Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Critiques Musique › Albums Rap

Critiques et revues d'albums et mixtapes rap, hip-hop et apparenté

Fil des billets Fil des commentaires

INVINCIBLE - ShapeShifters

, 23:44

Ilana Weaver est blanche, et elle est une rappeuse technique apparue sur la scène battle de Detroit à la fin des années 90. Cela fait donc deux bonnes raisons pour que les critiques les moins inspirés dégaine à son égard la plus paresseuse de toutes les comparaisons : celle avec Eminem. Et de fait, la silhouette du Slim Shady apparait bel et bien sur le premier album d'Invincible, mais c'est pour mieux s'en démarquer. Sur "Locust", la rappeuse le cite nommément quand elle critique ceux qui voudraient refaire l'histoire, et effacer Proof pour ne retenir qu'Eminem du rap de Detroit. Et sur le morceau éponyme "ShapeShifters", paraphrasant Bertolt Brecht, elle affirme que la musique n'est pas là pour refléter la réalité, mais pour la transformer. A l'inverse de l'autre, qui a traduit en raps l'existence perturbée du quart-monde américain, elle, s'emploie à y remédier.

INVINCIBLE - Shapeshifters

Lire la suite...

JOEY PURP - Quarterthing

, 23:05

Et si, plutôt que Chance the Rapper et Vic Mensa, le rappeur à retenir du collectif Save Money était Joey Purp ? On le sait, cette école de rap est à Chicago l'inverse même de la drill music. Ses membres paraissent plus sophistiqués, plus conscients de leur histoire, plus tournés vers une démarche artistique. Ils représentent ce qu'on a appelé sur nos pages l'Obama rap (et pour cause, Chance, qui est le fils d'un de ses collaborateurs, fréquente l'ancien président), dont la fonction politique et sociale implicite est de réconcilier la culture afro-américaine contemporaine avec l'Amérique, ou plus précisément avec son élite libérale. C'est une veine généralement prisée par la presse, mais critiquable pour son approche scolaire, pour sa musique trop pensée, pour son rap pas assez spontané. Ces reproches, cependant, ne sont pas à faire à Joey Purp. En tout cas pas à l'entièreté de ce projet, son troisième, et la suite de iiiDrops, la mixtape de 2016 qui l'avait révélé.

JOEY PURP - Quarterthing

Lire la suite...

TRINA - Diamond Princess

, 22:54

A la fin des années 90, après le triomphe du dirty rap des New-yorkaises Lil' Kim et Foxy Brown, il était temps que ce hip-hop à forte teneur pornographique revienne chez lui, en Floride. C'est donc en toute logique sur les terres du 2 Live Crew qu'une autre rappeuse pousserait à son comble cette formule désormais éprouvée : un joli minois, une grande gueule, des propos salaces, un goût prononcé pour le lucre, une attitude insolente de femme dominatrice et une indéniable aisance verbale. A tout cela, depuis son apparition avec Trick Daddy sur le single "Nann Nigga", Katrina Taylor ajoutait un humour plus tranché encore, une voix de vilaine fille et les rythmes sautillants qui ont toujours convenu au rap de Miami. En l'an 2000, parée de ces atouts irrésistible, celle qui se présentait comme la salope la plus bonne (Da Baddest Bitch, s'intitulait en effet son premier album et futur disque de platine), lançait une des carrières les plus durables du rap féminin.

TRINA - Diamond Princess

Lire la suite...

TRAPPERMAN DALE - '91

, 23:21

Starlito n'est pas seulement l'un des plus grands rappeurs en activité, il a aussi le nez creux. Il l'a prouvé il y a quelques mois déjà, en nous faisant connaître l'excellent Floridien Mobsquad Nard. Et il le fait à nouveau avec un voisin de West Nashville qu'il aurait découvert via les médias locaux. Comme le Floridien susnommé, TrapperMan Dale a été intégré au label de l'ancien All Star, Grind Hard, il a participé à son album de 2017, Hot Chicken, et ils ont l'un comme l'autre sorti un projet en commun avec leur mentor, Open Cases pour le premier, et Trap Star pour l'homme du Tennessee. Ce n'est pourtant pas ce dernier qu'il faut retenir, mais plutôt un solo sorti quelques mois plus tôt, et sobrement intitulé '91.

TRAPPERMAN DALE - 91

Lire la suite...

TIERRA WHACK - Whack World

, 20:25

Au cours d'une interview, Tierra Whack a déclaré un jour vouloir cesser d'être rappeuse, pour devenir artiste. Et de fait, quelques temps après un single annonciateur, "Mumbo Jumbo", nous en sommes là avec Whack World. La jeune femme de Philadelphie, qui s'était d'abord illustrée pour ses freestyles sous le pseudonyme de Dizzle Dizz, avant de passer quelques temps à Atlanta, fait maintenant preuve sous son propre nom d'une approche résolument artistique. Ce projet (il n'y a pas de meilleur mot pour le qualifier) a pour particularité d'empiler quinze ébauches de chansons, d'une minute chacune, pas plus, pas moins, ce qui leur permet, à l'heure des réseaux sociaux, de respecter la limite de durée imposée aux vidéos sur Instagram. Chacun de ces morceaux, en effet, a fait l'objet d'une quinzaine de petites vignettes filmées, par ailleurs compilées sur Youtube.

TIERRA WHAK - Whack World

Lire la suite...

GT - Relentless

, 23:06

C'est une véritable chevauchée fantastique à laquelle nous avons assisté, l'an passé, avec le rap de Detroit. Ses acteurs n'étaient pas tous des nouveaux-venus, certains s'agitaient depuis plusieurs années déjà, dans l'underground local. Mais le récent coup de projecteur porté à cette scène, désormais exposée au-delà de ses bases, a semblé motiver les Sada Baby, Icewear Vezzo, Peezy, Lil Baby, BabyFace Ray et autre FMB DZ à sortir des projets tous plus affriolants les uns que les autres. Cela fut donc une longue cavalcade, qui s'acheva avec le Relentless de GT, sorti officiellement en 2018, mais disponible sous le manteau dès décembre 2017.

GT - Relentless

Lire la suite...

CHOICE - The Big Payback

, 23:30

Tout vient de Houston. C'est en grande partie de la ville texane qu'est issu le gangsta rap paroxystique de psychopathe, devenu avec le temps l'ordinaire du hip-hop. Et même si on le sait moins, c'est là-bas aussi qu'a été mise au point cette posture hypersexuée qui, elle aussi, est devenue la normalité en matière du rap, quand il est conjugué au féminin. La vilaine fille originelle du hip-hop n'est en effet ni Lil' Kim, ni Foxy Brown. Ce ne sont même pas les pionnières de BWP et de H.W.A. C'est Kim Davis, alias Choice. Originaire de San Antonio, elle avait fait son entrée dans la musique dès 1989, sur le premier album de Willie D. A l'occasion d'un duo avec le rappeur des Geto Boys élégamment intitulé "I Need Some Pussy", elle clamait bien fort être classée X. Elle se prévalait d'avoir une chatte plus grande que la Bolivie et, si besoin, de la fesse à revendre. C'en était assez pour que J. Prince la signe sur Rap-a-Lot et qu'elle y sorte un an après The Big Payback.

CHOICE - The Big Payback

Lire la suite...

AZEALIA BANKS - 1991

, 22:25

Autour de 2010, la pop américaine semblait découvrir enfin tous les apports des musiques électroniques. A la manière de l'Euro-Dance, mais avec vingt ans de retard, elle vulgarisait les sons de la house, de la techno et des autres. Elle les avait enfin digérés, et transformés en une version mâtinée de chants, plus accessible à un large public. Et ce mouvement, représenté mieux que quiconque par Lady Gaga, touchait également le rap. On aime ou on déteste se souvenir, par exemple, de l'association entre Black Eyed Peas et David Guetta, ou de certains morceaux de Flo Rida. On se rappelle aussi qu'à cette époque, ce fut la voie choisie par une pure rappeuse, Nicki Minaj, dans sa quête de succès. Et puis il y eut Azealia Banks, qui renouvela l'antique alliance entre hip-hop et house music.

AZEALIA BANKS - 1991

Lire la suite...

BWP - The Bytches

, 23:12

Les filles du rap ont fait comme les garçons. Ces termes injurieux qu'on leur adressait, elles se les sont très tôt appropriés, elles en ont même fait leur étendard. Dès la fin des années 90, cela a été le cas des H.W.A., les Hoez With Attitudes, ces protégées d'Eazy-E qui troquaient donc le mot de nègre, nigga, revendiqué bien fort par N.W.A., pour celui de trainée, de fille facile. Et ça l'a été aussi à New-York, à l'autre extrémité des Etats-Unis, avec le duo formé par Lyndah McCaskill et Tanisha Michele Morgan, qui s'accaparait quant à lui le terme de bitch, chienne, avec son nom (Bytches With Problems), tout autant qu'avec le titre de son premier album. Or ce disque, le seul qu'elles aient sorti (le second, Life's a Bitch, n'a jamais vu le jour), bien davantage que ceux de leurs consœurs californiennes, avaient été une relative réussite, tant formelle que commerciale.

BWP - The Bytches

Lire la suite...

EVANDER GRIIIM - Raices

, 22:32

Evander Chantz a toujours eu soif de succès. Il aurait décidé que, s'il n'était pas repéré avant l'âge de 19 ans, il abandonnerait le rap pour entamer une carrière dans l'armée. Or, en 2016, quelques temps tout juste avant la date butoir, il sortit "Right Now", un morceau halluciné et affamé qui parlait justement de cela : d'être dès maintenant au tout haut de l'affiche, de jouir tout de suite des femmes, de l'argent et de la célébrité, sans attendre. Et comme s'il suffisait d'énoncer ce vœu pour qu'il soit exaucé, ce morceau devenait populaire, attirant l'attention de Gucci Mane (ils en livreraient ensemble une nouvelle version), suscitant l'intérêt de Young Thug, et permettant à celui dont le nom d'artiste est Evander Griiim d'être embarqué dans les tournées de Rich the Kid, de Rae Sremmurd et de Lil Yachty.

EVANDER GRIIIM - Raices

Lire la suite...

YO-YO - Black Pearl

, 23:09

Yo-Yo est entrée dans le rap dans le sillage d'Ice Cube. Celui-ci, à l'aube de sa carrière solo, était en effet en quête d'une rappeuse, et c'est sur Yolanda Whitaker qu'il a jeté son dévolu. Il l'a d'abord invitée sur AmeriKKKa's Most Wanted pour un morceau, "It's a Man's World", où les deux protagonistes débattaient âprement de la place de la femme dans les quartiers. Puis il l'a épaulée sur chacun de ses albums. Cette association fut durable. Et pourtant, en contradiction apparente avec la réputation de l'ancien N.W.A., classé haut dans la liste des rappeurs les plus misogynes de l'histoire, Yo-Yo, elle, avait un agenda ouvertement féministe.

YO-YO - Black Pearl

Lire la suite...

HEATHER B. - Eternal Affairs

, 22:52

La carrière de rappeuse d'Heather B. se réduit finalement à pas grand-chose. Elle n'aura sorti en tout et pour tout que deux véritables albums. Et dans l'esprit des Américains, elle aura été d'abord une personnalité des médias. C'est en effet via la première saison de The Real World, une émission pionnière de la télé-réalité diffusée par MTV à partir de 1992, qu''Heather B. Gardner s'est fait connaître du grand nombre. Et sa présence à l'écran (le petit, et parfois le grand) comme sur les ondes aura perduré au-delà de son activité discographique. Pourtant, c'est bel et bien par le rap que la native du New-Jersey a débuté, comme le montrait le rôle qu'elle jouait dans le programme qui l'a fait connaître : le sien, celui d'une rappeuse qui cherchait à percer dans un milieu généralement fermé aux femmes.

HEATHER B. - Eternal Affairs

Lire la suite...

ROC MARCIANO - RR2 - The Bitter Dose

, 23:24

Petit à petit, depuis Marcberg en 2010, et à force de sortir régulièrement des albums et des mixtapes solides, produits et rappés essentiellement par lui-même, c'est toute une œuvre que Roc Marciano bâtit. Une œuvre qui, aujourd'hui, se situe au cœur même d'un son rap new-yorkais fidèle à son lourd héritage, et néanmoins actuel. Une œuvre au long cours, et qui est la quintessence même du rap local. Ces derniers temps, cependant, le désormais quadragénaire semble avoir décuplé sa productivité. Ce sont en effet trois sorties, pas moins, qui auront vu le jour en 2018. Alors que Kaos, un projet collaboratif avec DJ Muggs, est annoncé pour octobre, il vient tout juste de sortir un nouvel album, Behold a Dark Horse, lequel succède à un autre solo disponible depuis mars, intitulée RR2: The Bitter Dose, et qui fut lui-même une suite à son Rosebudd's Revenge de 2017.

ROC MARCIANO - RR2 - The Bitter Dose

Lire la suite...

- page 2 de 82 -