Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

UNSUNG HEROES - Unleashed

, 22:33 - Lien permanent

L'univers des britanniques Unsung Heroes n'est pas le ghetto noir américain. Louvoyant entre deux eaux, ils évitent donc de se prendre pour ce qu'ils ne sont pas, et s'assurent un bon album. Mais Unleashed n'est pas pour autant le chef d'oeuvre du hip hop made in UK.

75 Ark :: 2000 :: acheter ce disque

Il est tentant de dresser un parallèle entre le Unleashed des Unsung Heroes et le The Weight des Creators, tous deux sortis récemment, tant sont flagrantes les similitudes. Voici donc deux duos de producteurs britanniques, enfin reconnus Outre-Atlantique (le premier sort chez 75Ark, le label new-yorkais dont The Automator est le directeur artistique) et fiers d'offrir leurs écrins sonores à toute une ribambelle de MC's issus de l'underground américain. Les titres restants, exceptés quelques instrumentaux, sont réservés à quelques confrères britanniques.

Le résultat n'est cependant pas exactement le même sur les deux disques. D'abord, parce que Insite et Shiver des Unsung Heroes ne se sont sans doute pas livrés au travail de sélection et d'élagage laborieusement mené par les Creators, ils livrent un album plus inégal. Mais aussi parce que les deux producteurs, ainsi que les compatriotes qui les accompagnent, ont tout de même gardé une coloration toute britannique qui rend leur rap plus personnel et plus attachant qu'une copie carbone plus ou moins accomplie du hip hop américain.

La preuve, les titres les moins captivants de Unleashed sont souvent ceux où interviennent des MC's américains. Bon, à la décharge des Unsung Heroes, il faut reconnaître que les personnes en question (J-Live, L-Fudge, Mr. Complex) appartiennent à la frange la plus rasoir et passéiste du hip hop indépendant. En outre, un titre au moins échappe à cette cinglante constatation, un "A Changed Man" agressif qui révèle un L-Fudge impressionnant et tout en verve, mobilisateur malgré son mot d'ordre rabâché ("please, please, no more wack mc's"). Mais bon, c'est à peu près tout, les autres morceaux américains pouvant être caractérisés de "solide, irréprochable, mais pas bandant pour autant".

Histoire de varier les plaisirs, et de montrer qu'ils sont de purs produits rap en dépit de passé d'n'b, Insite et Shiver paient leur tribut aux exercices hip hop traditionnels : le beatboxing sur "Never Underestimate" avec leur compatriote Killa Kela, l'un des maîtres du genre ; le turntablism sur "Dailly Intake", pendant 9 minutes et en compagnie de Prime Cuts, Tony Vegas, Shiver lui-même, JI2000 et Reality, avec quelques éléments électroniques en prime, comme les apprécient tant les anglais.

Et c'est justement à ce moment là, quand ils assument le mieux leur identité anglaise, que les Unsung Heroes deviennent plus captivants. Ty, par exemple, se révèle à la hauteur des autres collaborateurs sur un "Crushed Velvet" jazzy, tranquille, sympatoche, qui n'aurait pas dépareillé sur son chaleureux Awkward. Mais davantage que ce titre aux accents Native Tongues, c'est le mini hit "The Next Degree", avec son refrain chanté et féminin, entraînant, quasiment pop et de marque de fabrique très british, qui emporte l'adhésion. De même que "High on Nothing", un titre de clôture en rupture radicale avec le reste de l'album, avec une voix déjà entendue du côté de chez Red Snapper (celle de Karime Kendra) et un groove caractéristique, entre acid jazz et trip hop (pour sortir ces dénominations des poubelles de l'histoire) pas très éloignés de que savaient faire des Massive Attack au temps de leur splendeur.

Là est donc la seule entorse au hip hop, et elle surnage au-dessus de ce rap sympathique, attachant, de cette sorte de Bulhoone Mindstate british et moins pérenne. Preuve que les anglais perdent à vouloir copier les Américains, voire à chercher la reconnaissance auprès d'eux. Leur univers n'est pas le ghetto noir américain, et il y a belle lurette que d'autres Anglais se sont saisis du rap pour en faire quelque chose de radicalement différent. Louvoyant entre deux eaux, les Unsung Heroes évitent de se prendre pour ce qu'ils ne sont pas, et s'assurent un bon album, mais pas une bombe de hip hop made in UK.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet