Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE SATURDAY KNIGHTS - Mingle

, 22:53

Une fusion entre rock et hip-hop, ça vous tente ? Bon, d'accord, l'exercice n'est pas neuf. L'expérience a été renouvelée maintes fois depuis les albums saturés de riffs heavy metal sortis sous l'égide de Rick Rubin, sans oublier les braillards de RATM et leurs platitudes dignes d'un bloggeur anti-Sarkozy. Cependant, depuis quelques années, surtout si l'on est apparenté à la scène rap indé, c'est d'abord vers la frange sensible, fragile et intimiste du genre qu'on se tourne quand il est question de crossover. On s'oriente vers les mélodies de la pop, vers la fragilité du folk, vers du dépouillé ou du tarabiscoté. Résultat : il faut bien avouer que les disques de Why?, de Ceschi ou d'Astronautalis, aussi bien fichus soient-ils, manquent souvent d'arrogance, de testostérone, d'irrévérence et, parfois, de fun.

THE SATURDAY KNIGHTS - Mingle

Lire la suite...

BLUE SKY BLACK DEATH - A Heap of Broken Images

, 19:56

C’en est à peine croyable. L’un des membres de Blue Sky Black Death serait donc le producteur The Orphan. Ce Kingston qui s’est fait connaître en 2006 en produisant un album d’Holocaust, l’un des affiliés du Wu-Tang Clan, celui-même qui s’affiche sur le présent disque aux côtés de Guru de Gangstarr, d’A-Plus des Souls of Mischief et (moins surprenant toutefois) de Mikah Nine de Freestyle Fellowship, serait celui qui épaulait Noah23 sur ses albums déjantés. La réapparition de ce beatmaker du gouffre avec une multitude de rappeurs plus prestigieux les uns que les autres, version hip-hop de l’histoire du Vilain Petit Canard, a de quoi surprendre. Mais l’essentiel n’est pas là. L’essentiel, c’est que cet album sorti sur Mush est aussi l’un des plus remarquables de l’an passé.

BLUE SKY BLACK DEATH - A Heap of Broken Images

Lire la suite...

CANDY'S 22 - Livin la Vida Boo Hoo

, 23:01

Existereo des Shapeshifters et Barfly d’Oldominion ensemble sur un album ? Voilà qui est alléchant, surtout pour ceux qui ont apprécié le premier volume de ces Candy’s 22. Malheureusement, c'est un Factor dans l'un de ses mauvais jours qui a produit l'album.

Lire la suite...

OLDOMINION - One

, 22:05

En bon "posse album", ce premier album officiel d'Oldominion se montre inégal et surchargé de raps ineptes et interminables. Mais c'est bien suffisant pour ne pas perdre de vue trop tôt les membres du collectif de Seattle et de Portland.

Lire la suite...

page 2 de 2 -