Bully Records:: 2006 :: acheter cet album

Cela ressemble au Sixtoo habituel avec ces jeux sur les percussions ("Soft Weapon", "Percussive Pentode"), ce goût pour les ambiances noires ("She Cried Wolf"), ces réminiscences de Can ("Silverfaced") et des Silver Apples ("Electrons"), ces scratches perdus dans la mélasse d’un dub du nouveau genre ("Soul Smudge") et ces saynètes musicales ("Cat Walk"). Mais cela a un fort goût d’inachevé. Dès que Sixtoo tient une bonne idée, il semble chercher à l’étouffer, comme sur "The Slow Robber". Seuls se distinguent les deux moments les plus longs et les plus riches en instruments : ce "Daytime Drama" en basse, clavecin, violoncelle, flûte et scratches aux faux airs de BO des années 70 ; et la mandoline insistante de cet "Antivandalism" final dont le titre sonne la fin de la récréation. Cela ne fait pas lourd, hormis pour les collectionneurs et les complétistes. Ceux qui n’entrent pas dans ces catégories patienteront donc encore avant un vrai album du Canadien.