PROJECT PAT - Mista Dont Play 2: Everythangs Money

Le rappeur de Memphis qui a su le mieux tirer son épingle du jeu est Juicy J, incontestablement. Il en est devenu la star et le visage. Il a su tirer profit de l'épopée de Three 6 Mafia, pour se lancer dans une carrière solo à portée de vue du grand public. Cependant, s'il faut en retenir un autre pour la constance de sa carrière, poursuivie vaille que vaille, de label en label, malgré de nombreux passages en prison, c'est à son grand frère Patrick qu'il faut s'intéresser. Depuis les années 1998-2000 et sa participation au single "Sippin' on Some Sizzurp" du groupe de son frère, Project Pat n'a cessé de sortir des disques et mixtapes a minima intéressants, jusqu'à ce jour d'avril 2015 où, à 42 ans, il a proposé une suite à Mista Dont Play, son album de référence.

PROJECT PAT - Mista Dont Play 2: Everythangs Money

Sorti chez Taylor Gang Records, le label de Wiz Khalifa, cet autre Mista Dont Play, sous-titré Everythangs Money (c'était Everythangs Workin' pour le précédent), souligne la persévérance de Project Pat. Formellement, rien ne sépare ce disque ce ceux d'avant. Il recycle d'ailleurs quelques extraits de ses mixtapes passées. En bon artisan de la musique, le rappeur se fait fort de toujours refaire le même produit. Il emploie les thèmes de base éternels du rap sudiste, drogue ("I Like to Smokeaaa", "Wanna Get High"), sexe ("Twerk It", avec Wiz Khalifa, Wale et Ty Dolla Sign), argent ("Trying To Get A Dollar") et surtout beaucoup de violence ("Gooned Up", "I ain't Payem Shit", "Crash Out). Le rappeur use aussi de petites mélodies synthétiques stéréotypées, produites principalement par Lil Awree, et il joue de sa signature vocale, cette dernière syllabe accentuée, avec une telle fréquence que ça en devient parfois irritant.

Project Pat, c'est du gangsta rap en pilotage automatique, mais du gangsta rap honnête. La posture est prétentieuse, mais la musique, elle, est en fait sans prétention. Elle donne lieu, néanmoins, à quelques petits hymnes comme "Pull a Move", "Gucci Skully" avec King Ray, "Never Be A G" avec Juicy J et le regretté Doe B, et la très bonne conclusion "Makin' Plays". Et d'autres passages encore sont à retenir, comme cette ode aux narcotiques qu'est "I Like To Smokeaaa", ce "Leave Me Alone" à la misogynie ultime, ainsi que le paranoïaque "Suspect".

Le premier Mista Dont Play avait connu un succès considérable. S'écoulant à plus d'un million d'exemplaires, il avait été l'un des albums les mieux vendus du label Hypnotize Minds. Il est cependant bien peu probable que cette suite tardive rencontre le même succès. Et pourtant, ça ne serait que juste rétribution, compte-tenu de la persistance inébranlable de Project Pat.

Acheter cet album

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • WAYNE616 - Grease Files WAYNE616 - Grease Files
  • TRAPLAND PAT - Trapnificent TRAPLAND PAT - Trapnificent
  • C.V.E. - We Represent Billions C.V.E. - Chillin Villains: We Represent Billions
  • SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon A Time In America SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon a Time in America
  • CASH KIDD - No Socks CASH KIDD - No Socks
  • THEY HATE CHANGE - Finally, New THEY HATE CHANGE - Finally, New
  • PARIS - Sleeping With The Enemy PARIS - Sleeping with the Enemy
  • DAMEDOT - Courtesy of the Mafia DAMEDOT - Courtesy of the Mafia

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.