Bigtyme Recordz :: 1995 :: acheter cette mixtape

Le principe était le suivant : prendre des titres de rap, les ralentir à l'extrême pour que domine une impression de paresse et de langueur, rendre les voix irréellement graves et caverneuses, et quelquefois doubler les passages d'un même morceau, en répéter de petites sections avec un léger décalage. Ce style, inspiré par une consommation déraisonnable de sirop, mélangé avec du soda et ingurgité de préférence en voiture, Robert Earl Davis, alias DJ Screw, l'a décliné sur des dizaines de mixtapes, distribuées de manière artisanale sur la scène de Houston.

Sa production a été si prolifique qu'il est parfois bien difficile de faire le tri. Les deux volumes de 3 'N The Mornin', toutefois, sont souvent cités comme ses travaux les plus emblématiques, et plus particulièrement le second, celui où il troquait les titres de stars de la West Coast (Dr. Dre, Spice 1, Too $hort, Ice Cube, Compton's Most Wanted…) pour ceux d'artistes locaux (Big Moe, E.S.G., Lil' Keke, Botany Boys, son propre frère Al-D…), tous membres de sa Screwed Up Click. De ce fait, ce mix sonnait plus régional et typique que l'autre. C'est avec celui-ci que ce rap pour gangsters fatigués prenait sa pleine mesure, que l'on goûtait le mieux au contraste entre ses paroles brutales et son ambiance nimbée et lymphatique.

Avant DJ Screw, Houston avait déjà sa propre scène, avec le gangsta rap des Geto Boys et de Ganksta N-I-P. Mais avec lui, il se dotait d'un son propre, qui explosera au grand jour dans les années 2000, quand chaque disque de rap sudiste sera nécessairement suivi de son remix chopped & screwed. Ce sont d'autres gens, pourtant, qui bénéficieront de cet engouement, comme Michael "5000" Watts, des quartiers rivaux du Nord de la ville. DJ Screw, qui s'était toujours contenté d'enregistrer des mixtapes sympa pour ses amis, ne verra rien de sa postérité, décédant prématurément en 2000. D'une surdose de codéine, évidemment.