Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

NICOLAS ROGES - Move On Up

, 12:29 - Lien permanent

Nicolas Rogès ne s'est pas moqué de nous, ils nous en donne pour notre argent. Avant de s'attaquer, dans cette anthologie de la soul music, à l'habituelle sélection de 100 albums qui caractérise les parutions chez Le Mot et le Reste, c'est bien plus qu'une simple introduction qu'il nous livre. Le premier volet de l'ouvrage, en effet, dépasse les 80 pages. Au-delà même de ces années 60 et 70 qui ont été l'apogée de ce style musical, c'est tout un pan de l'épopée des musiques afro-américaines qu'il retrace, du rythm'n'blues de l'Après-Guerre à l'ère contemporaine, où la soul, selon l'auteur loin d'être morte, survit dans le hip-hop, ou sous son influence. C'est aussi, plus largement, l'histoire très tourmentée des Noirs en Amérique que Nicolas Rogès retrace, leur musique ne pouvant se comprendre sans ce contexte.

NICOLAS ROGES - Move On Up

Le Mot et le Reste :: 2018 :: acheter ce livre

L'auteur choisit un temps long, et pour cause. Même s'il existe une définition simple de la soul (elle serait du gospel devenu profane, où l'amour pour le Très-Haut aurait laissé la place aux passions terrestres), la réalité est beaucoup plus complexe. Tant dans son introduction, que par ses commentaires sur les disques choisis, Nicolas Rogès montre à quel point les influences s'additionnent et s'entremêlent. Il existe peu d'oeuvres de soul pure et parfaite dans sa sélection, mais une pluralité d'albums où se mélangent les influences jazz, blues, funk, rock et autres. Ainsi Ray Charles y figure-t-il, dont la musique touche-à-tout ne s'est jamais laissée enfermer dans une case. Ainsi y voit-on Bobby Bland, que l'on rattache tout autant au blues qu'au gospel et au R&B, ou bien, sur une période plus récente, Lauryn Hill, laquelle est aussi bien une rappeuse qu'une diva soul.

Pour comprendre la soul, donc, il faut voir large. Elle n'est, après tout, que l'une de ces nombreuses étiquettes emportées dans la valse sans fin des musiques populaires. Comme l'auteur le rappelle, la race music de l'Après-Guerre a pris le nom de rhythm'n'blues. Celui-ci a été un temps synonyme du terme de rock'n'roll, avant que ce dernier ne serve à désigner la même musique, mais jouée par les Blancs. Puis le terme de soul a fini par se substituer à celui de rhythm'n'blues, sans qu'une frontière distincte n'existe entre les deux. Tout cela, ce n'est que des catégories inventées pour des raisons marketing ou sociales, et qui retranscrivent avec peine la réalité plus complexe des influences et des particularités des artistes.

Le cas d'école, c'est cette barrière qui a longtemps été placée entre musiques noires ou blanches. Même si là n'est pas le cœur de son propos, Nicolas Rogès rappelle que, de la même manière qu'il y eut de grands rockeurs noirs, quelques chanteurs de soul ont eu le visage pâle, comme Dusty Springfield, ou encore, moins connu que l'Anglaise, Eddie Hinton, que certains ont appelé l'Otis Redding blanc. D'autres encore ont représenté ce qu'il a été convenu d'appeler la blue-eyed soul. Paradoxalement, si l'on a souvent opposé la soul du Nord très propre de Motown à celle, plus authentique et plus marécageuse, du Sud et de Stax, ce dernier était composé en fait de nombreux musiciens blancs, en tout cas jusqu'à l'émergence des thèmes "Black Power" rende moins confortable leur présence sur un label afro-américain. Il est aussi brièvement question d'Alex Chilton, membre du groupe de soul The Box Tops, avant de fonder Big Star, groupe pionnier pour ce qui est sans doute la plus blanche de toutes les formes de rock, l'indie pop.

La soul, cependant, demeure une musique essentiellement afro-américaine. Move On Up nous la rappelle sans cesse. Pas seulement en faisant le parallèle entre la condition des Noirs au Etats-Unis et d'importants moments comme le mouvement pour les Droits Civiques, mais aussi en identifiant les ponts et les points communs entre black music du passé et du présent. L'auteur, en effet, a le mérite d'avoir une culture hip-hop, et d'apporter cette perspective moderne à son propos sur le soul : il met parfois en exergue des morceaux ou des albums qui ont été samplés par les rappeurs, ou des artistes qui les ont influencés. Aussi, à travers son récit, on réalise que certaines des grandes caractéristiques du rap ne sont pas si neuves qu'elles en ont l'air, et qu'elles existaient en fait dès les débuts du rhythm'n'blues.

Dès l'Après-Guerre, on y trouvait déjà cette volonté d'en finir avec le misérabilisme du blues, qui enfermait le Noir dans sa condition d'homme (ou de femme) malheureux et misérable. Dès les premiers de ses tubes, il y avait des paroles scabreuses et scandaleuses, comme dans le cas du "Sixty Minute Man" de Billy Ward, en 1951, auquel répondrait sans doute le "One Minute Man" de Missy Elliott un demi-siècle plus tard. Chez les groupes de doo-wop, l'arrière-plan était déjà celui de gangs soucieux d'en mettre plein la vue par leurs chorégraphies et leurs apparats. Tout est dans tout, les frontières entre époques, styles et catégories n'existent pas, et rien ne meurt jamais. Tel est ce que démontre Nicolas Rogès en retraçant une histoire de la soul qui dure encore et en sélectionnant des albums sortis jusqu'en 2017, qu'il s'agisse de rééditions de trésors cachés ou des incarnations nouvelles d'une musique, celle de l'âme, qui ne saurait disparaître.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet