Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

THE SEQUENCE - Sugarhill Presents The Sequence

, 22:19 - Lien permanent

On pense souvent que le hip-hop a d'abord été un truc de garçons new-yorkais. On imagine, la plupart du temps, que l'irruption de rappeurs sudistes est un phénomène tardif, et que la présence de femmes dans cette musique a toujours été marginale. Mais l'histoire de The Sequence prouve le contraire. Le second single sorti par Sugar Hill Records, après "Rapper's Delight", était en effet l'œuvre de ces trois filles, trois amies issues de Caroline du Sud. Et "Funk You Up", leur premier titre, fut tout sauf anodin. Il fut, à l'inverse, un nouveau succès pour le label pionnier du rap, dont les "ding ding dong" furent samplés à plusieurs reprises (par Dr. Dre notamment, sur "Keep Their Heads Ringin'"), et qui fut pompé aussi par Bruno Mars sur son "Uptown Funk" d'après les intéressées, peu enchantées de n'avoir pas toujours reçu les dividendes et la reconnaissance qui leur étaient dus.

THE SEQUENCE - Sugarhill Presents The Sequence

Sugar Hill Records ‎:: 1980 :: acheter cet album

Sugarhill Presents The Sequence fut, en 1980, l'année d'après la sortie de ce tube, leur premier album. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il portait la marque de Sugar Hill Records. A cela, rien de surprenant, puisque c'est en tant que fans de "Rapper's Delight", que Cheryl Cook ("The Pearl"), Gwendolyn Chisolm ("Blondy") et Angela Brown (Angie B) s'étaient mises au rap, qu'elles étaient entrées en contact avec Sylvia Robinson, la patronne du label, qu'elles l'avaient convaincue de la qualité de leurs raps et, en jeunes filles ingénues, qu'elles avaient quitté leur Caroline natale pour découvrir la folie et les excès de New-York. A l'image de quelques autres sorties sous la même étiquette, cet album proposait donc un hip-hop encore en gestation, et pas encore détaché du funk et du disco.

Plusieurs chansons évoluaient en effet en territoire soul et funk, comme la ballade "The Times We're Alone", une romance pour le moins sirupeuse, ou le bien-nommé "Funk A Doodle Rock Jam". "Funky Sound (Tear the Roof Off)", leur second single, était une réinterpretation du "Give Up the Funk (Tear the Roof off the Sucker)" de Parliament, et "Come On Let's Boogie" devait aussi beaucoup à la clique de George Clinton. Et même les titres rappés pour de bon, "Simon Says", "We Don't Rap the Rap" et "And You Know That", étaient accompagnés, selon la loi de l'époque, par des instruments purement funk. Ils portaient la marque d'un temps où le rap était avant tout, un moyen de chauffer les pistes de danse des discothèques, sur des plages longues, avec des phrases types, des vers entonnés en chœur, et des cris et sifflets en arrière-plan. Nous ne rappons pas de rap, à moins que ce soit funky, disaient les trois filles sur "We Don't Rap the Rap". Et c'était bel et bien le cas.

En conséquence, Sugarhill Presents The Sequence n'est pas un classique du hip-hop, fut-il old school. Même s'il fut l'un des premiers disques rap à user du terme gangsta ("we're not Chic or Sugar Hill, we're the Sequence girls with the gangsta thrill", sur le single "And You Know That"), il est avant tout le produit d'une époque, tout à fait agréable, mais d'autant plus générique qu'il lui manque le single-étalon de The Sequence, "Funk You Up". Cet album anodin ne serait pourtant pas la fin de l'histoire pour le trio. Il en sortirait deux autres, et connaîtrait même un autre succès, avec "I Don't Need Your Love", en 1982, une ballade soul qui ne faisait que confirmer l'ancrage de ces filles dans la black music traditionnelle. Cet ancrage fort se traduirait aussi par le futur d'Angie B, seul membre du groupe à faire carrière. A force de côtoyer Prince, Lenny Kravitz et D'Angelo, elle connaîtra le succès autour de 2000, avec les albums Black Diamond et Mahogany Soul, sous le nom d'Angie Stone et sous les traits d'une chanteuse néo-soul. Ironiquement, mais logiquement aussi, c'est sous cette identité que cette pionnière du rap au féminin, voire du rap tout court, est célèbre aujourd'hui.

Vos 5 albums / mixtapes 1980-85

Désignez vos 5 albums ou mixtapes rap préférés des années 1980 à 1985. Les résultats seront révélés plus tard, quand un quorum satisfaisant de votes sera atteint.

Album / Mixtape #01

Album / Mixtape #02

Album / Mixtape #03

Album / Mixtape #04

Album / Mixtape #05

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet