Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

SUN IS SHINING - Desarticule

, 21:49 - Lien permanent

Les personnes à l'origine de ce Désarticulé sont plutôt obscures. Il s'agit, grosso modo des deux seuls groupes, duos, artistes (???) vraiment inconnus qui figurent sur la compilation (JeanJack Donovan, Sol Retuyk), et d'un troisième larron, Sandayutch, les trois formant ensemble le collectif Sun is Shining. Malgré quelques indices épars, impossible pour l'instant de savoir d'où viennent ces gens. Il faudra attendre.

Sun Is Shining :: 2002 :: acheter ce disque

Commentons plutôt les prestations des artistes connus (ou presque - tout est relatif) ici présents. Dans leur grand ensemble, ils surprennent peu. Ici, à l'aide du rap brutal et dérangé qui le caractérise, Donkishot découpe au scalpel le thème de la routine sur un titre malheureusement assez bâclé. Là, Fuzati s'apitoie tristement sur son sort tandis qu'Orgasmic fait tourner une petite flûte ingénue et quelques scratches passagers pour une "Fuite en La Majeur" toute fidèle au registre auto-dérisoire du Klub des Loosers. Pas de chambardement non plus chez les Fresh Makers, qui se défoulent le temps d'un exercice de turntablism tout tourneboulé, ni chez Hustla dont la musique et les paroles confirment que le duo n'est qu'un vulgaire groupe rap français de plus. Le beat pompier agrémenté de "rap conscient pas facile" d'Animal Factory prouve que les ancien LSD n'ont amélioré que leur nom, même si des paroles comme "ils réclament leur cash comme Tabatha", quelque part, c'est fort. De fait, la principale bonne surprise de cette compilation provient du titre instrumental tout à fait plaisant du graphiste et musicien Ra.

Outre un certain Pas Vu Pas Pris et son "Terrorisme" chelou qui ressemble à un gag et le freestyle honorable de Sil Doper, les inconnus restant sont principalement les instigateurs de la compilation : JeanJack Donovan à deux reprises et Sol Retuyk à trois, à chaque fois pour du hip hop instrumental. Si la plupart de ces morceaux ("Hernie Disquaire", "Maelstrom", "TTP") donnent trop souvent dans la surenchère sombre, industrielle et/ou gothique, le plus subtil "Autodestruction" et le très court "Incendiaire" annoncent de façon encourageante le premier EP de Sol Retuyk, dont la sortie prochaine est annoncée sur la pochette.

Au total, Désarticulé n'est donc qu'une compilation de rap pas comme les autres de plus. Si l'intention et les artistes sont les bons, du moins pour la plupart, le niveau est par trop inégal. La faute à la scène hip hop indépendante à la française, toujours en phase de gestation. Reste cependant la grande joie de voir de nouveaux artistes se rallier aux anciens et promettre de prochaines initiatives que l'on espère plus abouties.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet