Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

ARM - Dernier Empereur

, 23:09

Avec son dernier album, Arm avance pour la première fois sous son seul nom. Il ne s'agit plus, comme pour son projet précédent, d'une collaboration avec Tepr, le vieil ami d'Abstrackt Keal Agram. Et pourtant, ces deux sorties se ressemblent. Dernier Empereur est comme une suite à Psaumes, il est son second volume. Comme lui, il actualise la formule employée par Arm, usant de rythmes trap, de l'Auto-Tune et des ambiances éthérées du cloud rap. On y entend aussi, une fois encore, des tonalités plus proches des musiques électroniques que du rap, comme les nappes somptueuses de "Dernier Empereur" et de "Premiers Rayons", ou les sons virevoltants de "De Passage", ainsi qu'un goût certain pour les crescendos.

ARM - Dernier Empereur

Lire la suite...

ARM & TEPR - Psaumes

, 22:45

Il y a longtemps eu deux malentendus, dans la manière dont la critique musicale a abordé le rap, en France : elle a souvent cru que les paroles en étaient l'élément central, et leur a donc enjoint d'avoir un sens, de porter un message ou, a minima, de faire preuve d'une grande qualité d'écriture ; ne comprenant pas que les raps eux-mêmes sont musique, elle a aussi attendu des beats rêches qui l'accompagnent qu'ils prennent plus d'ampleur, de profondeur, qu'ils soient de vraies compositions. Aussi avons-nous fréquemment entendu des gens dire qu'ils n'aimaient le rap que quand il avait une teneur poétique, quand il s'inscrivait dans la tradition de François Villon, de Georges Brassens, voire de Renaud ; ou bien désirer ardemment qu'il s'acoquine avec les musiques électroniques, house et techno, qui elles, sont conçues pour se passer de paroles. Dans tous les cas, chaque fois que quelqu'un avance l'un ou l'autre de ces arguments, il faut fuir : il montre ainsi qu'il n'a pas su approcher le rap dans les termes qui lui sont propres.

ARM & TEPR - Psaumes

Lire la suite...

PSYKICK LYRIKAH - Des Lumières sous la Pluie

, 22:51

Il en a été de la France comme des Etats-Unis. Dans les années 2000, les artistes plus provinciaux y ont contribué à renouveler le hip-hop. Ayant mûri leur art en dehors des paniers de crabes parisien et marseillais, ces rappeurs ont ouvert grand les fenêtres et fait entrer dans leur musique de grosses goulées d'air frais.

PSYKICK LYRIKAH - Des Lumières sous la Pluie

Lire la suite...

PSYKICK LYRIKAH - Acte

, 21:59

Psykick Lyrikah cède à l’une des tendances de fond des années 2000. Auteur en 2004 d’un album de rap français plus qu’honorable, un exploit en soi, le groupe breton s’est lancé cette année dans le guitar rap. Enfin, le groupe, c’est vite dit… Comme l’indique la pochette, les principaux protagonistes de ce disque récent ne sont en fait que deux. Pour cette nouvelle aventure ne reste que le MC, Arm, qui a troqué ses beatmakers habituels pour le guitariste Olivier Mellano. L’expérience, en elle-même, n’est pas une surprise. Il y a eu des antécédents, comme la contribution du musicien à Des Lumières sur la Pluie, et sa collaboration au projet Hamlet de la compagnie l'Unijambiste. Avec un tel titre, Acte, ce nouvel album peut d’ailleurs être vu comme un rejeton de cette expérience musico-théâtrale.

PSYKICK LYRIKAH - Acte

Lire la suite...

ROBERT LE MAGNIFIQUE, ABSTRACKT KEAL AGRAM, ARM - Hamlet, Theme & Variations

, 20:46

Sous le concept à la con, la musique. Ainsi pouvait-on caractériser le premier disque issu du projet commun de la compagnie L'Unijambiste et des artistes du label Idwet. Sur le papier, cette fusion entre la plus célèbre des pièces de Shakespeare et la modernité des sons électro et hip hop avait de quoi laisser dubitatif. Encore une entreprise pavée de bonne intentions mais vouée au désastre, encore un mélange des mondes susceptible de ne plaire à aucun, sinon aux fanatiques du consensus. Mais finalement, sur le CD issu de cette initiative, se retrouvaient de bonnes compositions, très proches des meilleurs titres dont Robert le Magnifique, Tepr et My Dog Is Gay avaient été capables sur leurs sorties propres. Et voilà maintenant que les mêmes remettent le couvert, renforcés par le guitariste Olivier Mellano, le saxophoniste François Jeanneau, le quatuor Debussy, le beatboxer Ezra, sans oublier les acteurs, pour un résultat globalement réussi.

ROBERT LE MAGNIFIQUE, ABSTRACKT KEAL AGRAM, ARM - Hamlet, Theme & Variations

Lire la suite...