Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SA-ROC - Nebuchadnezzar

, 23:01 - Lien permanent

Rhymesayers a beau être un label rap progressiste et éclairé, être doté d'un grand sens éthique et abriter des rappeurs qui accordent de l'importance au message, à l'engagement et au sens de leurs paroles, il n'a jamais été spécialement ouvert aux femmes. Pendant longtemps, une rappeuse seulement, Psalm One, a figuré à son catalogue, et leur histoire commune s'est mal terminée. En effet, en 2015, après que leurs liens aient été rompus, cette dernière a accusé Rhymesayers de ne pas l'avoir assez appuyée. Mal à l'aise, le propriétaire du label, Siddiq, s'était alors excusé pour son manque d'ouverture aux artistes féminines. Et une année plus tard, comme pour y apporter réparation, il avait invité Sa-Roc à venir le rejoindre.

SA-ROC – Nebuchadnezzar

AVX Records ‎:: 2014 :: acheter cet album

En 2016, cette dernière n'était déjà plus une nouvelle venue. Originaire de Washington, mais basée à Atlanta, elle avait sorti près d'une dizaine de projets en indépendant. Elle avait même commencé à percer quand, en 2014, par l'intermédiaire de son producteur Sol Messiah, elle avait attiré l'attention d'un grand nom du rap du Sud, David Banner, et enregistré avec lui le single "The Who". Black Thought de The Roots l'avait aussi appuyée, l'invitant sur scène avec lui, et en disant des louanges en ouverture de la mixtape MetaMorpheus. Par ailleurs, la rappeuse, avait déjà côtoyé quelques autres artistes Rhymesayers.

Car Sa-Roc ne s'est pas retrouvée chez eux totalement par hasard. Comme le montrait déjà l'album de la révélation, un très bon Nebuchadnezzar, elle était, comme eux, une héritière du mouvement indé de la fin des années 90. Son mot d'ordre était le même, l'indépendance, le primat de l'art sur l'écume du showbiz, comme le disait le somptueux "Lyrical Manifesto". A la manière d'autres rappeurs Rhymesayers, elle privilégiait un rap boom bap d'ascendance new-yorkaise, elle offrait un espace à l'engagement politique, comme quand elle laissait David Banner revenir sur l'assassinat par les Occidentaux de l'indépendantiste congolais Patrice Lumumba, et elle était l'adepte d'un rap lyrical prompt à se lancer dans des égo-trips à la mode battle, comme sur "True Mastery", "Legendary" et le menaçant "Maximum Frequency", entre autres. Sur ce même titre, Sa-Roc le disait explicitement : elle était une MC puriste. Elle était fidèle à l'héritage du hip-hop.

Preuve de sa révérence pour le passé, le pseudonyme choisi par Assata Perkins était un hommage à Sha-Rock des Funky 4+1, la première grande rappeuse. Sur "Assasin's Sound", elle s'exprimait sur exactement le même sample (un extrait du "Born to Be Blue" de Jack Bruce) que celui, fameux, du "Bucktown" de Smif-N-Wessun. Sa-Roc prolongeait par ailleurs une longue tradition dans le rap. Elle perpétuait les thèmes métaphysiques et spirituels, les références aux civilisations antiques et l'imagerie mystique qu'on avait rencontrés tout autant chez des rappeurs engagés à la X-Clan, dans la rhétorique five-percenter du Wu-Tang Clan et de quelques autres, puis chez des groupes underground comme Scienz of Life ou les Lost Children of Babylon, tous des descendants rap du fantasque Sun Ra.

Avec son titre, avec sa pochette, Nebuchadnezzar regorgeait de telles références. Outre de Nabuchodonosor, il y était question du Code d'Hammourabi, de l'histoire perse, ou des Tables de la Loi. Et tout cela lui servait à illustrer son propos. La pérennité des hiéroglyphes égyptiens gravés dans la pierre lui permettaient de parler de postérité artistique sur "Her Legacy", tandis que "Nebuchadnezzar" établissait un vieux parallèle entre le destin des Afro-américains et la captivité à Babylone. Cette imagerie mystique qui était une longue tradition afro-américaine, c'était le supplément d'âme de Sa-Roc, sa signature, son signe distinctif au sein de cette scène rap backpacker dont, par ailleurs, elle maîtrisait toutes les ficelles.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet