Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

LIL BOOSIE - Da Beginning

, 23:48 - Lien permanent

Le nom de cette mixtape est trompeur. Da Beginning, en effet, ne marquait en rien les débuts de Lil Boosie. En 2008, année de sa sortie, Torrence Hatch avait déjà une discographie conséquente, faite d'albums solo, de collaborations avec Webbie et avec tous les artistes de la Trill Fam, et bien sûr d'une bonne poignée de mixtapes. Il était en fait, déjà, un artiste accompli, et une star à Baton Rouge, voire ailleurs dans le Sud, grâce à sa présence (aux deux sens du terme) sur toutes les scènes de la région. Da Beginning, cependant, est sortie au cœur de cette période, de 2007 à son incarcération, en 2009, où le futur Boosie Badazz était le plus étincelant, où il semblait sur le point d'exploser plus fort et plus loin.

LIL BOOSIE - Da Beginning

Lire la suite...

SOSO - Discographie Commentée

, 12:45 - Lien permanent

Nous étions en l’an 2000. C’était l’époque de la bulle Internet et l’âge d’or du rap de nerd. Dans la foulée d'Anticon, apparaissaient sur le Web toute une myriade de rappeurs blancs amateurs. La recette de base, c’était soit du rap "conscient" et intello, soit ces paroles introspectives dont Slug d’Atmosphere était devenu à son corps défendant le grand inspirateur, le tout agrémenté de beats finalement assez conformistes malgré la noirceur et les bizarreries électroniques d’usage. Pour tous ces gens, le média phare était un webzine bien sûr, et il s’appelait Hip Hop Infinity. La majorité des artistes défendus sur ses pages étaient mauvais et maladroits, ce qui ridiculisait le ton souvent professoral des articles. Mais parfois, le magazine savait dénicher tel ou tel rappeur du gouffre dont le talent l'extirpait du brouet.

Soso

Lire la suite...

03 GREEDO - Purple Summer 03: Purple Hearted Soldier

, 22:22 - Lien permanent

Un jour, Greedy Giddy décida de se renommer 03 Greedo. S'il choisit de placer cet étrange chiffre devant son nouveau pseudonyme, c'est en raison de l'âge auquel son père avait disparu, emporté par un accident de moto. Il n'avait que 30 ans, et le rappeur de Watts, alors bébé, allait donc entamer orphelin une vie qui ne lui ferait aucun cadeau : plus tard viendraient l'addiction à la drogue, des agressions à l'arme à feu (à cause de ces attaques, sa jambe manquera d'être amputée), des amis emportés par la violence, et la prison. C'est au cours de l'une de ces périodes de détention, cependant, qu'il allait décider de se sauver par le rap, avec une foi telle qu'il n'hésiterait pas à tatouer les mots "Living Legend" sur son visage. Son objectif serait d'avoir réussi sa vie, avant l'âge où s'était brisée celle de son père.

03 GREEDO - Purple Summer 03: Purple Hearted Soldier

Lire la suite...

JEAN GRAE & 9TH WONDER - Jeanius

, 22:48 - Lien permanent

Avec le temps, cet underground hip-hop qui suscita tant d'espoir à la fin des années 90 se stabilisa en quelque chose de bien défini. Alors qu'il était à l'origine épars, divers, multiformes, et qu'il nous faisait une promesse alléchante de renouvellement, il est devenu au bout du compte l'apôtre de la conservation, et le refuge ultime d'un rap de facture classique qui se refusait à mourir. Jean Grae et 9th Wonder ont tous les deux hardiment représentés cette tendance. La première, autrefois appelée What? What?, ancienne membre dans les années 90 du groupe new-yorkais Natural Resource, défendait un rap de type battle et lyrical. Et le second, producteur de Little Brother, privilégiait un traditionniste style boom bap.

JEAN GRAE & 9TH WONDER - Jeanius

Lire la suite...

MIA X - Unlady Like

, 23:17 - Lien permanent

Ca a longtemps été une règle dans le rap : à chaque collectif d'importance, sa rappeuse. Et en ce qui concerne No Limit, celle qui a occupé ce rôle, celle qui s'est présentée comme la Big Mama de tous ces gens, a été Mia X. Elle n'était alors pas tout à fait une débutante. Dix ans avant, dans les années 80, alors qu'elle était adolescente, elle avait appartenu déjà à New York Incorporated, un quartet dont l'autre membre notable était Mannie Fresh. Le nom du groupe, d'ailleurs, sera la source d'une erreur, reprise par maintes biographies : il fera croire que la rappeuse vivait à New-York. Mais c'est bel et bien à La Nouvelle-Orléans que Mia Young est née, et que sa carrière toute entière s'est faite. Elle connut même, en indépendant, un certain succès local, jusqu'à ce que Master P la fasse entrer dans sa clique, et qu'elle connaisse avec elle une réussite commerciale bien plus large, notamment avec un second album, Unlady Like, qui devint bientôt disque d'or.

MIA X - Unlady Like

Lire la suite...

KARIM HAMMOU - Une Histoire du Rap en France

, 23:20 - Lien permanent

Avec tact, Karim Hammou a intitulé son livre Une Histoire du Rap en France. "Une histoire", donc, et pas "l'histoire". Car l'auteur, chercheur au CNRS, a choisi de traiter le sujet selon un filtre particulier, un parmi d'autres : celui de sa discipline, la sociologie. D'autres que lui, par le passé, ont essayé d'analyser le rap sous le même angle, et cela n'a pas toujours été un bon souvenir. Souvent, ils ont ramené cette musique au rang de simple manifestation sociale, reléguant à l'arrière-plan sa dimension esthétique, la niant presque, avec une morgue plus ou moins consciente, et beaucoup d'ignorance. Mais les temps ont changé, et Hammou appartient à une autre génération de sociologues : celle qui a grandi avec le rap, celle qui sait en parler de façon neutre, sans malveillance, certes, mais aussi sans son contraire, cette détestable bienveillance démagogique et paternaliste.

KARIM HAMMOU - Une Histoire du Rap en France

Lire la suite...

GUCCI MANE - DropTopWop

, 23:35 - Lien permanent

C’était une image qui faisait plaisir : en mai 2016, Gucci Mane sortant de prison, en forme, souriant, avec des kilos en moins et des muscles en plus, dans les bras de Keyshia Ka'oir, celle qu’il allait épouser quelques mois plus tard. Le rappeur d’Atlanta réapparaissait en pleine gloire. Enfin, il était reconnu et célébré par tous pour ce qu’il était : le rappeur le plus influent des dix années précédentes. C’est avec la même joie, aussi, qu’on voyait Guwop se remettre tout de suite au travail, puis sortir avec prodigalité de nouveaux projets. D’autant plus que ceux-ci, malgré leur production plus actuelle et plus robuste, étaient de prime abord fidèles aux premières dizaines de mixtapes grâce auxquelles il avait construit son mythe. Mais après, petit à petit, à la réécoute de ces sorties, un étrange sentiment s’est mis insidieusement à nous envahir : une impression de fadeur, d’innocuité, comme si, en fait, le bonheur et la reconnaissance mérités du rappeur l’avaient anesthésié.

GUCCI MANE - DropTopWop

Lire la suite...

ISHA - La Vie Augmente Vol. 1

, 22:58 - Lien permanent

C’est la grande découverte de ces dernières années, du côté de chez nous : le meilleur rap français serait, en fait, le rap belge. Depuis plusieurs mois, donc, Damso, Romeo Elvis, Hamza, Caballero et JeanJass, sont les rappeurs qui comptent. Et à ces nouveaux-venus (ou qui le paraissent tels vus de France), il faut en ajouter d’autres, parfois encore plus remarqués par la critique que par le grand public, par exemple Isha, un proche des derniers cités. Au détail près que ce rappeur, autrefois connu sous le nom de Psmaker, présent depuis 15 ans sur la scène bruxelloise, est tout sauf un bleu, ce dont témoigne La Vie Augmente Vol. 1.

ISHA - La Vie Augmente Vol. 1

Lire la suite...

MC LYTE - Lyte As A Rock

, 22:58 - Lien permanent

MC Lyte aurait été la première rappeuse à sortir un album solo en bonne et due forme. Mais comme la place des femmes dans le rap n’a jamais été acquise, cela ne s’est pas fait facilement. Son arrivée chez la major Atlantic, en effet, a été imposée par Nat Robinson, le patron du petit label First Priority et le père des deux membres d’Audio Two, un duo que l’industrie courtisait après le succès de "Top Billin'", la face B de son premier single. Lana Moorer, de son vrai nom, était alors proche des deux frères (à tel point qu’elle fut souvent présentée, à tort, comme leur sœur), et toute cette petite équipe voulait poursuivre l’aventure ensemble. L’ironie, cependant, c’est que l’histoire du hip-hop n’a retenu Audio Two que pour le titre susnommé, alors que leur amie est devenue sa première grande dame.

MC LYTE - Lyte As A Rock

Lire la suite...

JAKE ONE - White Van Music

, 23:28 - Lien permanent

Vers la fin des années 90, alors que s'émoussait la rivalité entre les Côtes Est et Ouest, une nouvelle frontière s'était formée dans le monde du rap américain. A une époque d’apogée commerciale pour cette musique, et alors que, en corollaire de ce triomphe, s’imposait une imagerie de nouveaux riches, deux camps s'étaient formés : d’un côté les puristes, les défenseurs de l’underground, les adeptes d’un hip-hop intellectuel, à la fois responsable et pétris d’ambitions artistiques ; et de l’autre, ceux qui embrassaient à pleine bouche ce rap tape-à-l’œil et fier-à-bras de voyous magnifiques, et qui considéraient ses détracteurs comme des pisse-froid.

JAKE ONE - White Van Music

Lire la suite...

- page 3 de 168 -