High Times Records :: 2012 :: acheter cet album

Sur Rugby Thompson, Smoke DZA a pris le soin de convier des représentants d'à peu près tous les collectifs qui font le rap américain au début des années 2010 : Black Hippy est représenté par Schoolboy Q ; on retrouve Odd Future, par l'intermédiaire de Domo Genesis, et le A$AP Mob via A$AP Twelvyy ; s'y pressent aussi Action Bronson et Meyhem Lauren, ainsi que d'autres New-yorkais, Thirstin Howl III et Sean Price, vétérans respectifs de la Lo-Life et du Boot Camp Click. Enfin, Jet Life Recordings, auquel Smoke DZA lui-même est affilié, est représenté par son leader, un Curren$y avec lequel il partage ce phrasé enfumé et trainard qui sent le joint. Son goût pour l'herbe est d'ailleurs le principal thème traité ici, les autres étant ses passions pour les polos Ralph Lauren ("Rivermonts") et pour une star du catch ("New Jack"). Il se livre aussi, par ailleurs, à des comptes-rendus sur la vie des quartiers et la délinquance ordinaire ("Playground Legend").

Last but not least, sur la totalité de l'album, Smoke DZA bénéficie des services du producteur en vue de 2012, Harry Fraud. Cet album d'une durée idéale (40 minutes) lui doit beaucoup. C'est lui qui offre au rappeur, sur "Rugby Thompson", une instru lancinante qui sied à merveille à son flow léthargique. Mais il est aussi capable d'en livrer une toute autre, plus enlevée, quand le Kushed God, sur "New Jack", adopte un débit inhabituellement rapide. L'atout de Fraud, plus que jamais, c'est sa capacité d'adaptation au rappeur qu'il épaule, c'est la largeur de sa palette, c'est sa faculté à surprendre, comme avec le traitement qu'il réserve au sample du "Who's Gonna Take The Weight" de Gang Starr, sur "Kenny Powers".

A vrai dire, ce dernier titre a de quoi laisser circonspect, mais d'autres démontrent de manière plus éclatante le talent de Fraud, comme "Rivermonts", et l'excellent "Ashtray", où le producteur s'autorise avec réussite des samples à la mode chopped and screwed. "Fuck Ya Mother", aussi, est à retenir, avec son adroite succession entre une flûte légère et des chœurs habités. Les autres moments de Rugby Thompson, à vrai dire, n'ont pas toujours cet impact, mais rien n'est vraiment à jeter non plus. Grâces en soient rendues à Smoke DZA, ainsi qu'à cet Harry Fraud dont le nom semble être devenu désormais un gage fiable de solidité.