Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PEEZY - No Hooks

, 23:08 - Lien permanent

Alors qu'il atteint la trentaine, Team Eastside Peezy est l'un des acteurs les plus satisfaisants et les plus productifs de la prolifique scène de Detroit. Non content d'avoir sorti Ballin Ain't a Crime au début 2017, l'un des meilleurs projets issus de la Motor City en cette année faste, il a embrayé les mois d'après avec pas moins de trois mixtapes, People's Champ, Winter Grind et Ghetto Wave. Et puis, après s'être fait tirer dessus dans le cadre d'une guerre des gangs, il a remis le couvert en 2018, sans pourtant rien sacrifier de sa qualité puisque le très court No Hooks fut, à son tour, l'une des sorties rap les plus remarquables de l'année écoulée.

PEEZY - No Hooks

Boyz Entertainment :: 2018 :: télécharger cette mixtape

Composée de 7 titres, cette mixtape produite par K Money, The Realist Sounds et David Wesson est fidèle à son titre. Elle respecte le mot d'ordre proclamé sur la seconde plage : "Fuck a Hook". Peezy, en effet, refuse de se plier au rituel du refrain. Et c'est en partie ce qui garantit son succès. Car quoi de mieux, pour aller avec le caractère rapide et sans répit du rap de Detroit, pour accompagner ces notes de piano insistantes et ces synthés de haute volée, que des paroles sans pause, elles aussi ? D'entrée, dès le brillant "I’m Good Pt.5", Peezy nous assaille avec son rap de rue, il nous inonde avec son flot de paroles, seul, sans le renfort d'un autre. Les mots, comme la musique, sentent le drame, ils sont sous tension.

Hormis "30 a Week", une conclusion plus lente, plus atmosphérique, et au phrasé presque fatigué, chaque morceau est implacable. Tous les vers sont assénés de la même façon, avec un goût certain pour l'anaphore, de manière presque hypnotique, comme avec ce "Back End" saisissant qui commence par énumérer le prix de chaque chose qui compte (bijoux, drogue...). De cette façon, Peezy s'emploie à nous faire goûter la pression ("Pressure", s'intitule justement l'un des meilleurs titres) ressentie au quotidien par le dealer et le gangster. Il évoque une vie de gang intense, menée à 100 à l'heure, sans perte de temps, ni joliesse inutile. Ça ne plaisante pas. Ça va droit au but. Et c'est tout bonnement jouissif.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 1
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet