Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

NADIA ROSE - Highly Flammable

, 23:11 - Lien permanent

Le grime est parfois une affaire de famille. Nadia Rose, par exemple, est la cousine de Stormzy. Elle a grandi à deux pas de chez lui à Croydon, dans le Sud du Grand Londres. Elle est aussi la fille d'un DJ et MC de dancehall. Logiquement, donc, à l'âge de 13 ans, elle s'est mise elle-même à l'écriture, avec assez de talent et de suite dans les idées pour que certains de ses morceaux, son freestyle sur "Station", ou son appropriation réussie d'un beat de DJ Mustard sur "D.F.W.T", fassent monter la sauce et attirent l'attention de l'industrie du disque. Tout cela s'est soldé par un contrat chez Sony, et en 2017 par un projet officiel, un EP intitulé Highly Flammable, porté par l'excellent single "Skwod", et par une vidéo très chorégraphiée, tournée dans la rue avec une ribambelle d'autres demoiselles.

NADIA ROSE - Highly Flammable

Relentless Records ‎:: 2017 :: acheter cet album

"Skwod" célèbre l'escouade de copines qui entourent Nadia Rose, il rend hommage au bon temps passé entre filles, et il est irrésistible. Il est incontestablement le plat de résistance de cette sortie. Placé au début, il en donne aussi le ton. La rappeuse joint en effet le geste à la parole, en n'invitant exclusivement que des représentantes du beau sexe, Thai'Chi Rose et Alika. Tout du long, elle joue de son identité féminine, elle l'exalte même comme sur l'égo-trip "Puddy Cat", ou ce "Tight Up" où il est question de jupe serrée. Elle joue à la femme dangereuse et menaçante sur "Polterggeist" et "Murder", même si quand elle dit être une tueuse, elle parle avant tout de sa maîtrise du micro. Et surtout, elle fait preuve de la créativité ludique et de l'humour effronté qui, joints à la tonalité électronique et à l'inventivité de sa musique, lui ont valu de flatteuses comparaisons à Missy Elliott.

L'introduction, où Nadia Rose évoque la mort de sa grand-mère, est trompeuse. Sa musique, en effet, n'a rien de sentimental ni de vulnérable. Au contraire, elle est une démonstration d'adresse verbale. Elle est un torrent de jeux de mots, une cascade de punchlines, qui s'écoule sur un tempo soutenu, avec un phrasé rapide et sous une forte influence dancehall (ascendance oblige), particulièrement visible sur "U Know What", et sur ce "Tight Up" qui sample Red Rat. La Londonienne file la métaphore annoncée dans le titre, elle se montre enflammée, elle joue plusieurs fois avec le thème du feu, comme sur "2H2H" ("Too Hot To Handle"). Ici, seul "Poltergeist" modère l'allure rapide de cette sortie courte mais rondement menée.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet