TREE - Sunday School

Qu'est-ce qui sépare Tree, dont la mixtape Sunday School a été l'un des succès critique de 2012, des autres rappeurs de Chicago qui ont marqué l'année, de tous ces Chief Keef, King Louie et Lil Reese qui ont fait le buzz avec leur drill music ? La réponse est simple : 10 bonnes années de plus. Bientôt trentenaire, le rappeur et producteur Tremaine Johnson, de son vrai nom, nous offre un rap plus mature et moins nihiliste, de la profondeur dans les paroles, des commentaires sociaux et un goût, à l'ancienne, pour des samples à forte teneur soul. Cependant, que ceux qui n'ont pas encore découvert Tree n'imaginent pas avoir affaire à un "rap conscient" à la mode des années 90. Sa formule à lui, est plus contemporaine, elle est même inédite. Il en a fait un nouveau genre à part entière, qu'il a baptisé la soul trap.

TREE - Sunday School

Gutter City Entertainment :: 2012 :: télécharger la mixtape

"Soul", on vient d'expliquer pourquoi. C'est à cause des emprunts aux artistes issus de ce genre, d'illustres anciens comme Aretha Franklin, ou des stars plus récentes comme Amy Winehouse, dont Tree est ouvertement fan et à laquelle il dédie le titre d'un morceau. "Trap", c'est parce que son arrière-plan synthétique et ses motifs rythmiques trépidants s'inspirent du trap rap, de cette musique pour trafiquants de drogue en vigueur dans le Sud ; parce que sa voix même, éraillée, rocailleuse, parce que son phrasé agressif et bancal, semblent tous venir de là-bas. D'ailleurs, cette mixtape, c'est dans la capitale de la trap que l'homme de Chicago l'a enregistrée, à Atlanta, histoire de s'imprégner de l'esprit de l'endroit.

Cette fusion soul trap, Tree l'opère aussi par ses textes. Ce rappeur qui, comme ceux de la scène drill, a grandi au cœur d'un Chicago marqué par une violence endémique et a touché au deal de drogue, ne se présente pas comme un ange. Ses paroles, pour autant, ne se limitent pas au slogan ou à l'outrance. Elles exposent le détail d'un parcours difficile, dont il a surmonté les embûches ("Made It"). Elles creusent le thème ancestral du conflit entre vice et spiritualité, souligné par des samples à connotation religieuse, comme le "Lord, don't let me die" de "Die". Le rappeur, plusieurs fois, questionne son statut de pécheur, une posture qui, avec son côté hurleur éploré, lui a valu d'être comparé parfois à un bluesman.

Blues, soul, trap. Ca fait beaucoup pour un seul homme. Mais Tree, en effet, c'est tout ça. Comme personne, il assimile, il restaure et il rénove tout l'héritage des musiques afro-américaines sur cette mixtape totalement neuve et originale, véritable manifeste d'un nouveau style, dont la suite, un très bon Sunday School 2 sorti en mai 2013, a confirmé davantage encore la pertinence et la richesse.

Évaluer ce billet

0/5

  • Note : 0
  • Votes : 0
  • Plus haute : 0
  • Plus basse : 0

Vous pourriez aussi aimer...

  • WAYNE616 - Grease Files WAYNE616 - Grease Files
  • TRAPLAND PAT - Trapnificent TRAPLAND PAT - Trapnificent
  • C.V.E. - We Represent Billions C.V.E. - Chillin Villains: We Represent Billions
  • SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon A Time In America SMOOTHE DA HUSTLER - Once Upon a Time in America
  • CASH KIDD - No Socks CASH KIDD - No Socks
  • THEY HATE CHANGE - Finally, New THEY HATE CHANGE - Finally, New
  • PARIS - Sleeping With The Enemy PARIS - Sleeping with the Enemy
  • DAMEDOT - Courtesy of the Mafia DAMEDOT - Courtesy of the Mafia

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.