Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

JUNGLEPUSSY - Satisfaction Guaranteed

, 22:45 - Lien permanent

Basée à Brooklyn, Junglepussy est le pur produit d'un New-York bohème, éclairé et branché. Son parcours en témoigne. Avant de se lancer dans le rap, en effet, c'est d'abord par la mode que Shayna McHayle a été tentée. Son nom, la chatte de la jungle, en porte d'ailleurs la marque (au-delà de la connotation sexuelle, il témoigne de sa passion pour les imprimés léopard). Et puis ensuite, après avoir été révélée par Erykah Badu avec "Cream Team", une ode aux stripteaseuses, on l'a vu côtoyer l'arty et fantasque Le1f, ardent défenseur de la fierté homosexuelle.

JUNGLEPUSSY - Satisfaction Guaranteed

Lire la suite...

KODAK BLACK - Heart Break Kodak

, 23:16 - Lien permanent

Depuis quelques mois, nous observons une bien vilaine chose dans l'évolution de la critique musicale : le retour de la morale. Vu que le rap a gagné, puisque ses détracteurs ont été défaits, on est passé à une autre stratégie : séparer l'acceptable du mauvais, distribuer les bons points. Comme il n'est plus possible de combattre cette musique qui est maintenant partout, alors qu'elle accepte au moins de se plier aux règles de la bienséance, alors qu'elle soit adulte et responsable. Qu'en soient distingués ses premiers de la classe, ses gendres idéaux, ceux dont le mot d'ordre répond à un impératif progressiste, Kendrick Lamar par exemple. Et que soient voué aux gémonies les rustres comme Kodak Black, ces gens au comportement hautement répréhensible, ces agents du diable.

Kodak Black - Heart Break Kodak

Lire la suite...

SASHA GO HARD - Do U Know Who I Am?

, 22:42 - Lien permanent

Parce que Yaneisha Franklin, qui a grandi à South Side Chicago et qui commença le rap vers l'âge de 12 ans, était d'un abord fier et pas facile, un oncle la surnomma un jour Sasha Fierce, d'après l'alter ego malcommode qu'avait adopté un temps Beyoncé. Et pour la même raison, parce qu'elle y allait franco au micro sur son premier titre, "What We Do", des amis lui lancèrent : "you go hard" (tu y vas fort). Tout cela est resté, et au moment de débuter une carrière de rappeuse, la jeune femme est devenue Sasha Go Hard. Entretemps, elle était entrée en contact avec un adolescent dont elle avait apprécié les morceaux postés sur Facebook, un certain Chief Keef. Elle avait très vite rejoint son entourage (on lui prêtera même une relation avec lui, démentie âprement), et appris auprès d'eux à enregistrer sa propre musique. En toute logique, donc, c'est aux Glory Boys de son collaborateur que sa première mixtape, Glory Girl, allait ouvertement se référer.

SASHA GO HARD - Do U Know Who I Am?

Lire la suite...

JEAN DEAUX - Soular System Vol. I: Dark Matter[s]

, 22:18 - Lien permanent

Les femmes qui rappent semblent légion, dans le Chicago des années 2010. Elles sont plusieurs à s'être fait un nom dans ce genre local qu'est la drill music. Mais il en existe aussi sur l'autre versant de la scène de la ville, le plus sage, le plus arty, le plus sophistiqué, celui représenté par Chance the Rapper et Vic Mensa. C'est le cas de Jean Deaux. Si la jeune femme s'est fait surtout connaître pour une histoire sordide (elle est la seconde à avoir accusé de viol le styliste Ian Connor), elle est avant tout une rappeuse et chanteuse. Sa jolie voix, en effet, s'est fait entendre sur des morceaux de Mick Jenkins, d'Alex Wiley, et de Saba (ils seraient cousins), tout comme sur ceux d'autres esthètes, établis sous d'autres cieux, comme Isaiah Rashad, Mykki Blanco et Smino, pour qui elle a tourné la vidéo du titre "Anita".

JEAN DEAUX - Soular System

Lire la suite...

ICEWEAR VEZZO - Price Goin Up

, 22:25 - Lien permanent

En 2014, Eminem clôturait sa compilation Shady XV par "Detroit vs. Everybody", un posse cut avec Royce da 5'9", Big Sean, Danny Brown, Dej Loaf et Trick-Trick, présenté comme un hymne en l'honneur de la scène de Detroit. Cependant, comme ce morceau ne suffisait pas, comme il ne présentait qu'un tout petit échantillon de la scène rap de la Motor City, un remix apparut plus tard, avec cette fois une quinzaine de figures locales. Les plus célèbres, Guilty Simpson, Black Milk et Boldy James, provenaient de la première manifestation du rap de la ville : celle qui était ancrée dans le boom bap, et qui avait partie liée avec la tradition backpacker. Mais quelques autres personnes s'y exprimaient, plus modernes, plus représentatives du son qui désormais, domine Detroit, comme IceWear Vezzo.

ICEWEAR VEZZO - Price Goin Up

Lire la suite...

RAP, HIP-HOP - 100 mixtapes

, 22:56 - Lien permanent

Pour célébrer la sortie de son nouveau livre le 18 mai 2017, une anthologie consacrée aux mixtapes, Fake For Real vous révèle sa sélection. Exclusivement consacrée à l'espace nord-américain et à la production de l'après 2000, quand ce format est devenu un album alternatif plutôt qu'un vrai mix, cette liste vous présente 100 oeuvres à retenir, pas toujours les mêmes que celles traitées dans le livre, choisies sur un critère de qualité. Par ailleurs, dans l'espace réservé en fin de cet article, vous pourrez aussi faire part de vos choix, qui seront révélés plus tard.

FUTURE - True Story

Lire la suite...

DREEZY - Schizo

, 23:45 - Lien permanent

Parce qu'elle est apparue à South Side Chicago au début des années 2010, c'est via le circuit de la drill music, la musique locale, que Dreezy s'est fait connaître. Son intérêt pour le rap la lia tout d'abord à l'une des papesses du genre, Sasha Go Hard, qui l'invita sur son "I Ain't No Hitta" en 2012. Puis elle collabora avec un autre acteur clé de ce mouvement, Lil Durk, le temps du morceau "Ghost". Enfin, en 2014, c'est avec un titre nommé d'après le surnom drill de Chicago, "Chi-Raq", qu'elle atteint la notoriété ; ou plus exactement, avec un remix de ce titre de Lil Herb et Nicki Minaj, où sa prestation éclipsait celle de cette dernière, un exploit.

DREEZY - Schizo

Lire la suite...

RAPSODY - Laila’s Wisdom

, 23:56 - Lien permanent

Le remarquable accueil rencontré par Laila's Wisdom, le dernier Rapsody (une rappeuse depuis toujours prisée par la critique, mais jamais à une telle échelle), s'explique en deux mots : Roc Nation. Depuis 2016, en effet, celle dont le vrai nom est Marlanna Evans a rejoint le label de Jay-Z, et ce disque en a été la première manifestation. L'autre raison est similaire à celle qui explique le succès d'un autre rappeur : Kendrick Lamar. Comme ce dernier, avec qui elle collabore depuis plusieurs années, Rapsody livre un rap "lyrical", ancré dans l'héritage culturel afro-américain et le classicisme des années 90 (et qui plait donc à des critiques et décideurs formés en cette décennie-là), mais pas anachronique pour autant.

Rapsody - Laila’s Wisdom

Lire la suite...

BERNER - The Big Pescado

, 22:43 - Lien permanent

Berner est, avant tout, un entrepreneur, mais son champ d'intervention n'est pas tout à fait anodin : ses lignes de vêtements mises de côté, c'est dans la weed, en voie de dépénalisation en plusieurs endroits des Etats-Unis, que notre Californien d'origine mexicaine, Gilbert Milam de son vrai nom, a décidé d'investir. Etabli à San Francisco, il possède plusieurs dispensaires de marijuana médicale, il a lancé marijuana.com, qu'il présente comme l'Instagram de cette herbe, et il s'est associé aussi à des généticiens en quête de nouvelles variétés de cette substance.

BERNER - The Big Pescado

Lire la suite...

NEILA - Better Late Than Never

, 22:38 - Lien permanent

A l'ouest des Etats-Unis, il y a la West Coast. Et plus loin encore que la West Coast, il y a Hawaï. C'est de cet archipel que la rappeuse Laura Yang, dite Neila, est originaire. Mais c'est bel et bien à une scène rap californienne qu'elle a été associée, celle, grouillante et prolifique, structurée par le rappeur, DJ, producteur et multi-activiste Deeskee, autour du site LA2theBay. C'est vers 2003, dans l'entourage de ce dernier qu'elle est apparue, en contribuant à son album Blacklight Sessions, au bénéfice du très beau titre "The Dream". Et depuis, Neila n'a jamais cessé de sortir des projets, jusqu'au récent Analog Jewelery, en 2017.

NEILA - Better Late Than Never

Lire la suite...

- page 2 de 169 -