Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ARAB STRAP - Philophobia

, 11:53 - Lien permanent

Les Britanniques ont toujours excellé à cela : s'inspirer ou s'emparer d'une tendance apparue Outre-Atlantique, d'un nouveau genre musical américain, et le pousser au bout de sa logique, aller au bout de ses idées. Chez Arab Strap, en effet, on retrouvait quelque chose de la neurasthénie et du rock déprimé de Smog, Palace, Idaho et consorts. Mais de manière démultipliée, sans nuance, sans à côté, sans rémission. Sur leur second album, comme sur d'autres, les Ecossais plongeaient pour de bon jusqu'au fond de la déprime, du glauque et du sordide.

ARAB STRAP - Philophobia

Chemikal Underground :: 1998 :: acheter ce disque

En contrepoint de la sautillante vague brit pop, à l'opposé des singles de la semaine du NME, à rebours même de la pop sensible de Belle & Sebastian, leurs amis de Glasgow, ces Ecossais faisaient un rock du fond du trou. D'abord, il y avait la musique de Malcolm Middleton, dépouillée, résumée à une guitare peu diserte, acoustique ou plus orageuse, accompagnée avec parcimonie d'autres instruments (orgue, violoncelle, trompette, piano), de boîtes à rythme et d'effets sonores (la pluie de "Islands") dans le même ton. Ensuite, il y avait la voix d'Aidan Moffat, ce timbre grave et rugueux, ce chanté-parlé approximatif, ces mots à moitié mangés, ces marmonnements de lendemain de cuite. Et surtout, il y avait ces paroles…

La pochette, un portrait nu, sinistre et animal de la compagne de Moffat (plus loin dans le livret, le chanteur apparaît lui aussi dans le plus simple appareil), donnait un bon aperçu du contenu. Dans Philophobia, il était question de sexe, mais d'un sexe pas sexy, d'un sexe sans l'envie, sans l'amour, sans l'érotisme. Le thème majeur de l'album est l'infidélité, et d'entrée ("Packs of Three"), il est abordé sans fard, par sa conséquence la plus triviale et la plus crue : l'infection par des MST.

It was the biggest cock you'd ever seen
But you've no idea where that cock has been
You said you were careful – you never were with me
I heard you did it four times
But johnnies come in pack of three

C'est la plus grosse bite que tu aies jamais vue
Mais tu ne sais pas où cette bite est allée
Tu dis que tu as pris tes précautions – tu ne le fais jamais avec moi
On m'a dit que tu l'avais fait quatre fois
Mais les capotes n'existent que par lot de trois

Ouch. Voilà qui plante le décor. Sec, glauque, au-delà même du spleen. Chez Arab Strap, l'amour et la confiance n'existent pas. Vivre seul est insoutenable, mais vivre en couple est un faux-semblant. L'infidélité est une fatalité des deux côtés, la cruauté fait partie de la vie de couple ("One Day, After School"), nos ébats sont une routine sans joie ("Here We Go") et l'impuissance, en plus des maladies vénériennes, guette nos vies sexuelles ("The Night before the Funeral"). Les fêtes sont un leurre et un rituel sans joie, les ivrognes ont le vin triste ("I would've Liked Me a lot Last Night"). Nos existences se perdent dans la défonce et dans le vide des mass media ("Soaps"), elles ne sont qu'une longue gueule de bois.

Philophobia est étouffant. Il ne contient même pas l'once d'espoir ou le soupçon de naïveté adolescente qui rendent respirables d'autres œuvres versées elles aussi dans la mélancolie. Pourtant, dans son genre, "Here We Go" est un tube. "New Birds" et "I would've Liked Me a lot Last Night" partent avec conviction dans le format libre ou les crescendos du post-rock. "One Day, After School" joue à la perfection du contraste entre la cruauté des paroles et l'indolence de la musique. La guitare acoustique de "Not quite a Yes" est sublime de mélodie. Et Philophobia, dans son ensemble, avec ses tons bruns, gris et noirs, malgré cette déprime absolue et unilatérale, est d'une solidité sans faille, d'une consistance totale.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Commentaires

1. Le mardi 6 juillet 2010, 10:31 par Virgule

J'avais acheté l'album au quasi-pif, séduit seulement par le titre et la pochette. Bonne pioche.

Et bonne chronique.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet