Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

NEILA - Better Late Than Never

, 22:38 - Lien permanent

A l'ouest des Etats-Unis, il y a la West Coast. Et plus loin encore que la West Coast, il y a Hawaï. C'est de cet archipel que la rappeuse Laura Yang, dite Neila, est originaire. Mais c'est bel et bien à une scène rap californienne qu'elle a été associée, celle, grouillante et prolifique, structurée par le rappeur, DJ, producteur et multi-activiste Deeskee, autour du site LA2theBay. C'est vers 2003, dans l'entourage de ce dernier qu'elle est apparue, en contribuant à son album Blacklight Sessions, au bénéfice du très beau titre "The Dream". Et depuis, Neila n'a jamais cessé de sortir des projets, jusqu'au récent Analog Jewelery, en 2017.

NEILA - Better Late Than Never

Autoproduit :: 2009 :: acheter cet album

Neila s'est même bonifiée avec le temps, sa meilleure période étant sans doute, ironiquement, celle où elle bataillait contre un cancer des cordes vocales, au tournant des années 2000 et 2010. Better Late than Never, un album sorti une fois encore avec l'appui de Deeskee, en témoigne. Produit par Avatar et, plus marginalement, par Life Rexall des Shape Shifters, il associait avec un relatif équilibre des morceaux sinistres ("Snake", "Murder", "Maybe") ou pathétiques ("Anything"), à d'autres, plus relevés ("Grab More", "Better Late than Never", "Seatbelt"), usant de samples divers et inusuels, une caractéristique de cette école rap. Cet album était le premier sorti par la rappeuse après un silence de près cinq ans, et l'effet de la maladie commençait à s'entendre. Sa voix ressemblait parfois à celle d'une vieille femme, ce qui ne faisait qu'accentuer la tristesse de ses raps, consacrés en partie à exposer ses peines de cœur et ses difficultés relationnelles.

Better Late than Never tirait profit aussi des renforts adéquats, les passages les plus mémorables étant souvent ceux comptant des représentants de ce vaste underground rap auquel Neila était affiliée. C'était par exemple le cas avec "How It Is", un morceau up-tempo soutenu par des chœurs d'enfants et les scratches de DJ Esp, et qui bénéficiait du flow éraillé d'Awol One. Ca l'était aussi avec "Monster", où intervenait cette fois l'autre semi-légende de cette scène, 2Mex, et de "Earthquake", avec Matre, un autre membre des tentaculaires Shape Shifters. Mais la pièce de résistance était un autre titre, le dernier, "Mercy Refused", un posse cut mené tambour battant, où se succédaient une douzaine (et plus) de figures underground, dont Existereo, Xololanxinxo, le vétéran du Project Blowed Volume 10 et, histoire de dépasser la West Coast, l'ancien Company Flow Bigg Jus.

Au-delà du cas de Neila, ce titre sonnait presque comme un chant du cygne pour cette immense scène indé souterraine, en cette époque qui n'était déjà plus tout à fait la sienne. Mais pour la rappeuse de l'Etat d'Hawaï, ce n'était qu'une étape de plus : l'album suivant, un bien-nommé Only this One Counts où dominerait la détresse causée par sa maladie, se révèlera son plus intime et son plus intense.

Vos 5 albums / mixtapes 2009

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2009. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet