Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

DAI BURGER - Mymixxxytape

, 22:51 - Lien permanent

Compte-tenu, ces dernières années, de l'irruption généralisée de rappeuses américaines de toutes tendances et obédiences, Dai Burger aurait pu tirer son épingle du jeu au moment où, en 2017, elle a sorti son premier véritable album, Soft Serve. Mais ça n'a pas vraiment été le cas. Son grand moment date plutôt de 2014, et de la mixtape In Ya' Mouf. A la faveur de son single le plus remarqué, "Soufflé", sorti quelques mois plus tôt, la ressortissante du Queens a profité alors des faveurs de quelques médias spécialisés. Et c'est encore plus tôt, à l'occasion d'une mixtape intitulée Mymixxxytape (de "mixxy", un mot d'argot désignant quelqu'un d'hypersocial), et parrainée par une autre rappeuse new-yorkaise en devenir, Junglepussy, qu'elle a fait irruption sur la scène rap de la Grosse Pomme.

DAI BURGER - Mymixxxytape

Autoproduit :: 2010 :: télécharger cette mixtape

C'était en 2010, et cette date n'a rien d'un hasard. Dai (prononcer "day") Burger est, pour une large part, un produit de cette époque. Se rencontrent chez elle ce mélange de provocation, de sexe et de parti-pris très pop, qui était alors de mise chez Lady Gaga. Cette dernière était une influence avérée, de même que ses ancêtres les Spice Girls, dont la rappeuse est ouvertement fan. Nulle surprise, par conséquent, si s'entendaient sur Mymixxxytape les sons électroniques d'une Euro-Dance rénovée, des refrains chantés et des mélodies bubblegum, comme dans le cas du titre "Killer". Chez elle, on retrouvait aussi un mélange de rudesse délurée héritée des Lil' Kim et consorts, d'exubérance inspirée de Missy Elliott (samplée sur le central "Mixxxy Shit"), et de looks insolites et colorés issus de l'univers des poupées, dont Nicki Minaj était alors, côté rap, la manifestation la plus visible.

Comme cette dernière, Dai Burger s'affichait en victime de la mode. C'est d'ailleurs bel et bien de ce milieu qu'elle provenait, puisqu'en parallèle de ses activités de danseuse pour Lil Mama, son ticket d'entrée dans le rap, elle avait travaillé dans la boutique de Patricia Field, la styliste new-yorkaise connue pour avoir habillé les acteurs de la série Sex and the City, et de quelques autres films. Logiquement donc, Dai Burger accorde une importance capitale à son apparence, généralement criarde, allant jusqu'à publier des tutos maquillage sur Internet. Et elle a toutes les caractéristiques du milieu de la mode new-yorkais : l'extravagance, les contradictions, la passion pour les clubs, mais aussi la liberté des mœurs. Elle fut l'une des pionnières, parmi cette vague de rappeurs transparents sur leur orientation sexuelle dans les années 2010, à parler ouvertement de sa bisexualité.

Le sexe, justement, était le thème central de Mymixxxytape, comme le laissaient entendre la pochette et la voix coquine de l'intéressée. Dai Burger s'engageait sur "King Kong" dans une torride chanson d'amour, elle s'affichait avec toute une bande de filles dévergondées sur "They Ain't Ready", elle prenait du plaisir à s'exhiber en culotte sur "Panties", la bluette R&B de circonstance s'intitulait "Get into me (Literally)" (rentre-moi dedans, littéralement) et son freestyle sur le "Lapdance" de N.E.R.D. était tout sauf innocent. Dai Burger affichait ici une sexualité débridée, mais heureuse, libérée et extirpée de tout carcan moral. "I am not a bad girl, I am just a wild thing. Bad girls can't even do the things I do", chantait-elle sur le titre introductif, "Wild Thing". Je ne suis pas une vilaine fille, je suis juste sauvage. Les vilaines filles ne feraient même pas les trucs que je fais.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet