Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

TRINA - Diamond Princess

, 22:54 - Lien permanent

A la fin des années 90, après le triomphe du dirty rap des New-yorkaises Lil' Kim et Foxy Brown, il était temps que ce hip-hop à forte teneur pornographique revienne chez lui, en Floride. C'est donc en toute logique sur les terres du 2 Live Crew qu'une autre rappeuse pousserait à son comble cette formule désormais éprouvée : un joli minois, une grande gueule, des propos salaces, un goût prononcé pour le lucre, une attitude insolente de femme dominatrice et une indéniable aisance verbale. A tout cela, depuis son apparition avec Trick Daddy sur le single "Nann Nigga", Katrina Taylor ajoutait un humour plus tranché encore, une voix de vilaine fille et les rythmes sautillants qui ont toujours convenu au rap de Miami. En l'an 2000, parée de ces atouts irrésistible, celle qui se présentait comme la salope la plus bonne (Da Baddest Bitch, s'intitulait en effet son premier album et futur disque de platine), lançait une des carrières les plus durables du rap féminin.

TRINA - Diamond Princess

Slip-N-Slide / Atlantic Records :: 2002 :: acheter cet album

Trina peut en effet se targuer d'une certaine constance. En tout cas pour ce qui concerne l'ensemble de son œuvre, ses albums, pris individuellement, étant souvent inégaux. Le second toutefois, Diamond Princess, mérite des égards particuliers. A première vue, c'était la suite directe de l'album précédent. Sur l'introductif "Hustling", la rappeuse commençait par se présenter comme une spécialiste ès-fellations, entre autres joyeusetés. Sur le dialogue lubrique de "B R Right" elle demandait à ce qu'on lui embrasse le cul. Sur "Nasty Bitch" et sur "No Panties", elle n'usait des hommes que pour les raisons suivantes : les détrousser de leurs biens, en retirer du plaisir sexuel, voire les prostituer à son avantage. Et sur "100%", ce qui se rapprochait le plus d'une romance, elle déclarait : "j'aurais pu faire l'amour, mais ce que je voulais c'était qu'on me baise". Et bien sûr, les singles clubs bondissants étaient présents aussi, comme "Told Y'All", tout comme les influences latines sur les morceaux "I Wanna Holla" et "Get This Money", attendues en de tels lieux, de la part de cette rappeuse d'ascendance dominicaine.

Cette fois, pourtant, Trina avait été la seule maîtresse à bord. Contrairement à Da Baddest Bitch où on lui avait demandé de rapper sur des sons choisis par d'autres, elle prenait le contrôle, jusqu'à promouvoir une réplique de sa personne sur "Kandi", avec une Lil' Brianna alors âgée de 10 ans. Elle marquait aussi son entrée dans la cour des grands, en conviant tout un tas de gens venus d'ailleurs. Certes, sur le principal single, "Told Y'all", figurait un Rick Ross encore méconnu. Mais la rappeuse s'était acoquinée aussi avec Missy Elliott, qui produisait "No Panties" et qui rappait sur "Rewind That Back", un morceau assez déjanté pour ressembler à l'un des siens. Et on retrouvait également Ludacris, Fabolous, Eve le temps du féministe "Ladies 1st", ainsi, derrière les manettes, que Just Blaze et un jeune Kanye West. La rappeuse convoquait d'autres figures encore, extérieures à sa région, quand elle transformait le "No More Questions" d'Eazy-E en "Hustling".

Ici, sur des titres comme "How We Do?" et "Do You Want Me?", les humeurs dansantes et les envies de flamboyance du rap de Miami rencontraient celles que connaissait le hip-hop grand public, à la même période. Trina se lançait aussi dans des exercices qui n'avaient plus rien de floridien, comme le R&B langoureux de "100%". Elle le faisait même quand, avec l'autobiographique "U & Me", elle était secondée par les producteurs du cru Cool & Dre. En quelque sorte, avec Diamond Princess, Trina cessait d'être une artiste régionale typique de Slip-N-Slide, pour devenir ce qu'elle serait longtemps : une star du rap, un jour à deux doigts de se marier avec Lil Wayne, un autre prête à collaborer avec Run the Jewels ; l'une de ses grandes dames, même si le terme se prête si peu à son allure dévergondée.

Vos 5 albums / mixtapes 2002

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés de l'année 2002. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet