique du diable, perverse et séduisante.

Avec ces sons à la fois horrifiques et relevés, Juicy J excellait à délivrer des hymnes de thug, comme "Violent", "You Niggaz Pussy", "Real D Boyz", " You Can Get Murked" et tant d'autres encore. Ce que le rappeur et producteur nous proposait, c'était de la musique sépulcrale, brutale et viscérale, qui comptait avant tout pour l'intelligence de sa production et pour l'énergie de ses raps, celle de mise à l'époque de Waka Flocka. De fait, sur Hustle Till I Die, l'homme de Memphis faisait ce qu'il avait toujours fait : il montrait la voie. Un an avant l'échéance, c'est ici, en effet, chez ce rappeur déjà vétéran, que commençait La décennie 2010.

Acheter l'album

Vos 5 albums / mixtapes 2009

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2009. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • BANDGANG LONNIE BANDS X BANDGANG JAVAR - The Scamily BANDGANG LONNIE BANDS X BANDGANG JAVAR - The Scamily
  • YOUNG JEEZY - Thug Motivation 102: The Inspiration YOUNG JEEZY - Thug Motivation 102: The Inspiration
  • YOUNG JEEZY - Let's Get It: Thug Motivation 101 YOUNG JEEZY - Let's Get It: Thug Motivation 101
  • PRESERVATION - Eastern Medicine, Western Illness PRESERVATION - Eastern Medicine, Western Illness
  • Z-RO - I'm Still Livin' Z-RO - I'm Still Livin'
  • RIO DA YUNG OG - City on my Back RIO DA YUNG OG - City on my Back
  • DJ BAKU - Spinheddz DJ BAKU - Spinheddz
  • R.A.P. FERREIRA - Purple Moonlight Pages R.A.P. FERREIRA - Purple Moonlight Pages

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.