Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Pharoahe Monch

Fil des billets Fil des commentaires

ORGANIZED KONFUSION - Stress: The Extinction Agenda

, 23:21

Certains, les puristes peut-être, préfèrent le premier Organized Konfusion. Avec Stress: The Extinction Agenda, ils constatent que le duo sacrifiait à l'air du temps, en conviant Buckwild et Rockwilder à produire quelques plages, en jouant le rap alors de mise à New-York, toujours imbibé de jazz, mais hardcore et martial. Mais c'est précisément grâce à cette alliance entre la dureté guerrière d'un hip-hop à la Boot Camp Click et les singularités cultivées dès leurs débuts par Pharoahe Monch et par Prince Po, que ce deuxième album doit son statut de classique du rap.

ORGANIZED KONFUSION - Stress: The Extinction Agenda

Lire la suite...

ORGANIZED KONFUSION - Organized Konfusion

, 22:32

"Organized Konfusion are a Queens-based duo who specializes in intelligent rhymes, to the detriment of their usually lackluster production". Voici comment le All Music Guide entame sa biographie de l’un des duos les plus culte de l'histoire du rap, son groupe underground ultime. Personnellement, et même si la fameuse encyclopédie en ligne modère ses propos dans d’autres textes, je m’insurge contre une telle description. Pour ceux qui peineraient avec la langue anglaise : elle laisse entendre que Pharoahe Monch et Prince Poetry se distinguaient avant tout par des paroles d’intello, au détriment des beats. Or, cela est totalement faux.

ORGANIZED KONFUSION - Organized Konfusion

Lire la suite...

PHAROAHE MONCH - Internal Affairs

, 22:12

A y regarder de près, un grand nombre d'artistes signés par Rawkus ne sont pas vraiment des nouveaux-venus. Outre Shabaam Sahdeeq, aperçu dans le passé auprès des médiocres US3, Pharoahe Monch s'est autrefois distingué au sein d'Organized Konfusion, un duo sous-estimé de l'histoire du hip-hop, adepte d'un conscious rap onirique et halluciné. Mais c'est sous un tout autre jour, plus terre-à-terre qu'il réapparait aujourd'hui, comme le prouve les "Get the fuck up" répétés de son premier single, le très tubesque (et assez insupportable) "Simon Says".

PHAROAHE MONCH - Internal Affairs

Lire la suite...