Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PUSH BUTTON OBJECTS - Ghetto Blaster

, 22:43 - Lien permanent

Un autre espoir déçu. Le mariage entre rap de facture classique et tripotages électroniques proposé par les PBO sonne le déjà entendu.

Chocolate Industries, 2003

Les choses s'annonçaient bien trois ans auparavant pour Push Button Objects. Avec l'efficace "360°" interprété par Mr. Lif et Del tha Funky Homosapien, Edgar Farinas (compositeur de musique électronique de Miami ayant déjà fricoté avec les labels Skam et Schematic) nous avait proposé le titre parfait pour remuer la tête. Malheureusement, aucun des titres de Ghetto Blaster ne surpasse ce coup de force, ni même ne l'approche. Peu se retient sur cet album, rares sont les plages qui marquent, qu'elles soient instrumentales ou rappées, malgré une ribambelle d'invités (Del, Lif, Dose One, Vast Aire, Akrobatik, Aesop Rock) on ne peut mieux représentatifs du hip hop indé. Enfin… Du hip hop indé d'il y a 3 ans tout du moins. D'une époque révolue. Cette liste de collaborateurs est d'ailleurs un signe du mal qui frappe Ghetto Blaster : ce disque arrive bien trop tard. Ce mariage entre rap de facture relativement classique et tripotages électroniques est du déjà entendu, il n'est pas sans antécédent. Farinas marie deux univers (de toutes façons incestueux depuis toujours) sans qu'il en sorte le moindre rejeton original. Seuls se distinguent l'increvable "360°" et la toute dernière plage ("Washington Ave."). Et très ironiquement, ce sont les titres les moins crossover du lot.

--> acheter ce disque

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet