Galapagos4 :: 2004 :: acheter ce disque

Peut-être a-t-on enterré ce label trop tôt.

Depuis quelques temps, après une poignée de premiers albums recommandables signés Offwhyte, Qwel, DJ Whitelightning ou Netherworlds, Galapagos4 semblait pédaler dans la choucroute, son principal faire-valoir, insuffisant, étant d'être l'exact opposé d'un rap bling-bling et rutilant ingénuement diabolisé. Mais ce premier album du rappeur Mestizo produit par tout ce que le label compte de beatmakers redresse énergiquement la barre.

Oh certes, ce LifeLikeMovie est parfaitement à sa place sur le label chicagoan, avec son rap grave qui appelle tous les frères, c'est écrit sur la pochette, à l'action, au changement positif, au contrôle de sa destinée, à voler librement à travers les cieux... Et certains titres, au début, ne sont pas folichons. Mais petit à petit, avec "Eyes See Through You" ou un "Glass Box" à guitare, l'album monte un cran ou deux au-dessus, par exemple, du dernier disque de Robust. Ses galons, ce disque les gagne encore mieux dans sa deuxième partie, avec, entre autres, l'enthousiasmant "Karma Call You Home" final, mi-rappé par Mestizo mi-chanté par Golda Supanova, et avec les impeccables morceaux produits par Maker ("When the Camera's Off", "Circle Mountain" et le splendide "Knights Seppuku"), lequel se montre décidément et de loin le producteur le plus palpitant de l'archipel Galapagos4. En bout de course, tout cela suffit amplement à faire de LifeLikeMovie le premier must-have sorti depuis longtemps sur ce label.