Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Critiques Musique › Albums Pop Rock

Critiques et revues d'albums pop, rock et folk

Fil des billets Fil des commentaires

COMMON GRACKLE - The Great Depression

, 15:38

Franchement, ça ne tiendrait qu'à moi, je l'aurais vite laissée aller, cette eau de vaisselle indie pop. Je l'aurais laissée couler sans regret dans le siphon, cette musique typique d'une scène post rap qui a sombré dans les mélodies mièvres et la mélancolie à deux sous. The Great Depression, que ça s'appelle. Et effectivement, il y a quelque chose de déprimant à entendre, sur des sons à l'avenant produits par ce bon vieux Factor, ces chroniques d'un blues quotidien chantonnées par Gregory Pepper (le sosie caché d'un autre Grégory chantant, Lemarchal celui-là, ai-je lu sur mon propre forum, et c'est vrai, il y a de cela).

COMMON GRACKLE - The Great Depression

Lire la suite...

THE PALE FOUNTAINS - Pacific Street

, 23:13

Dans la trop grande catégorie des albums maudits, Pacific Street a une place de choix. Tout avait pourtant bien commencé pour les Pale Fountains. Apparu au début de la décennie 80, le premier groupe de Michael Head s'inscrivait dans ce mouvement qui s'émancipait alors de la noirceur du punk et du post-punk anglais pour renouer avec des compositions chatoyantes plus en prise avec les années 60, une tendance qui commencerait avec Orange Juice et qui culminerait, dans le même temps que les deux seuls albums des Pale Fountains, avec les Smiths.

THE PALE FOUNTAINS - Pacific Street

Lire la suite...

PATTI SMITH GROUP - Easter

, 17:59

Le poids de Horses (1975) dans la discographie de Patti Smith est tel, sa cote critique est si élevée par rapport au reste de sa production, aujourd'hui, qu'on en oublierait que ce n'est pas cet album qui a été le plus médiatisé, que ce n'est pas celui-ci qui lui a ouvert les portes d'un large succès. Non, l'album qui a fait connaître Patti Smith au monde, celui qui est entré dans la maison de ton grand frère, de ton beauf ou de ton oncle (selon ton âge), c'est le troisième, c'est Easter.

PATTI SMITH GROUP - Easter

Lire la suite...

GENE CLARK - White Light

, 23:19

Désigner quel serait l'album culte par excellence de Gene Clark est un challenge, car la carrière de l'ancien Byrds n'est faite que de cela, que de merveilles mésestimées, que de perles qui n'ont pas été reconnues à leur juste valeur, ou alors bien trop tard. Deux disques émergent pourtant quand il s'agit de faire parler les connaisseurs, deux disques qui, pour partie, sont le contraire l'un de l'autre.

GENE CLARK - White Light

Lire la suite...

THE CLEAN - Anthology

, 16:54

Quand on est jeune, on est con, et votre serviteur n'a pas fait exception. Quand il était jeune, donc, il excommuniait d'entrée tout ce qui ressemblait de près ou de loin à un best-of. Les best-of, en effet, c'est souvent moche. Ca collectionne des titres qui n'ont pas forcément vocation à se retrouver ensemble. Ca manque de cohérence. Ca privilégie souvent les hits, au détriment des petites perles discrètes qu'un artiste peut laisser au hasard de ses albums. Ca a un côté fast food.

THE CLEAN - Anthology

Lire la suite...

TIM BUCKLEY - Tim Buckley

, 09:05

Il y a la première comparaison, celle entre les deux Buckley, celle entre le père, Tim, et le fils. Et elle est vite pliée, tant la discographie de Jeff, malgré les bons moments de Grace (1994), paraît bien maigre en regard de celle du paternel. Mais ensuite, vient le second parallèle, plus problématique, celui que l'on fait entre les deux Tim (voire les trois, ou les quatre… tant le chanteur a su se renouveler au fil des albums), celui très accessible et enflammé des débuts, et l'autre, plus jazz, plus cérébral, plus expérimental. Et là, cela devient nettement plus problématique.

TIM BUCKLEY - Tim Buckley

Lire la suite...

NIRVANA - MTV Unplugged in New York

, 22:51

Dans les années 90, c'était devenu une sorte de rituel. Les groupes phares de cette décennie gourmande en musique à haut volume devaient, à un moment ou à un autre de leur carrière, la mettre en sourdine. Ils devaient délaisser un temps le bruit et l'électricité pour s'adonner aux joies de l'acoustique. Tel était le principe des sessions Unplugged de MTV. Mais en règle générale, malheureusement, le résultat n'était pas bien fameux… Sans leur habituel décorum rock'n'roll ni le paravent des décibels, la plupart des groupes se montraient tels quels, c'est-à-dire creux, cachant leur insignifiance derrière une attitude cliché et affectée. Tant et si bien que peu de bons disques sont finalement issus de cet exercice convenu.

nirvana-mtv-unplugged-in-new-york.jpg

Lire la suite...

DAVID BOWIE - Low

, 23:03

Dans L'Ancien Régime et la Révolution, Alexis de Tocqueville disait, en gros, que la Révolution Française n'avait pas existé. Ou, plus exactement, que les principes qu'elle portait avait déjà largement travaillé l'Ancien Régime, que celui-ci avait connu au XVIIIème siècle des évolutions majeures, que 1789 n'allait faire, en fait, que radicaliser et proclamer. La leçon ne vaut pas que pour la Révolution Française. Elle vaut pour toutes, mêmes pour celles qui n'ont pas grand-chose à voir avec la politique, même pour celles qui ne sont, par exemple, que musicales. C'est le cas du chambardement punk. On le présente encore trop souvent comme une rupture radicale dans l'histoire de la musique, comme un nouveau départ, comme une année 0. Alors qu'en fait, tout ou presque existait avant lui.

david-bowie-low.jpg

Lire la suite...

BUILT TO SPILL - You in Reverse

, 18:44

Alors que Built to Spill a été considéré assez tôt comme un groupe important dans son pays natal, les Etats-Unis, il a tardé à susciter la même adhésion de l’autre côté de l’Atlantique. Certes, le groupe de Doug Marsch n’est pas passé tout à fait inaperçu chez nous. Il y a même recueilli des critiques bienveillantes. Mais il y manquait souvent l’enthousiasme. Sans doute ce post-indie épique et toutes guitares dehors était-il trop américain, ou bien le sex-appeal lui faisait-il défaut, ou encore n’avait-il pas cette capacité à poser, à présenter sa musique comme un manifeste, qu’affectionne tant une critique européenne éprise de posture arty.

BUILT TO SPILL - You in Reverse

Lire la suite...

BUILT TO SPILL - There's Nothing Wrong With Love

, 17:25

Sorti en cette année 1994 très faste, où, par ailleurs, Doug Martsch s’embarquait avec Calvin Johnson pour l’aventure Halo Benders, There's Nothing Wrong With Love n’était pas le premier album de Built to Spill. Il n’était pas non plus leur meilleur, pas encore. Mais il était leur premier tour de force, l'oeuvre qui plantait le décor, celle où Marsch & co, encore à tâtons, approchaient par moments la formule qui constituerait ses grands disques, celle qui en ferait des postulants sérieux au titre de meilleur groupe rock américain de la décennie 90, carrément.

BUILT TO SPILL - There's Nothing Wrong With Love

Lire la suite...

LYNYRD SKYNYRD - Second Helping

, 23:15

Il est souvent admis que Second Helping est le meilleur Lynyrd Skynyrd, qu'il est une version plus accomplie de Pronounced Leh-Nerd Skin-Nerd, leur premier album. Mais ce n'est qu'à moitié vrai. Toujours produit par Al Kooper, mais enregistré en Californie, ce second opus se montrait en effet plus professionnel et propre que le précédent. Cependant pour cette raison même, il était moins bien.

LYNYRD SKYNYRD - Second Helping

Lire la suite...

ARAB STRAP - Philophobia

, 11:53

Les Britanniques ont toujours excellé à cela : s'inspirer ou s'emparer d'une tendance apparue Outre-Atlantique, d'un nouveau genre musical américain, et le pousser au bout de sa logique, aller au bout de ses idées. Chez Arab Strap, en effet, on retrouvait quelque chose de la neurasthénie et du rock déprimé de Smog, Palace, Idaho et consorts. Mais de manière démultipliée, sans nuance, sans à côté, sans rémission. Sur leur second album, comme sur d'autres, les Ecossais plongeaient pour de bon jusqu'au fond de la déprime, du glauque et du sordide.

ARAB STRAP - Philophobia

Lire la suite...

X - Los Angeles

, 23:17

Après New-York et Londres, Los Angeles. La ville californienne a été le troisième grand centre de la vague punk. Et, au sein de cette scène, X a été le groupe le plus visible. Pourtant, à bien y regarder, malgré toute la hargne et toute la fraicheur dont le groupe fondé en 1977 par John Doe et Exene Cervenka a su faire preuve, ce punk là n’était déjà plus le même que celui des deux autres villes.

X - Los Angeles

Lire la suite...

- page 2 de 8 -