Loud Records :: 2000 :: acheter ce disque

Or, voilà qu'en ce début 2000 sort Supreme Clientele, le second album solo d'un Ghostface Killahtout juste sorti de prison, et qu'il ranime tout à coup notre vieille passion pour le Wu. En mêlant ses paroles traditionnellement alambiquées et les compositions tour à tour incisives et baroques de son premier album (l'excellent Ironman) au son ample et imprégné de soul que le Clan s'est choisi depuis 1997, cela sans recourir plus de deux fois à la sorcellerie de RZA, Ghostface livre avec surprise le premier grand album de rap de l'année 2000.

Ghostface, malgré des propos quelque peu cryptiques, n'est pas le plus subtil rappeur du Wu-Tang Clan. Il le prouve sur Supreme Clientele, sortant la grosse artillerie. Les samples, notamment, ont déjà été entendu mille fois : sur le "Mayor" de Pharoahe Monch, quelques mois plus tôt, sur L'Ecole du Micro d'Argent des français d'IAM ("We Made it", le titre le plus faible de l'album), sur un remix par Kutmasta Kurt des allemands Terranova ("Stay True"). Mais personne n'a demandé à Ghostface de s'inventer inutilement des obstacles et de refuser l'efficacité redoutable de "One" (où Juju, producteur des Beatnuts, imite le son du RZA à la quasi perfection), de "Saturday Night", de "Apollo Kids" et surtout de "Wu Banga 101", où la moitié du Clan, Genius/GZA en tête nous propulse aux meilleurs moments de l'époque 1993-95. Magnifique et inespéré.

Contrairement à ce que certains critiques trop enthousiastes affirment, on est encore loin d'un chef d'oeuvre comme Liquid Swords (indispensablissime album solo de GZA sorti en 1995), mais la qualité presque constante et homogène de Supreme Clientele est déjà bien plus qu'une consolation. Une renaissance.