Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

PROJECT SWIFT - Thug Motivation 101

, 11:33 - Lien permanent

Le monde du rap de rue est cruel. C'est un panier de crabes. Il grouille tant, ses aspirants stars sont si nombreux, ses formules sont si génériques, ses thèmes si bateau, qu'il est souvent ardu de se distinguer du lot, tout spécialement quand on vient d'une scène aussi peu identifiée que celle de St. Petersburg, dans la banlieue de Tampa. Aussi Project Youngin a-t-il mis les bouchées doubles, quand il a lancé sa carrière il y a quelques années. Le garçon dont le vrai nom est Rasheed Jamaal Hall a mobilisé rien de moins que 500 000 dollars pour parvenir à ses fins, il a sorti des mixtapes à tire-larigot, et il a rameuté quelques figures du rap du Sud sur ses morceaux (Lil Baby sur "Balmains", YoungBoy NBA sur "Biggest Blessing", Ralo sur "Family Eats"). Aussi, conscient qu'un rappeur gangsta se doit de faire les gros titres des faits divers, il a posté sa photo sur Instagram après avoir été attaqué par des chiens policiers, et il a simulé sa mort sur la vidéo de "Thug Souljas". Et cela a marché. A force, il s'est créé un public conséquent sur les réseaux sociaux.

PROJECT SWIFT -  Thug Motivation 101

Autoproduit ‎:: 2019 :: acheter cette mixtape

Et au fond, il le mérite, comme le démontre cette dernière mixtape crânement nommée d'après le classique de Jeezy et sortie sous le nom de Project Swift (son duo avec DJ Swift). A première vue, Thug Motivation 101 ne propose rien de bien nouveau sous le soleil chaud de Floride. Voici à nouveau un gangster, élevé dans l'atmosphère paranoïaque de la rue ("No More Losses"), livré à la jalousie et à l'envie de ses pairs ("Fall Off"), et qui, dans la violence et avec agressivité ("Be Quiet"), s'adonne au dur labeur d'une vie criminelle ("Dat Check", "Not Time").

Voici un jeune homme qui nous explique ne venir de rien, et n'avoir rien à perdre à tenter le diable ("From the Bottom"). Voici un garçon qui nous conte ses amours du ghetto avec l'aide d'un chanteur et d'une chanteuse R&B ("On My Way") et à renfort de considérations pornographiques ("Lick U Up n’ Down"). Voici encore un rappeur qui chante, qui fait part la gorge nouée de ses chagrins de mauvais garçon ("I’m Still Here"), et qui recherche désespérément l'amour ("AM Vibez").

Tout cela s'étale sur une musique qui ne sort de la routine que pour la ritournelle latine du faiblard "Dat Check" et la guitare funky de "Thug Motivation". Mais c'est bien. Les treize morceaux qui se succèdent à toute allure sur Thug Motivation 101, sont idéalement courts avec leurs trois minutes maximum, et ils sont irrésistiblement mélodiques. Ils sont relativement homogènes, même si quelques uns se distinguent, comme "On Everything" avec ses chants déchirants, ou le tube "Nobody Like Myself", cette invitation à triompher de l'adversité qui était déjà l'an dernier sur l'album Group Home Living, mais dont on ne se lasse pas un instant.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet