Fake For Real

Depuis 1997 : critiques, dossiers, sélections et autres papiers, dédiés au rap (et parfois à d'autres musiques)
Home

Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Los Angeles

Fil des billets Fil des commentaires

3 MELANCHOLY GYPSYS - Grand Caravan to the Rim of the World

, 22:18

Avec le recul, on réalise qu'il y avait un critère simple pour évaluer l’intérêt d’un album des Living Legends : à savoir, le degré d’implication d’Eligh. Les meilleurs disques du collectif californien, en effet, portaient quasiment tous sa marque. Cela était vrai de ses solos, comme du très bon Justify the Mean$ (2002) de Luckyiam.PSC. Cela l'était aussi du dernier disque sorti par les 3 Melancholy Gypsys, l'un des deux trios à l'origine du collectif, dont il avait produit l’essentiel.

3 MELANCHOLY GYPSYS - Grand Caravan to the Rim of The World

Lire la suite...

STYLES OF BEYOND - 2000 Fold

, 22:29

Sensation de l'année 1998 dans l'underground rap de Los Angeles, grâce à l'album 2000 Fold, les Styles of Beyond ne sortaient pas tout à fait du néant. Ryu (le Blanc) et Takbir (le Noir) avaient déjà été désignés Best New Artists l'année d'avant par le Wake Up Show. Alors proches de Mike Shinoda, la future star de Linkin Park, ils étaient parrainés par Divine Styler, qui produisait certains de leurs titres et signait la pochette de ce premier album. Et s'ils s'étaient liés à cet artiste halluciné issu du Rhyme Syndicate, c'est sans doute parce que le grand frère de Tak, Bilal Bashir, avait été un producteur historique du collectif monté par Ice-T.

STYLES OF BEYOND - 2000 Fold

Lire la suite...

HAIKU D'ETAT - Haiku D'Etat

, 23:01

L'adjonction des termes "haïku" et "coup d'état" sonne bien étrange en français. Elle n'en traduit pas moins fidèlement l'esprit de cette œuvre singulière, qui associait la concision et la force d'évocation de la poésie japonaise à une révolution bien menée du palais hip-hop. Ce qui ne surprendra personne, quand on rappellera que le trio derrière ce projet était composé d'un membre de Freestyle Fellowship, Mikah 9, d'un fondateur de la scène Project Blowed, Abstract Rude, et d'un troisième larron qui a été les deux à la fois, Aceyalone. Soient trois hommes habitués à repousser, voire à franchir, les frontières du rap.

HAIKU D'ETAT - Haiku D'Etat

Lire la suite...

CYPHA 7 - Got Struggle!

, 22:28

Combien sont-ils, ces petits chefs d'œuvre musicaux qui, parce qu'ils sont sortis au mauvais moment, parce qu'ils n'ont pas atteint les bonnes oreilles, parce qu'ils n'ont pas été relayés par les bons médias, se perdent à tout jamais dans les poubelles de l'histoire ? Surtout, combien parmi eux seront un jour récupérés, réhabilités, sauvés ? Difficile à estimer, bien sûr. En tout cas assurons-nous que le second album de Cypha 7, un Got Struggle! qui se contenta en son temps du format CD-R, ne connaisse pas le même sort, qu'il ne sombre jamais dans l'oubli.

CYPHA 7 - Got Struggle!

Lire la suite...

THURZ - L.A. Riot

, 23:24

Contrairement à ce que le laisse entendre un vieux cliché, selon lequel le hip-hop serait la voix du ghetto, le rap politique n'a jamais été dominant. Et aujourd'hui encore moins qu'hier, à l'heure du triomphe public, voire critique, de l'ignorant rap le plus extrême. Régulièrement, pourtant, de nouveaux rappeurs engagés émergent, perpétuant la tradition des Public Enemy, Paris, Dead Prez et consorts. Tout récemment, en 2011, Thurzday (ou plus simplement Thurz) s'est distingué comme l'un d'eux, avec une première sortie solo au titre clair : L.A. Riot.

THURZ - L.A. Riot

Lire la suite...

THAVIUS BECK - Thru

, 11:24

Contrairement à ce que pourrait laisser croire sa posture d’expérimentateur hip-hop, il y a souvent eu de la facilité chez Thavius Beck. Le producteur historique de Global Phlowtations, l'un de ses rares membres à avoir émergé dans les années 2000, grâce à ses sorties chez Mush, Plug Research et Big Dada, a parfois gâté sa musique par trop d’effets, de pyrotechnie et de gros sons électroniques faits tout spécialement pour faire peur, dans un grand numéro de hip-hop gothique. Mais il y a eu également du grand talent chez le bonhomme.

THAVIUS BECK - Thru

Lire la suite...

THE GROUCH, DADDY KEV & D-STYLES - Sound Advice

, 23:08

Changement de casting en 2003 pour Daddy Kev et D-Styles. Coutumiers des collaborations fructueuses avec Awol One, le producteur et le DJ des Invisibl Skratch Piklz avaient troqué le Shape Shifter à la voix voilée pour un autre rappeur phare de l'underground californien, à savoir The Grouch des Living Legends. Et ce n'était pas juste histoire de. Dès le début, le MC l'annonçait à grands coups de violons : le trio s'était réuni pour nous apporter quelque chose de différent.

THE GROUCH, DADDY KEV & D-STYLES - Sound Advice

Lire la suite...

EXISTEREO - Dirty Deeds & Dead Flowers

, 22:54

Le dossier de presse d'Existereo prétendait autrefois que ses influences étaient Hank Williams III, Black Sabbath et Gram Parsons. Ne couvrant rien de moins que la country, le metal et le hip-hop, le spectre en question était déraisonnablement large. Mais on était tenté d'y croire, à écouter les albums du rappeur et grapheur. Ceux-ci, en effet, étaient éclectiques à souhait, même à l'échelle des Shape Shifters, à commencer par ce premier essai solo, Dirty Deeds & Dead Flowers.

EXISTEREO - Dirty Deeds & Dead Flowers

Lire la suite...

PIGEON JOHN - Sings the Blues

, 23:16

Le EP South Bay Blues accompagnait en 2004 un recueil de poèmes sorti par Pigeon John, et c'était l'œuvre la plus belle, la plus sobre et la plus personnelle de l'ancien membre du collectif LA Symphony, par ailleurs un habitué du Good Life Café. Il ne comportait que huit titres, mais huit titres exceptionnels, huit titres dignes de "What is Love?!" et de "Emily", les meilleurs moments de l'album précédent, Pigeon John is Dating your Sister. Faute de publicité, malheureusement, le disque s'était montré plus facilement disponible en MP3 pirate sur Internet qu'ailleurs. Il fallu donc attendre la sortie un an plus tard de Pigeon John Sings the Blues, le dernier album du rappeur métis chez Basement Records, avant une carrière chez Quannum Projects, pour voire réapparaître sous une autre forme ces huit merveilles.

PIGEON JOHN - Sings the Blues

Lire la suite...

MYKA 9 & FACTOR - Sovereign Soul

, 23:00

Il existe une loi implicite, dans le hip-hop, selon laquelle les MCs vieillissent souvent mieux que les producteurs. Alors que l'on cesse rarement d'être un grand rappeur, on perd plus facilement l'inspiration, côté musique. Aussi, quand un vétéran du micro s'acoquine avec un beatmaker plus jeune, ça peut parfois donner du bon. Myka 9 et Factor l'avaient déjà montré en 2009 avec l'album 1969. Et ils confirment avec Sovereign Soul, un second disque en commun.

MYKA 9 & FACTOR - Sovereign Soul

Lire la suite...

JURASSIC 5 - Jurassic 5 LP

, 22:04

A la fin des années 90, quand l'heure de la hype fut venue pour le rap alternatif qui avait couvé dans l'underground pendant toute la décennie, Jurassic 5 bénéficia d'une certaine reconnaissance critique, après la sortie d'un premier EP sans titre en 1997, transformé en album l'année d'après. Signés chez la major Interscope, participant au festival rock Lollapalooza, ouvrant les concerts de Fiona Apple, très prisés en Angleterre, ils représentèrent fièrement, aux yeux d'un public averti, en grande partie extérieur au hip-hop, la face californienne de ce mouvement.

JURASSIC 5 - Jurassic 5 LP

Lire la suite...

THE SHAPE SHIFTERS - Adopted by Aliens

, 12:56

En 2000, année faste pour la scène rap indé en général, et pour le collectif angelino en particulier, les Shapeshifters avaient pensé à tout. En plus d'un Know Future dur à digérer, long posse cut de deux heures déclamé sur des beats informes par une multitude de MCs, et pourtant leur grande œuvre, les Californiens avaient sorti dans la foulée et sur un autre label, le Celestial de Daddy Kev, un Adopted by Aliens plus facile à avaler pour les non initiés.

SHAPESHIFTERS - Adopted by Aliens

Lire la suite...

ELIGH - Poltergeist

, 22:34

En 2003, Eligh Nachowitz n'en était pas à son coup d'essai. Toute connaisseur hip-hop avait déjà pu goûter à ses recommandables As They Pass (1996) et Gas Dreams (1999). Cette fois, pourtant, il avait les cartes en main pour passer à la vitesse supérieure. Grâce à la notoriété de son groupe, les Living Legends, auxquels la signature récente de Murs chez Def Jux apportait un supplément de publicité ; grâce aussi à ce remarquable Poltergeist, un disque solide, constant, habité et poétique, supérieur en tout point à ses prédécesseurs.

ELIGH - Poltergeist

Lire la suite...

RADIOINACTIVE - The Akashic Record

, 23:03

En marge d'une interview, il y a quelques années, Radioinactive m'avait confié tout le bien qu'il pensait de La Caution. Le passage des ans, manifestement, n'a rien émoussé de cet intérêt de l'Américain pour le groupe français. La preuve en est que le titre le plus remarqué du nouvel album de l'ex-Log Cabin, le premier depuis Soundtrack to a Book en 2006, est une version en anglais de "Thé à la Menthe", co-interprétée par 2Mex, et intitulée pour l'occasion, en toute logique, "Mint Tea".

RADIOINACTIVE - The Akashic Record

Lire la suite...

ELIGH & AMP LIVE - Therapy at 3

, 23:10

Si les Living Legends n'ont pas toujours été irréprochables, la carrière solo de leur rappeur et producteur Eligh, elle, a longtemps suivi une trajectoire exemplaire. L'entamant à la fin des années 90 par des albums remarqués dans l'underground (As They Pass, Gas Dream), le rappeur avait livré ensuite quelques perles, comme Poltergeist, et surtout l'original Enigma. Cependant, après ce sommet, plus grand-chose à se mettre sous la dent. Car notre homme, on l'apprendra en 2010 avec l'album Grey Crow, avait subi alors le contrecoup d'une sale addiction à la drogue.

ELIGH & AMP LIVE - Therapy at 3

Lire la suite...

OF MEXICAN DESCENT - Exitos y Mas Exitos

, 22:38

A une époque où 2Mex (de son vrai nom Alejandro Ocana) n'avait toujours pas rejoint les Visionaries de Key Kool & Rhettmatic, et où Xololanxinxo (Daniel Rodriguez) ne faisait pas encore partie du quartet Toca, les deux gros Chicanos s'agitaient déjà avec leur duo Of Mexican Descent, au sein de la famille Afterlife. De cette période, Exitos y Mas Exitos, un album sorti originellement en vinyle, et ne comportant que sept plages, reste le plus précieux vestige. Bien que réédité dès 1998 en cassette et en CD-R, et augmenté de quelques morceaux, c'est principalement en format numérique qu'il circula, jusqu'à ce que Busdriver, au milieu des années 2000, ait la bonne idée de le ressortir sur son propre label.

OF MEXICAN DESCENT - Exitos y Mas Exitos

Lire la suite...

THA MEXAKINZ - Tha Mexakinz

, 23:15

Si dans les années 90, la frontière entre rock et hip-hop a été assez nette, si elle a été affirmée avec plus de force que dans les décennies précédente et suivante, c'est avant tout pour une question d'identité. Echaudés par l'expérience Elvis, les Afro-américains ont voulu mettre des barrières, et défendre le rap comme étant essentiellement une musique noire. La preuve, c'est que les grands groupes hip-hop d'alors tentés par une démarche crossover, ont été plus souvent latino que black. Ce fut d'abord le cas de Cypress Hill et de Deliquent Habits, plus tard de 2Mex et Xololanxinxo d'Of Mexican Descent, et, pile entre les deux, des Mexakinz.

THA MEXAKINZ - Tha Mexakinz

Lire la suite...

FREESTYLE FELLOWSHIP - To Whom it May Concern

, 23:05

Le premier Freestyle Fellowship, To Whom It May Concern appartient sans conteste à la catégorie des albums cultes. Et comme tout bon album culte, ses débuts furent plutôt laborieux. En 1991, à l’heure où Los Angeles s’embrase au son du gangsta rap, Aceyalone, Mikah 9, P.E.A.C.E., Self Jupiter, J. Sumbi et M.D. Himself, des habitués de l'open mic du Good Life Café, semblent en effet s'être bien trompés d’époque. Sur fond de jazz mutant, leur posture arty, leurs longues improvisations et leurs flows de folie sont à mille lieux des envies du moment.

FREESTYLE FELLOWSHIP - To Whom it May Concern

Lire la suite...

DAN LEROY - Paul's Boutique

, 22:40

Rédiger un livre de la série 33 1/3 équivaut à marcher sur une corde raide. En dédiant un ouvrage tout entier à un seul disque, la tentation est grande, soit d'extrapoler, de diverger, de digresser sur des éléments de contexte, soit d'en faire une présentation factuelle et sans relief. C'est dans le second travers, malheureusement, qu'est tombé Dan LeRoy avec son volume sur le deuxième Beastie Boys, ce Paul's Boutique considéré comme le pinacle artistique de la carrière de nos mauvais garçons, et une pièce maitresse de l'histoire du sampling.

DAN LEROY - Paul's Boutique

Lire la suite...

THE D.O.C. - No One Can Do It Better

, 22:33

Le choc, la grande déflagration, le disque important qui a révélé le gangsta rap de la Côte Ouest, c'est Straight outta Compton. Pourtant, le dévastateur second album de N.W.A. n'est pas nécessairement le meilleur à être issu de cette scène, en cette fin des années 80. Son disque le plus accompli n'est peut-être sorti que l'année d'après, en 1989. Et il était signé The D.O.C., un rappeur qui avait évolué dans l'ombre de nos Négros avec de l'Allure en devenant, précisément… leur nègre, notamment celui d'un Dr. Dre bien meilleur producteur que rappeur.

THE D.O.C. - No One Can Do It Better

Lire la suite...

- page 2 de 9 -