Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SHEA SERRANO - The Rap Year Book (Le Rap Book)

, 23:38 - Lien permanent

L'histoire du rap est connue, elle est documentée, elle a déjà été racontée maintes fois. Alors aujourd'hui, pour se démarquer des autres, les écrivains spécialisés doivent inventer des variations, et faire preuve de créativité. Ils peuvent privilégier un angle particulier, le business et l'argent par exemple, comme Dan Charnas avec The Big Payback. Ils peuvent faire comme Roni Sarig avec Third Coast, réviser les vieux dogmes new-yorkais en affirmant que la vraie matrice du rap se trouve au Sud. Ils peuvent aussi faire de la bande-dessinée, comme Ed Piskor avec son Hip Hop Family Tree. Ou bien, comme Shea Serrano, ils peuvent se focaliser, année après année, sur un morceau considéré comme plus important que les autres.

xx

Harry N. Abrams / Hachette Heroes :: 2015 / 2016
acheter ce livre en VO :: acheter ce livre en VF

L'exercice aurait pu être rébarbatif. Quoi de plus ennuyeux, en effet, qu'une approche analytique de la musique. Quoi de plus mortifère qu'un ouvrage sur la pop culture rédigé sur le mode de la musicologie. Fort heureusement, cela n'est pas la démarche (mais alors pas du tout…) choisie par l'auteur de The Rap Year Book. Certes, il commente à chaque fois en détails, et sur plusieurs pages, un titre capital de l'histoire du rap. Il explique en quoi il a été important, quel a été son impact, et pourquoi il a tout changé. Il décortique son contenu, ses thèmes, il analyse les ruptures de style qu'il a popularisées. Il contextualise aussi, en présentant l'auteur et ses collaborateurs. Mais rien de cela n'est professoral.

Bien au contraire. Rédigé sur un mode très oral, le livre de Serrano est drôle, léger. Il est même, parfois, proprement hilarant. Ses exposés ne sont jamais abordés sous le même angle : parfois, ce sont les paroles qui comptent, d'autres fois la musique, ou bien ce que représente le rappeur que le morceau choisi a popularisé. Les digressions et notes de bas de page abondent, la plupart accompagnées d'un humour pince-sans-rire, où domine le sens de l'absurde, le même que dans le meilleur gangsta rap, en vérité. L'ouvrage est rempli de dessins (par exemple, Jésus et Kanye qui débattent de la nature divine de ce dernier), de graphiques (les différents types de menaces de mort proférées par DMX), de schémas (qu'est, ou pas, un "G-Thang"), de typologies (une matrice pour classer les différents rappeurs gangsta), de listes (celle, infinie et remplie d'intrus, des beefs dans l'histoire du rap, ou des rappeurs ayant un jour porté une jupe). L'auteur invente aussi un drôle de code pour illustrer les paroles de chaque morceau (une chouette, une batte, un nounours...). Et il est sans arrêt fait appel à des références issues de la pop culture, du cinéma et du sport, en particulier le basket, qui est l'autre passion de l'auteur (il vient de lui consacrer un autre livre).

Ces références sont truculentes, mais elles sont aussi l'un des seuls reproches à faire au livre ; en tout cas quand on le lit de notre côté de l'Atlantique. Elles ne sont en effet pas toujours très connues du lectorat français. Quant aux autres défauts, mineurs, ils tiennent à la nature même de l'exercice : en ne traitant que d'un morceau par an, l'auteur en omet d'autres, tout aussi importants, sortis au même moment ; aussi, en décidant d'aller jusqu'en 2014, dernière année avant la parution de ce Rap Year Book, l'auteur inclut des morceaux bien trop récents pour qu'on puisse estimer sereinement leur impact sur le rap. Sans aucun doute, "The Message" et "Straight Outta Compton" ont été des game-changers. Cependant, et malgré son succès, est-on certain qu'il en sera de même avec "Niggas In Paris" ?

Shea Serrano est conscient de ces limites, il les souligne même. Et pour contourner la première, il a une astuce : il demande à chaque reprise, à un autre spécialiste, de désigner son propre morceau rap de l'année, et de légitimer son choix. Cela permet d'apporter un peu de diversité à une sélection qui s'inscrit parfois un peu trop dans l'histoire officielle du hip-hop, dans son canal historique. Ces sélections alternatives permettent aussi de citer plus de noms, alors que l'auteur, lui, choisit d'élire plusieurs fois les mêmes rappeurs (2Pac à deux reprises, Kanye West et Jay-Z à trois). Serrano reconnait aussi la fragilité de ses choix, dans la période récente, alors que le recul manque encore cruellement. Il dit n'avoir été sûr de lui que dans un cas : quand il a désigné pour l'année 2014 un morceau de Young Thug (et de Rich Homie Quan). Il déclare être certain qu'après l'ami Jeffery, le rap ne sera plus tout à fait le même. Et il pourrait avoir raison.

On lui souhaite la même chose. On espère que la manière que Shea Serrano a choisie pour retracer l'épopée du rap, que ce style ludique qui évoque le culte Ego Trip's Book of Rap List de 1999, aura un impact salutaire sur les historiens de la musique. Qu'il leur donnera l'envie d'écrire de façon moins académique et plus légère. Qu'il sera, comme tous les tubes qu'il a commentés, un game-changer.

Évaluer ce billet

5/5

  • Note : 5
  • Votes : 2
  • Plus haute : 5
  • Plus basse : 5

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet